LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Rendez-vous des Amis de l’Huma : REVENONS AUX REVENANTS
Pasolini, Mandela et Bollène, rien à voir ? Si, les trois films qui ont ces mots dans leurs titres ont quelque chose à voir : le retour.   Les trois films valent avant tout par leur beauté, leur force. Se torno (Si je reviens), Ernest Pignon Ernest et la figure de Pasolini. Er...

Le cinéma Utopia à Avignon de 1976 à 1994 une histoire de militantisme culturel et politique
Un livre de Michaël Bourgatte aux éditions Warm   « France, années 70. Anne-Marie Faucon, Michel Malacarnet et leurs compagnons de route inventent à Avignon un lieu atypique et pionnier, où ils souhaitent partager avec le plus grand nombre leur passion du cinéma et de l’échange. Avec pe...

En Avignon, 7 jeunes réfugiés par jour demandent à être mis à l’abris.
La protection des mineurs résidant sur le sol français est un droit constitutionnel. Néanmoins, le Conseil Départemental du Vaucluse, depuis des mois, s’acharne à faire fi des règles de base de la protection de l’enfance. Par souci de maîtrise budgétaire…  Le Collectif de soutien aux mineurs...

le Grand Pavois Main Basse sur Baladar
Mercredi  11 juillet  à 11h Utopia Manutention La compagnie le Projecteur H qui joue au Théâtre le Grand Pavois Main Basse sur Baladar, d’après un texte de Jacques Prévert, invite le MRAP, Amnesty International, 100 pour 1 et RESF pour débattre de thèmes présents dans le spectacle - le ...

Et le Collectif 123 Soleil est né !
L’association 100 pour 1, Le cinéma Utopia et les Ateliers du court-métrage fêtent bientôt les un an d’une aventure qui aura permis de produire pas moins de 6 films. Six courts-métrages réalisés à chaque fois avec un groupe de 15 personnes en une journée, groupe qui est toujours const...

Séance unique le lundi 13 novembre à 14h00. La séance sera présentée par Patricia Bastit, professeure de cinéma.

LA NUIT DU CHASSEUR

Charles LAUGHTON - USA 1955 1h33mn VOSTF - avec Robert Mitchum, Shelley Winters, Lilian Gish... Scénario de James Agee et Charles Laughton.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LA NUIT DU CHASSEURUne nuit pas comme les autres, une nuit avec un ciel trop noir plein de trop d'étoiles, des ombres et des lueurs, et deux petits enfants de conte de fées traqués par un « chasseur » maléfique... La Nuit du chasseur... Rien que le titre et déjà un envoûtement commence à nous gagner... La Nuit du chasseur... Existe-t-il un autre film qui puisse nous fasciner de la sorte ? Unique. Et seule réalisation de cet acteur génial qu'était Charles Laughton. « Seigneur, tu n'es pas contre l'assassinat, la Bible est pleine d'assassins », dit Powell, l'étrange prédicateur, au volant de sa voiture. Il sort de prison, où son voisin de cellule vient d'être pendu pour vol et meurtre, sans lui avoir révélé la cachette de son butin. Seuls ses deux enfants, John et Pearl, savent... Pour les approcher, Powell va épouser Willa, leur mère, fascinée par sa défroque de prêcheur fanatique, Willa qu'il maintient dans un état de frustration permanente en lui imposant l'abstinence totale... John, fidèle à son père, se méfie de cet homme sombre qui lui pose sans cesse des questions, alors que la petite Pearl se laisse facilement séduire par cet embobineur de Powell, qui se révélera être l'incarnation du Mal absolu...

Époustouflant Mitchum ! Inoubliable séquence où il mime de ses deux mains, tatouées des mots « Love » et « Hate », l'éternel combat du Bien contre le Mal. Cette seule scène suffit à Mitchum et Laughton pour transmettre toute la folie du personnage...
Il est évident que c'était là un rôle à la mesure de Laughton, qui a préféré s'effacer pour se consacrer à la réalisation. Et s'il n'a réalisé qu'un film, il a tout mis dans celui-ci. S'il n'a réalisé qu'un film, c'est aussi parce que Hollywood l'a totalement rejeté. L'Amérique des années 50, euphorique et prospère, ne se reconnaissait pas dans cette fable étrange, avec son anti-héros démoniaque, réalisée dans un esprit de totale liberté. Certains critiques européens de l'époque parlèrent, les andouilles, de « désordre esthétique », surpris par ces images expressionnistes, ce mélange des genres qui donnent pourtant toute sa beauté mystérieuse et sa poésie à cette œuvre hors du commun. Magique...