LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

CHANTER RÉGÉNÈRE !
En raison de nouvelles aventures prévues au Théâtre des Vents, l’atelier chansons, animé depuis plus de vingt ans par Amélie Grand – fondatrice et ex-directrice des Hivernales de danse d’Avignon – rejoint le Théâtre Transversal : 10, rue d’Amphoux à Avignon. Tel : 04 90 86 17...

ZONE DE DISCUSSION, DONNEZ-NOUS VOTRE AVIS.
FERMETURE DU VERGER D’URBAIN VN’hésitez pas à donner votre avis et à nous aider à trouver des solutions en vous exprimant sur ce billet.  Voir les textes ci-dessous :Urbain V, le pape de la discorde, et si ce n’était pas le sujet ?Utopia, mon amour ! Verger Urbain V, écrin ou car...

UBU, ROI DU VERGER
@page { margin: 2cm } p { margin-bottom: 0.25cm; line-height: 120% }- Je peux vous poser une question ?- Oui, qu’est-ce que c’est ?- C’est une phrase interrogative, qu’onutilise pour tester les connaissances. Pour le coup, ce dialogue n’est pas extrait de la pièce Ubu Roi mais du film Y ...

Urbain V, le pape de la discorde, et si ce n’était pas le sujet ?
Et si ce n’était pas le sujet ? Il est donné de-ci de-là, dans la presse, communiqué de la Ville, aux comptoirs des bistrots…, des « informations », pour le moins fantaisistes, surprenantes, voire peut-être avec une petite pointe de taquinerie, mais aussi, allez !, un zeste de ma...

Utopia, mon amour !
Courrier reçu de Bernard et Véronique.Mais que se passe-t-il encore dans ma bonne ville d’Avignon ?Mon vieux pote avec qui j’écumais vos salles à leur ouverture, il y a plus de quarante ans, vient de m’en annoncer une bien bonne : l’épatante promenade qu’il avait l’habitude de faire en fam...

Séance le mercredi 15 novembre à 18h15 dans le cadre du ciné-club de Frédérique Hammerli.

Cette séance introduit une rétrospective de trois superbes films emblématiques du Free cinéma anglais que nous vous proposerons sur la prochaine gazette : Samedi soir, dimanche matin bien sûr, mais également deux films de Tony Richardson La solitude du coureur de fond et Un goût de miel.

SAMEDI SOIR, DIMANCHE MATIN

Karel REISZ - GB 1961 1h29mn VOSTF - Avec Albert Finney, Shirley Ann Field, Robert Cawdron...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

SAMEDI SOIR, DIMANCHE MATINFilm fondateur du Free cinema, courant cinématographique novateur et contestataire britannique qui va de pair avec le courant littéraire des « Angry Young Men » dont est également issu La solitude du coureur de fond ; Samedi soir, dimanche matin décrit la révolte d’un jeune prolétaire dans l’ennui des cités ouvrières de l’Angleterre des années 1950.

Arthur est un « working class hero » qui partage son quotidien entre les semaines mornes où il ronge son frein à l’usine et le week-end où il enchaîne les beuveries épiques au pub avec ses amis et aligne les conquêtes féminines. Le gamin espiègle, impulsif et imprévisible dans ses actes comme dans ses propos n’a aucune envie de grandir, il ne cherche qu’à vivre au jour le jour...
Le film se fait le portrait d’une certaine Angleterre de l’après-guerre, résignée et sans perspectives. Les quidams qui ont connu la guerre et les privations se contentent aisément d’un travail modeste et monotone qui leur apporte sécurité. La télévision étant une distraction bien suffisante, ils n’aspirent finalement à rien d’autre. La génération suivante ne va pas se contenter de travailler pour payer ses impôts, assurances et attendre de crever. À l’image d’Arthur elle va chercher à également bien se marrer !

La mise en scène de Karel Reisz est une alliance d’authenticité (qui se répercute dans les dialogues et situations où on évoque ouvertement le sexe, l’avortement…) et d’élégance, nous faisant visiter les recoins les plus prolétaires de Nottingham avec ses pubs enfumés où la bière coule à flot, les plans d’ensemble de paysage avec cheminées d’usines à pertes de vues, espaces ruraux de plus en plus restreints, petites ruelles où jouent les gamins...

D’après iletaitunefoislecinema.com