Loading
LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Ils viennent découvrir des films
Que nous les appellions migrants, immigrés, réfugiés… Qu’ils soient partis de chez eux pour des raisons économiques, de famine ou de guerre, raisons religieuses, orientation sexuelle… Ils ont fui l’âme abimée, espérant trouver un endroit où la vie serait possible. Ils sont jeunes et viennent de temp...

PÉTITION POUR QUE BEN RESTE EN FRANCE
Ben jeune ivoirien qui était hébergé par l’Aide Sociale à l’Enfance (ASE) dans un hôtel à Avignon a reçu jeudi 19 octobre une Obligation de Quitter le Territoire Français et l’ASE a demandé une levée de placement. Ben peut donc se retrouver à la rue. Ben Diakite est né le 24/03/2000, il a un certifi...

LES LUMIÈRES DANS LA VILLE SUIT SON COURS(-MÉTRAGES) !
Pour reprendre un peu l’historique, Les Lumières de la ville, le projet initié par l’association 100 pour 1, Les Ateliers du court-métrage, le Collectif Inouï, Cinambule et Utopia suit son cours… L’idée du projet est de créer des filmsen une journée avec 6 jeunes contactés par l’association 10...

Solidarité avec Jean-Jacques Rue, collègue d’Utopia Saint-Ouen l’Aumône et ci-devant chroniqueur cinéma à Siné Mensuel, et son camarade poète et cinéaste franco-grec Yannis Youlountas.
Jean-Jacques Rue, c’est une figure d’Utopia : un nounours punk qui s’active dans les salles de Saint- Ouen l’Aumône. Chroniqueur cinéma à Siné Mensuel, vous l’avez peutêtre croisé à La Manutention en compagnie de Siné ou récemment avec Raoul Peck lors de l’avantpremière du film Le Jeune Karl Ma...

BNP-Paribas attaque en justice une militante d’Attac pour avoir dénoncé son évasion fiscale.
Une militante d’Attac devant la justice. Son tort ? avoir dénoncé l’évasion fiscale de BNP. Nicole Briend, militante d’Attac, est convoquée au tribunal de Carpentras le 6 février pour vol en réunion et refus de donner ses empreintes ADN. Elle a participé, avec une dizaine de personnes d’Attac, ...

Séance unique le jeudi 26 octobre à 20h30 suivie d’une rencontre avec la réalisatrice Norma Marcos et Pierre Stambul, membre du Bureau National de l’Union Juive Française pour la Paix. Cette séance est organisée avec Les Amis du Monde diplomatique en collaboration avec Présences palestiniennes et Les Amis de l’Humanité.

UN LONG ÉTÉ BRÛLANT EN PALESTINE

(A long hot summer in Palestine) Norma MARCOS - France 2016 1h14mn -

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

UN LONG ÉTÉ BRÛLANT EN PALESTINEMon film raconte la guerre de l’été 2014 à Gaza, vue depuis la Cisjordanie.
Je tournais un film sur ma nièce Yara, sur les femmes et la vie quotidienne en Palestine. « J’ai 16 ans et j’ai déjà vécu trois guerres », a dit Farah Baker, une jeune fille palestinienne dans un tweet après le bombardement de sa maison à Gaza. Affligée par son tweet, je savais que mon film allait prendre une autre direction. J’ai pris alors ma caméra et ait commencé à rencontrer des Palestiniens.
Dans mon film, on découvre à travers un artiste, un boulanger, une paysanne, un fleuriste, un banquier ou encore une pilote automobile, comment ces personnes sont touchées par ce conflit dans leur vie quotidienne, leur solidarité envers Gaza tout en tentant de construire leur société malgré l’occupation et l’oppression. (Norma Marcos)

En 1994, elle arrive à monter son premier documentaire L’espoir voilé, où elle offre le portrait de quatre femmes palestiniennes dans leur quotidien, en rompant avec les clichés sur les femmes arabes. Puis elle réalisera des films sur la difficulté d’entrer en Palestine quand on a une double nationalité comme elle (En attendant Ben Gourion), le quotidien des Palestiniens (Fragments d’une Palestine perdue), la mort d’une militante française pro palestinienne (Wahdon)

En première partie, le court métrage de Norma Marcos
WAHDON (Seuls) France/Liban 2012 11mn
Wahdon trouve son inspiration dans deux histoires vraies : l’une est tirée de la poésie de l’écrivain libanais Talal Haidar, écrite tout de suite après l’échec d’une opération militaire palestinienne. L’autre est basée sur l’histoire d’une française, Françoise Kesteman, militante de la cause palestinienne que j’ai connue au début des années quatre-vingt, qui a été tuée lors d’une opération militaire en pleine mer contre l’armée israélienne. (Norma Marcos)