LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

À l’attention des enseignants : 9e édition de l’opération CINÉALLEMAND POUR LES JEUNES, en partenariat avec le Goethe-Institut.
 Trois films sont proposés, pour les élèves de primaire, collège et lycée. Plus d’informations au 04 90 82 65 36    D’ÉGAL À ÉGAL Pour les 9-13 ansMichi, 10 ans, vit dans un foyer pour enfants. Une lettre trouvée par hasard ayant appartenu à sa mère disparue lui permet de...

UNE CARTE UTOPIA ?
Oui, vous avez bien lu, je parle bien d’une carte de cinéma Utopia. Vous en rêviez, on s’en doute bien. Mais comme rien n’est vraiment gratuit ou illimité dans ce dur monde de l’exploitation cinématographique (ou même ailleurs, il me semble…) on vous donne une explication. Si cette carte que nous av...

VENIR À UTOPIA… C’EST PLUS FACILE QU’ALLER À MOSSOUL !
   Nous vous mettons ci-dessous, et après vérifications auprès des opérateurs, les tarifs et horaires des différents parkings. Si toutefois ces informations sont erronées, merci de nous le faire savoir que nous relancions nos limiers pour tirer cette affaire au clair. PARKING DE L’ÎLE PIOT, gratu...

Des nouvelles de Ben et Arouna.
Vous avez été nombreux à signer la pétition pour Ben, jeune ivoirien hébergé par l’Aide Sociale à l’Enfance (ASE) dans un hôtel à Avignon suite à son Obligation de Quitter le Territoire Français (OQTF) du 19 octobre. Contrairement à nos espoirs raisonnables, le tribunal administratif (TA) vient de c...

L’État poursuit Nicole Briend pendant que la BNP-Paribas poursuit ses pratiques d’évasion à grande échelle.
Souvenez-vous, dans une précédente gazette nous vous parlions de cette militante d’Attac, Nicole Briend. Elle est convoquée le 6 février au tribunal de Carpentras pour vol en réunion et refus de donner ses empreintes ADN après avoir participé, avec une dizaine de personnes d’Attac, à une&n...

TITICUT FOLLIES

Frederick WISEMAN - documentaire USA 1967 1h24 VOSTF - Interdit de projection publique aux états unis pendant plus de vingt ans !.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

TITICUT FOLLIESLa fête bat son plein. C’est peut-être la fin de l’année et elle se termine comme le film commence : par une sorte de comédie musicale. Sur scène des hommes d’âges variés, en rang d’oignon, forment une étrange parade, décalée, anachronique. Un peu comme si tous ces gars étaient restés coincés dans les temps reculés où une maîtresse d’école les faisait monter sur les planches pour présenter un spectacle aux parents. Dans leurs sourires un brin figés, leurs regards intenses ou éteints, plane, indicible, quelque chose de rude, d’institutionnel qui génère un sentiment de fausse gaité. Nous sommes à Bridgewater (Massachusetts), prison psychiatrique dont les murs inébranlables ont été bâtis au 18ème siècle… Si Frederick Wiseman décide de filmer dans cette institution son premier documentaire, c’est qu’il connaît le lieu sur le bout des ongles à force de l’avoir fait visiter à ses étudiants en droit (à l’époque où il était encore juriste et professeur).

« Titicut », c’est le nom que donnaient les Indiens à cette région avant d’y perdre leurs plumes. « Follies » est à double tranchant, évoquant à la fois l’aliénation et une forme de pantalonnade. C’est au plus près de ses sujets que Wiseman filme cette nef des fous où l’on se demande parfois si on y a bien interné les bonnes personnes tant la psychiatrie moderne en est à ses balbutiements. Les molécules pharmaceutiques arrivent à peine, trop fortes, trop dosées. Les gardiens, même de bonne volonté, appliquent des méthodes qui rendraient dingue le plus équilibré d’entre nous. Nulle intimité ici, la nudité est de mise. C’est un parcours éprouvant, et pourtant parfois drôle, quasi hypnotique, qui nous fait découvrir les dessous inavouables de cette institution. Le quotidien de ce microcosme oscille constamment entre routine et scènes à peine imaginables, qu’on préférerait être de la fiction. On se prend à espérer que tout cela soit un mauvais jeu, avant de se plier à l’évidence et d’être assaillis par une foultitude d’interrogations qui resteront sans réponse. Dans cet univers carcéral rude baigne une humanité maladroite qui nous captive rapidement.

Ce film passionnant et dérangeant en inspirera bien d’autres (Vol au dessus d’un nid de coucou, par exemple…), il sera interdit de projections publiques aux États-Unis pendant plus de 20 ans et vaudra un procès à Wiseman. Mais pour lui, c’est le premier opus d’une longue carrière, la mise au point d’une méthode de travail qui en fera un des plus grands documentaristes du monde et qui lui vaudra notamment l’Oscar d’honneur pour l’ensemble de son oeuvre.