Loading
LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Ils viennent découvrir des films
Que nous les appellions migrants, immigrés, réfugiés… Qu’ils soient partis de chez eux pour des raisons économiques, de famine ou de guerre, raisons religieuses, orientation sexuelle… Ils ont fui l’âme abimée, espérant trouver un endroit où la vie serait possible. Ils sont jeunes et viennent de temp...

PÉTITION POUR QUE BEN RESTE EN FRANCE
Ben jeune ivoirien qui était hébergé par l’Aide Sociale à l’Enfance (ASE) dans un hôtel à Avignon a reçu jeudi 19 octobre une Obligation de Quitter le Territoire Français et l’ASE a demandé une levée de placement. Ben peut donc se retrouver à la rue. Ben Diakite est né le 24/03/2000, il a un certifi...

LES LUMIÈRES DANS LA VILLE SUIT SON COURS(-MÉTRAGES) !
Pour reprendre un peu l’historique, Les Lumières de la ville, le projet initié par l’association 100 pour 1, Les Ateliers du court-métrage, le Collectif Inouï, Cinambule et Utopia suit son cours… L’idée du projet est de créer des filmsen une journée avec 6 jeunes contactés par l’association 10...

Solidarité avec Jean-Jacques Rue, collègue d’Utopia Saint-Ouen l’Aumône et ci-devant chroniqueur cinéma à Siné Mensuel, et son camarade poète et cinéaste franco-grec Yannis Youlountas.
Jean-Jacques Rue, c’est une figure d’Utopia : un nounours punk qui s’active dans les salles de Saint- Ouen l’Aumône. Chroniqueur cinéma à Siné Mensuel, vous l’avez peutêtre croisé à La Manutention en compagnie de Siné ou récemment avec Raoul Peck lors de l’avantpremière du film Le Jeune Karl Ma...

BNP-Paribas attaque en justice une militante d’Attac pour avoir dénoncé son évasion fiscale.
Une militante d’Attac devant la justice. Son tort ? avoir dénoncé l’évasion fiscale de BNP. Nicole Briend, militante d’Attac, est convoquée au tribunal de Carpentras le 6 février pour vol en réunion et refus de donner ses empreintes ADN. Elle a participé, avec une dizaine de personnes d’Attac, ...

LE MUSÉE DES MERVEILLES

(WONDERSTRUCK) Todd Haynes - USA 2017 1h57mn VOSTF - avec Oakes Fegley, Millicent Simmonds, Julianne Moore, Michelle Williams, Amy Hargreaves... Scénario de Brian Selznick, d'après son roman graphique Black out. Pour les enfants à partir de 10 ans.

Du 15/11/17 au 26/12/17

LE MUSÉE DES MERVEILLESFugue : n.f. I. Composition musicale caractérisée par une entrée successive des voix, un thème répété ou suivi de ses imitations, qui forme plusieurs parties qui semblent « se fuir et se poursuivre l'une l'autre » (Rousseau). II. Action de s'enfuir momentanément du lieu où l'on vit habituellement. Escapade.

Il est évidemment peu probable que ni Todd Haynes ni Brian Selznick se soient plongés dans le Nouveau Petit Robert de la langue française au moment de mettre en œuvre ce délicat autant que somptueux Musée des merveilles. De fait, si l'analogie avec la forme d'écriture musicale tombe presque sous le sens tellement elle colle avec le film, on a bien vérifié : pas plus dans la langue de Shakespeare que dans celle de Dylan, a fugue ne signifie une fuite ou une escapade. Mais flûte ! On conviendra qu'il y a des concordances troublantes. Car enfin, Le Musée des merveilles nous entraine bel et bien sur les pas de deux enfants fugueurs dont les routes, à 50 ans d'écart, vont se chevaucher, s'entrecroiser, dessiner les deux motifs d'un même voyage et qui semblent, effectivement, « se fuir et se poursuivre » l'un l'autre. Deux gamins, deux fugitifs en apparence aussi dissemblables que possible, presque les deux héros de deux films mais tous deux inextricablement liés par un destin commun, par la même ivresse de liberté au fil de leur découverte d'un toujours plus vaste monde. Et tous deux, pareillement handicapés, accidentellement ou depuis toujours totalement insensibles aux bruits et à la rumeur du monde, le dévorent du regard pour ne pas rester isolés dans leur surdité.



1927, New Jersey : Rose vit dans le silence avec un père à peine présent dans une trop grande maison de maître et se languit de sa mère absente – célèbre actrice du cinéma muet sur laquelle elle collectionne les articles de presse. Elle abandonne ses cours assez barbants de langage des signes pour filer à l'anglaise, déterminée à retrouver son héroïne qui joue au théâtre à New York.
1977, Minnesota : Ben vient de perdre sa mère et vit chez sa tante, à un jet de pierre de ce qui fut sa maison. Il s'y réfugie aussi souvent que possible, à la recherche d'indices sur l'identité d'un père qu'il n'a pas connu – et y est, un soir frappé par la foudre. Devenu sourd, il s'échappe de l'hôpital, déterminé à retrouver son paternel à New York.
Pour découvrir New York en 1927 et raconter la quête de Rose, pour arpenter New York en 1977 et suivre celle de Ben, le film emprunte malicieusement la forme des films des deux époques. De façon très crédible mais sans que jamais l'exercice de style vire à l'académisme ni à la reconstitution embarrassante, Todd Haynes fait se répondre les époques avec légèreté, passe subtilement de l'évocation urbaine en noir et blanc et muette pour l'une, à la ville colorée, poussiéreuse et assourdissante du cinéma 70's pour l'autre, au gré des rencontres, des bonheurs et des déboires des enfants.

Mine de rien, on est là dans un cinéma intemporel, à des années-lumières des effets de mode et des sacrifices à l'air cynique du temps. Tout en retenue et en délicatesse, Todd Haynes nous offre au contraire un Musée des merveilles d'une douceur exquise – très drôle également – et réussit le tour de force de raconter la trajectoire des deux gamins sans que jamais leur handicap, pourtant le sujet central, ne soit utilisé comme un ressort tire-larmes. L'émerveillement du titre est le leur. Émerveillement des découvertes et des rencontres qu'ils font, mais aussi, surtout, devant leur propre capacité à prendre leur vie à bras le corps. D'une élégance un de ces grands films qui vous parsèment d'étoiles les yeux.