Loading
LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Ils viennent découvrir des films
Que nous les appellions migrants, immigrés, réfugiés… Qu’ils soient partis de chez eux pour des raisons économiques, de famine ou de guerre, raisons religieuses, orientation sexuelle… Ils ont fui l’âme abimée, espérant trouver un endroit où la vie serait possible. Ils sont jeunes et viennent de temp...

PÉTITION POUR QUE BEN RESTE EN FRANCE
Ben jeune ivoirien qui était hébergé par l’Aide Sociale à l’Enfance (ASE) dans un hôtel à Avignon a reçu jeudi 19 octobre une Obligation de Quitter le Territoire Français et l’ASE a demandé une levée de placement. Ben peut donc se retrouver à la rue. Ben Diakite est né le 24/03/2000, il a un certifi...

LES LUMIÈRES DANS LA VILLE SUIT SON COURS(-MÉTRAGES) !
Pour reprendre un peu l’historique, Les Lumières de la ville, le projet initié par l’association 100 pour 1, Les Ateliers du court-métrage, le Collectif Inouï, Cinambule et Utopia suit son cours… L’idée du projet est de créer des filmsen une journée avec 6 jeunes contactés par l’association 10...

Solidarité avec Jean-Jacques Rue, collègue d’Utopia Saint-Ouen l’Aumône et ci-devant chroniqueur cinéma à Siné Mensuel, et son camarade poète et cinéaste franco-grec Yannis Youlountas.
Jean-Jacques Rue, c’est une figure d’Utopia : un nounours punk qui s’active dans les salles de Saint- Ouen l’Aumône. Chroniqueur cinéma à Siné Mensuel, vous l’avez peutêtre croisé à La Manutention en compagnie de Siné ou récemment avec Raoul Peck lors de l’avantpremière du film Le Jeune Karl Ma...

BNP-Paribas attaque en justice une militante d’Attac pour avoir dénoncé son évasion fiscale.
Une militante d’Attac devant la justice. Son tort ? avoir dénoncé l’évasion fiscale de BNP. Nicole Briend, militante d’Attac, est convoquée au tribunal de Carpentras le 6 février pour vol en réunion et refus de donner ses empreintes ADN. Elle a participé, avec une dizaine de personnes d’Attac, ...

Séance unique le lundi 13 novembre à 14h00. La séance sera présentée par Patricia Bastit, professeure de cinéma.

LA NUIT DU CHASSEUR

Charles LAUGHTON - USA 1955 1h33mn VOSTF - avec Robert Mitchum, Shelley Winters, Lilian Gish... Scénario de James Agee et Charles Laughton.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LA NUIT DU CHASSEURUne nuit pas comme les autres, une nuit avec un ciel trop noir plein de trop d'étoiles, des ombres et des lueurs, et deux petits enfants de conte de fées traqués par un « chasseur » maléfique... La Nuit du chasseur... Rien que le titre et déjà un envoûtement commence à nous gagner... La Nuit du chasseur... Existe-t-il un autre film qui puisse nous fasciner de la sorte ? Unique. Et seule réalisation de cet acteur génial qu'était Charles Laughton. « Seigneur, tu n'es pas contre l'assassinat, la Bible est pleine d'assassins », dit Powell, l'étrange prédicateur, au volant de sa voiture. Il sort de prison, où son voisin de cellule vient d'être pendu pour vol et meurtre, sans lui avoir révélé la cachette de son butin. Seuls ses deux enfants, John et Pearl, savent... Pour les approcher, Powell va épouser Willa, leur mère, fascinée par sa défroque de prêcheur fanatique, Willa qu'il maintient dans un état de frustration permanente en lui imposant l'abstinence totale... John, fidèle à son père, se méfie de cet homme sombre qui lui pose sans cesse des questions, alors que la petite Pearl se laisse facilement séduire par cet embobineur de Powell, qui se révélera être l'incarnation du Mal absolu...

Époustouflant Mitchum ! Inoubliable séquence où il mime de ses deux mains, tatouées des mots « Love » et « Hate », l'éternel combat du Bien contre le Mal. Cette seule scène suffit à Mitchum et Laughton pour transmettre toute la folie du personnage...
Il est évident que c'était là un rôle à la mesure de Laughton, qui a préféré s'effacer pour se consacrer à la réalisation. Et s'il n'a réalisé qu'un film, il a tout mis dans celui-ci. S'il n'a réalisé qu'un film, c'est aussi parce que Hollywood l'a totalement rejeté. L'Amérique des années 50, euphorique et prospère, ne se reconnaissait pas dans cette fable étrange, avec son anti-héros démoniaque, réalisée dans un esprit de totale liberté. Certains critiques européens de l'époque parlèrent, les andouilles, de « désordre esthétique », surpris par ces images expressionnistes, ce mélange des genres qui donnent pourtant toute sa beauté mystérieuse et sa poésie à cette œuvre hors du commun. Magique...