LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Rendez-vous des Amis de l’Huma : REVENONS AUX REVENANTS
Pasolini, Mandela et Bollène, rien à voir ? Si, les trois films qui ont ces mots dans leurs titres ont quelque chose à voir : le retour.   Les trois films valent avant tout par leur beauté, leur force. Se torno (Si je reviens), Ernest Pignon Ernest et la figure de Pasolini. Er...

Le cinéma Utopia à Avignon de 1976 à 1994 une histoire de militantisme culturel et politique
Un livre de Michaël Bourgatte aux éditions Warm   « France, années 70. Anne-Marie Faucon, Michel Malacarnet et leurs compagnons de route inventent à Avignon un lieu atypique et pionnier, où ils souhaitent partager avec le plus grand nombre leur passion du cinéma et de l’échange. Avec pe...

En Avignon, 7 jeunes réfugiés par jour demandent à être mis à l’abris.
La protection des mineurs résidant sur le sol français est un droit constitutionnel. Néanmoins, le Conseil Départemental du Vaucluse, depuis des mois, s’acharne à faire fi des règles de base de la protection de l’enfance. Par souci de maîtrise budgétaire…  Le Collectif de soutien aux mineurs...

le Grand Pavois Main Basse sur Baladar
Mercredi  11 juillet  à 11h Utopia Manutention La compagnie le Projecteur H qui joue au Théâtre le Grand Pavois Main Basse sur Baladar, d’après un texte de Jacques Prévert, invite le MRAP, Amnesty International, 100 pour 1 et RESF pour débattre de thèmes présents dans le spectacle - le ...

Et le Collectif 123 Soleil est né !
L’association 100 pour 1, Le cinéma Utopia et les Ateliers du court-métrage fêtent bientôt les un an d’une aventure qui aura permis de produire pas moins de 6 films. Six courts-métrages réalisés à chaque fois avec un groupe de 15 personnes en une journée, groupe qui est toujours const...

Séance unique le lundi 13 novembre à 20h00 comme indiqué sur nos grilles, et pas le 14 comme indiqué dans la page de la gazette. Contrairement à ce qui a été écrit dans notre gazette, la séance sera suivie d'une rencontre avec Yves Sinigagliat, protagoniste du film et un inspecteur du travail, et non pas avec le réalisateur Jean-­Pierre Bloc. La projection est organisée en collaboration avec l’Union Syndicale Solidaires dans le cadre d’une formation syndicale sur les modifications majeures du droit du travail des cinq dernières années et l’impact sur les conditions de travail.
Vous pouvez acheter vos places à partir du lundi 6 novembre.

INSPECTEURS DU TRAVAIL, UNE RENCONTRE

Jean-Pierre Bloc - documentaire France 2017 1h30mn -

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

INSPECTEURS DU TRAVAIL, UNE RENCONTREAlors que le droit du travail va être radicalement bouleversé « sur ordonnances », dix inspecteurs du travail prennent la parole. Aux avant-postes d’une guerre sourde mais intense, qui sont-ils ? Que font-ils concrètement ? Que voient-ils dans les entreprises ? En cette période de chômage massif, où le droit du travail est accusé de paralyser l’embauche, peuvent-ils encore agir ?
Dix inspecteurs du travail à travers la France parlent à visage ouvert de ce qu’ils font et observent au quotidien, de leurs convictions profondes, de l’évolution de leur métier et de celle du monde du travail. Avec humour et passion, ils font part de leurs difficultés pour défendre l’ordre public social, une notion théorique qu’ils rendent concrète et incarnée.

Réalisé en toute indépendance, ce documentaire donne pour la première fois la parole à ceux qui sont habituellement tenus au silence par leur devoir d’obéissance.
« Dès le départ, j’ai fait le choix de rechercher une liberté réelle. En premier lieu, je voulais que les inspecteurs du travail puissent s’exprimer le plus ouvertement possible et donc me passer des autorisations de leur hiérarchie ministérielle, avec laquelle ils entretiennent des relations hautement conflictuelles. Soumis à une triple contrainte d’obligation de réserve, de secret et de discrétion professionnels, il fallait éviter de les mettre en mauvaise posture. J’ai pu bénéficier de leurs mandats syndicaux qui les protègent des foudres de leur administration, tout en m’assurant qu’ils parlent à partir de leur expérience propre, afin d’être eux-mêmes et non les porteurs d’un discours.
Ensuite, j’ai choisi de construire la narration sous la forme d’un grand récit choral, organisé en séquences. C’est à mon avis la meilleure façon de garantir un propos sincère, authentique, réfléchi. C’est aussi ma conviction que la mise en scène de la parole peut être un objet cinématographique. » (Jean-Pierre Bloc)