LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Rendez-vous des Amis de l’Huma : REVENONS AUX REVENANTS
Pasolini, Mandela et Bollène, rien à voir ? Si, les trois films qui ont ces mots dans leurs titres ont quelque chose à voir : le retour.   Les trois films valent avant tout par leur beauté, leur force. Se torno (Si je reviens), Ernest Pignon Ernest et la figure de Pasolini. Er...

Le cinéma Utopia à Avignon de 1976 à 1994 une histoire de militantisme culturel et politique
Un livre de Michaël Bourgatte aux éditions Warm   « France, années 70. Anne-Marie Faucon, Michel Malacarnet et leurs compagnons de route inventent à Avignon un lieu atypique et pionnier, où ils souhaitent partager avec le plus grand nombre leur passion du cinéma et de l’échange. Avec pe...

En Avignon, 7 jeunes réfugiés par jour demandent à être mis à l’abris.
La protection des mineurs résidant sur le sol français est un droit constitutionnel. Néanmoins, le Conseil Départemental du Vaucluse, depuis des mois, s’acharne à faire fi des règles de base de la protection de l’enfance. Par souci de maîtrise budgétaire…  Le Collectif de soutien aux mineurs...

le Grand Pavois Main Basse sur Baladar
Mercredi  11 juillet  à 11h Utopia Manutention La compagnie le Projecteur H qui joue au Théâtre le Grand Pavois Main Basse sur Baladar, d’après un texte de Jacques Prévert, invite le MRAP, Amnesty International, 100 pour 1 et RESF pour débattre de thèmes présents dans le spectacle - le ...

Et le Collectif 123 Soleil est né !
L’association 100 pour 1, Le cinéma Utopia et les Ateliers du court-métrage fêtent bientôt les un an d’une aventure qui aura permis de produire pas moins de 6 films. Six courts-métrages réalisés à chaque fois avec un groupe de 15 personnes en une journée, groupe qui est toujours const...

Séance unique le jeudi 26 octobre à 20h30 suivie d’une rencontre avec la réalisatrice Norma Marcos et Pierre Stambul, membre du Bureau National de l’Union Juive Française pour la Paix. Cette séance est organisée avec Les Amis du Monde diplomatique en collaboration avec Présences palestiniennes et Les Amis de l’Humanité.

UN LONG ÉTÉ BRÛLANT EN PALESTINE

(A long hot summer in Palestine) Norma MARCOS - France 2016 1h14mn -

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

UN LONG ÉTÉ BRÛLANT EN PALESTINEMon film raconte la guerre de l’été 2014 à Gaza, vue depuis la Cisjordanie.
Je tournais un film sur ma nièce Yara, sur les femmes et la vie quotidienne en Palestine. « J’ai 16 ans et j’ai déjà vécu trois guerres », a dit Farah Baker, une jeune fille palestinienne dans un tweet après le bombardement de sa maison à Gaza. Affligée par son tweet, je savais que mon film allait prendre une autre direction. J’ai pris alors ma caméra et ait commencé à rencontrer des Palestiniens.
Dans mon film, on découvre à travers un artiste, un boulanger, une paysanne, un fleuriste, un banquier ou encore une pilote automobile, comment ces personnes sont touchées par ce conflit dans leur vie quotidienne, leur solidarité envers Gaza tout en tentant de construire leur société malgré l’occupation et l’oppression. (Norma Marcos)

En 1994, elle arrive à monter son premier documentaire L’espoir voilé, où elle offre le portrait de quatre femmes palestiniennes dans leur quotidien, en rompant avec les clichés sur les femmes arabes. Puis elle réalisera des films sur la difficulté d’entrer en Palestine quand on a une double nationalité comme elle (En attendant Ben Gourion), le quotidien des Palestiniens (Fragments d’une Palestine perdue), la mort d’une militante française pro palestinienne (Wahdon)

En première partie, le court métrage de Norma Marcos
WAHDON (Seuls) France/Liban 2012 11mn
Wahdon trouve son inspiration dans deux histoires vraies : l’une est tirée de la poésie de l’écrivain libanais Talal Haidar, écrite tout de suite après l’échec d’une opération militaire palestinienne. L’autre est basée sur l’histoire d’une française, Françoise Kesteman, militante de la cause palestinienne que j’ai connue au début des années quatre-vingt, qui a été tuée lors d’une opération militaire en pleine mer contre l’armée israélienne. (Norma Marcos)