Loading
LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Ils viennent découvrir des films
Que nous les appellions migrants, immigrés, réfugiés… Qu’ils soient partis de chez eux pour des raisons économiques, de famine ou de guerre, raisons religieuses, orientation sexuelle… Ils ont fui l’âme abimée, espérant trouver un endroit où la vie serait possible. Ils sont jeunes et viennent de temp...

PÉTITION POUR QUE BEN RESTE EN FRANCE
Ben jeune ivoirien qui était hébergé par l’Aide Sociale à l’Enfance (ASE) dans un hôtel à Avignon a reçu jeudi 19 octobre une Obligation de Quitter le Territoire Français et l’ASE a demandé une levée de placement. Ben peut donc se retrouver à la rue. Ben Diakite est né le 24/03/2000, il a un certifi...

LES LUMIÈRES DANS LA VILLE SUIT SON COURS(-MÉTRAGES) !
Pour reprendre un peu l’historique, Les Lumières de la ville, le projet initié par l’association 100 pour 1, Les Ateliers du court-métrage, le Collectif Inouï, Cinambule et Utopia suit son cours… L’idée du projet est de créer des filmsen une journée avec 6 jeunes contactés par l’association 10...

Solidarité avec Jean-Jacques Rue, collègue d’Utopia Saint-Ouen l’Aumône et ci-devant chroniqueur cinéma à Siné Mensuel, et son camarade poète et cinéaste franco-grec Yannis Youlountas.
Jean-Jacques Rue, c’est une figure d’Utopia : un nounours punk qui s’active dans les salles de Saint- Ouen l’Aumône. Chroniqueur cinéma à Siné Mensuel, vous l’avez peutêtre croisé à La Manutention en compagnie de Siné ou récemment avec Raoul Peck lors de l’avantpremière du film Le Jeune Karl Ma...

BNP-Paribas attaque en justice une militante d’Attac pour avoir dénoncé son évasion fiscale.
Une militante d’Attac devant la justice. Son tort ? avoir dénoncé l’évasion fiscale de BNP. Nicole Briend, militante d’Attac, est convoquée au tribunal de Carpentras le 6 février pour vol en réunion et refus de donner ses empreintes ADN. Elle a participé, avec une dizaine de personnes d’Attac, ...

Séance le mercredi 15 novembre à 18h15 dans le cadre du ciné-club de Frédérique Hammerli.

Cette séance introduit une rétrospective de trois superbes films emblématiques du Free cinéma anglais que nous vous proposerons sur la prochaine gazette : Samedi soir, dimanche matin bien sûr, mais également deux films de Tony Richardson La solitude du coureur de fond et Un goût de miel.

SAMEDI SOIR, DIMANCHE MATIN

Karel REISZ - GB 1961 1h29mn VOSTF - Avec Albert Finney, Shirley Ann Field, Robert Cawdron...

Du 15/11/17 au 12/12/17

SAMEDI SOIR, DIMANCHE MATINFilm fondateur du Free cinema, courant cinématographique novateur et contestataire britannique qui va de pair avec le courant littéraire des « Angry Young Men » dont est également issu La solitude du coureur de fond ; Samedi soir, dimanche matin décrit la révolte d’un jeune prolétaire dans l’ennui des cités ouvrières de l’Angleterre des années 1950.

Arthur est un « working class hero » qui partage son quotidien entre les semaines mornes où il ronge son frein à l’usine et le week-end où il enchaîne les beuveries épiques au pub avec ses amis et aligne les conquêtes féminines. Le gamin espiègle, impulsif et imprévisible dans ses actes comme dans ses propos n’a aucune envie de grandir, il ne cherche qu’à vivre au jour le jour...
Le film se fait le portrait d’une certaine Angleterre de l’après-guerre, résignée et sans perspectives. Les quidams qui ont connu la guerre et les privations se contentent aisément d’un travail modeste et monotone qui leur apporte sécurité. La télévision étant une distraction bien suffisante, ils n’aspirent finalement à rien d’autre. La génération suivante ne va pas se contenter de travailler pour payer ses impôts, assurances et attendre de crever. À l’image d’Arthur elle va chercher à également bien se marrer !

La mise en scène de Karel Reisz est une alliance d’authenticité (qui se répercute dans les dialogues et situations où on évoque ouvertement le sexe, l’avortement…) et d’élégance, nous faisant visiter les recoins les plus prolétaires de Nottingham avec ses pubs enfumés où la bière coule à flot, les plans d’ensemble de paysage avec cheminées d’usines à pertes de vues, espaces ruraux de plus en plus restreints, petites ruelles où jouent les gamins...

D’après iletaitunefoislecinema.com