LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Verger Urbain V, écrin ou carcan ?
 Vous êtes nombreux à nous questionner sur la soudaine fermeture du passage du Verger Urbain V le soir. C’est le chemin qui vous mène directement  du centre-ville vers le cinéma. Vous êtes nombreux à ne pas comprendre les objectifs de cette décision (nous, pas vraiment non plus), à trouver...

Enseignantes, enseignants
Reprise des séances scolaires en septembre :Nous redémarrons les dispositifs École au cinéma (prévisionnement le samedi 29 septembre pour le 1er trimestre), Collège au cinéma (inscriptions possibles jusqu’au 22 septembre) et Lycéen au cinéma.  Pour les séances hors dispos...

L’AQUARIUS OU LE NAUFRAGE DU BON SENS EUROPÉEN
Chaque année plus de 3000 hommes, femmes et enfants meurent noyés en Méditerranée en tentant la traversée sur des embarcations de fortune. Afin de porter secours à ceux qui fuient pour sauver leur vie, des citoyens européens ont décidé d’agir en créant l’association SOS Méditerranée qui a affrété un...

Le cinéma Utopia à Avignon de 1976 à 1994 une histoire de militantisme culturel et politique
Un livre de Michaël Bourgatte aux éditions Warm   « France, années 70. Anne-Marie Faucon, Michel Malacarnet et leurs compagnons de route inventent à Avignon un lieu atypique et pionnier, où ils souhaitent partager avec le plus grand nombre leur passion du cinéma et de l’échange. Avec pe...

En Avignon, 7 jeunes réfugiés par jour demandent à être mis à l’abri.
La protection des mineurs résidant sur le sol français est un droit constitutionnel. Néanmoins, le Conseil Départemental du Vaucluse, depuis des mois, s’acharne à faire fi des règles de base de la protection de l’enfance. Par souci de maîtrise budgétaire…  Le Collectif de soutien aux mineurs...

Séance le mercredi 15 novembre à 18h15 dans le cadre du ciné-club de Frédérique Hammerli.

Cette séance introduit une rétrospective de trois superbes films emblématiques du Free cinéma anglais que nous vous proposerons sur la prochaine gazette : Samedi soir, dimanche matin bien sûr, mais également deux films de Tony Richardson La solitude du coureur de fond et Un goût de miel.

SAMEDI SOIR, DIMANCHE MATIN

Karel REISZ - GB 1961 1h29mn VOSTF - Avec Albert Finney, Shirley Ann Field, Robert Cawdron...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

SAMEDI SOIR, DIMANCHE MATINFilm fondateur du Free cinema, courant cinématographique novateur et contestataire britannique qui va de pair avec le courant littéraire des « Angry Young Men » dont est également issu La solitude du coureur de fond ; Samedi soir, dimanche matin décrit la révolte d’un jeune prolétaire dans l’ennui des cités ouvrières de l’Angleterre des années 1950.

Arthur est un « working class hero » qui partage son quotidien entre les semaines mornes où il ronge son frein à l’usine et le week-end où il enchaîne les beuveries épiques au pub avec ses amis et aligne les conquêtes féminines. Le gamin espiègle, impulsif et imprévisible dans ses actes comme dans ses propos n’a aucune envie de grandir, il ne cherche qu’à vivre au jour le jour...
Le film se fait le portrait d’une certaine Angleterre de l’après-guerre, résignée et sans perspectives. Les quidams qui ont connu la guerre et les privations se contentent aisément d’un travail modeste et monotone qui leur apporte sécurité. La télévision étant une distraction bien suffisante, ils n’aspirent finalement à rien d’autre. La génération suivante ne va pas se contenter de travailler pour payer ses impôts, assurances et attendre de crever. À l’image d’Arthur elle va chercher à également bien se marrer !

La mise en scène de Karel Reisz est une alliance d’authenticité (qui se répercute dans les dialogues et situations où on évoque ouvertement le sexe, l’avortement…) et d’élégance, nous faisant visiter les recoins les plus prolétaires de Nottingham avec ses pubs enfumés où la bière coule à flot, les plans d’ensemble de paysage avec cheminées d’usines à pertes de vues, espaces ruraux de plus en plus restreints, petites ruelles où jouent les gamins...

D’après iletaitunefoislecinema.com