LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LAISSEZ-PASSER LE PÈRE-NOËL !
LAISSEZ-PASSER LE PÈRE-NOËL !Vous êtes attendus nombreux le jeudi 20 décembre à 19h30 dans le jardin Urbain V. Nous décorerons notre sapin de Noël avec nos cartes de vœux pour le PASSAGE ! Une hotte accueillera les modestes cadeaux que chacun voudra y déposer et que nous nous offrirons… Pr...

TOUTES CES CHOSES QUE JE NE COMPRENDS PAS.
Il y a des choses que je ne comprends pas. Dans cette ville, il y a plein de choses que je ne comprends pas. Bon, d’accord, je donne un exemple. J’habite dans le quartier de la Bonneterie, qui a fait l’objet récemment d’une requalification, comme on dit dans le jargon technocratique, plutôt réu...

NOËL POUR LES ÉCOLES
Le mois de décembre approche à grand pas. Les cinémas Utopia vous proposent des films pour les petits et les plus grands pour des séances en matinée. Pensez à réserver auprès du cinéma en nous contactant au 0490826536.Vous trouverez ci-dessous une sélection de films.Si toutefois vous aviez d...

ZONE DE DISCUSSION, DONNEZ-NOUS VOTRE AVIS.
FERMETURE DU VERGER D’URBAIN VN’hésitez pas à donner votre avis et à nous aider à trouver des solutions en vous exprimant sur ce billet.  Voir les textes ci-dessous :Urbain V, le pape de la discorde, et si ce n’était pas le sujet ?Utopia, mon amour ! Verger Urbain V, écrin ou car...

UBU, ROI DU VERGER
@page { margin: 2cm } p { margin-bottom: 0.25cm; line-height: 120% }- Je peux vous poser une question ?- Oui, qu’est-ce que c’est ?- C’est une phrase interrogative, qu’onutilise pour tester les connaissances. Pour le coup, ce dialogue n’est pas extrait de la pièce Ubu Roi mais du film Y ...

Séance unique le lundi 13 novembre à 14h00. La séance sera présentée par Patricia Bastit, professeure de cinéma.

LA NUIT DU CHASSEUR

Charles LAUGHTON - USA 1955 1h33mn VOSTF - avec Robert Mitchum, Shelley Winters, Lilian Gish... Scénario de James Agee et Charles Laughton.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LA NUIT DU CHASSEURUne nuit pas comme les autres, une nuit avec un ciel trop noir plein de trop d'étoiles, des ombres et des lueurs, et deux petits enfants de conte de fées traqués par un « chasseur » maléfique... La Nuit du chasseur... Rien que le titre et déjà un envoûtement commence à nous gagner... La Nuit du chasseur... Existe-t-il un autre film qui puisse nous fasciner de la sorte ? Unique. Et seule réalisation de cet acteur génial qu'était Charles Laughton. « Seigneur, tu n'es pas contre l'assassinat, la Bible est pleine d'assassins », dit Powell, l'étrange prédicateur, au volant de sa voiture. Il sort de prison, où son voisin de cellule vient d'être pendu pour vol et meurtre, sans lui avoir révélé la cachette de son butin. Seuls ses deux enfants, John et Pearl, savent... Pour les approcher, Powell va épouser Willa, leur mère, fascinée par sa défroque de prêcheur fanatique, Willa qu'il maintient dans un état de frustration permanente en lui imposant l'abstinence totale... John, fidèle à son père, se méfie de cet homme sombre qui lui pose sans cesse des questions, alors que la petite Pearl se laisse facilement séduire par cet embobineur de Powell, qui se révélera être l'incarnation du Mal absolu...

Époustouflant Mitchum ! Inoubliable séquence où il mime de ses deux mains, tatouées des mots « Love » et « Hate », l'éternel combat du Bien contre le Mal. Cette seule scène suffit à Mitchum et Laughton pour transmettre toute la folie du personnage...
Il est évident que c'était là un rôle à la mesure de Laughton, qui a préféré s'effacer pour se consacrer à la réalisation. Et s'il n'a réalisé qu'un film, il a tout mis dans celui-ci. S'il n'a réalisé qu'un film, c'est aussi parce que Hollywood l'a totalement rejeté. L'Amérique des années 50, euphorique et prospère, ne se reconnaissait pas dans cette fable étrange, avec son anti-héros démoniaque, réalisée dans un esprit de totale liberté. Certains critiques européens de l'époque parlèrent, les andouilles, de « désordre esthétique », surpris par ces images expressionnistes, ce mélange des genres qui donnent pourtant toute sa beauté mystérieuse et sa poésie à cette œuvre hors du commun. Magique...