LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

À l’attention des enseignants : 9e édition de l’opération CINÉALLEMAND POUR LES JEUNES, en partenariat avec le Goethe-Institut.
 Trois films sont proposés, pour les élèves de primaire, collège et lycée. Plus d’informations au 04 90 82 65 36    D’ÉGAL À ÉGAL Pour les 9-13 ansMichi, 10 ans, vit dans un foyer pour enfants. Une lettre trouvée par hasard ayant appartenu à sa mère disparue lui permet de...

UNE CARTE UTOPIA ?
Oui, vous avez bien lu, je parle bien d’une carte de cinéma Utopia. Vous en rêviez, on s’en doute bien. Mais comme rien n’est vraiment gratuit ou illimité dans ce dur monde de l’exploitation cinématographique (ou même ailleurs, il me semble…) on vous donne une explication. Si cette carte que nous av...

VENIR À UTOPIA… C’EST PLUS FACILE QU’ALLER À MOSSOUL !
   Nous vous mettons ci-dessous, et après vérifications auprès des opérateurs, les tarifs et horaires des différents parkings. Si toutefois ces informations sont erronées, merci de nous le faire savoir que nous relancions nos limiers pour tirer cette affaire au clair. PARKING DE L’ÎLE PIOT, gratu...

Des nouvelles de Ben et Arouna.
Vous avez été nombreux à signer la pétition pour Ben, jeune ivoirien hébergé par l’Aide Sociale à l’Enfance (ASE) dans un hôtel à Avignon suite à son Obligation de Quitter le Territoire Français (OQTF) du 19 octobre. Contrairement à nos espoirs raisonnables, le tribunal administratif (TA) vient de c...

L’État poursuit Nicole Briend pendant que la BNP-Paribas poursuit ses pratiques d’évasion à grande échelle.
Souvenez-vous, dans une précédente gazette nous vous parlions de cette militante d’Attac, Nicole Briend. Elle est convoquée le 6 février au tribunal de Carpentras pour vol en réunion et refus de donner ses empreintes ADN après avoir participé, avec une dizaine de personnes d’Attac, à une&n...

Séance le mercredi 15 novembre à 18h15 dans le cadre du ciné-club de Frédérique Hammerli.

Cette séance introduit une rétrospective de trois superbes films emblématiques du Free cinéma anglais que nous vous proposerons sur la prochaine gazette : Samedi soir, dimanche matin bien sûr, mais également deux films de Tony Richardson La solitude du coureur de fond et Un goût de miel.

SAMEDI SOIR, DIMANCHE MATIN

Karel REISZ - GB 1961 1h29mn VOSTF - Avec Albert Finney, Shirley Ann Field, Robert Cawdron...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

SAMEDI SOIR, DIMANCHE MATINFilm fondateur du Free cinema, courant cinématographique novateur et contestataire britannique qui va de pair avec le courant littéraire des « Angry Young Men » dont est également issu La solitude du coureur de fond ; Samedi soir, dimanche matin décrit la révolte d’un jeune prolétaire dans l’ennui des cités ouvrières de l’Angleterre des années 1950.

Arthur est un « working class hero » qui partage son quotidien entre les semaines mornes où il ronge son frein à l’usine et le week-end où il enchaîne les beuveries épiques au pub avec ses amis et aligne les conquêtes féminines. Le gamin espiègle, impulsif et imprévisible dans ses actes comme dans ses propos n’a aucune envie de grandir, il ne cherche qu’à vivre au jour le jour...
Le film se fait le portrait d’une certaine Angleterre de l’après-guerre, résignée et sans perspectives. Les quidams qui ont connu la guerre et les privations se contentent aisément d’un travail modeste et monotone qui leur apporte sécurité. La télévision étant une distraction bien suffisante, ils n’aspirent finalement à rien d’autre. La génération suivante ne va pas se contenter de travailler pour payer ses impôts, assurances et attendre de crever. À l’image d’Arthur elle va chercher à également bien se marrer !

La mise en scène de Karel Reisz est une alliance d’authenticité (qui se répercute dans les dialogues et situations où on évoque ouvertement le sexe, l’avortement…) et d’élégance, nous faisant visiter les recoins les plus prolétaires de Nottingham avec ses pubs enfumés où la bière coule à flot, les plans d’ensemble de paysage avec cheminées d’usines à pertes de vues, espaces ruraux de plus en plus restreints, petites ruelles où jouent les gamins...

D’après iletaitunefoislecinema.com