LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

À l’attention des enseignants : 9e édition de l’opération CINÉALLEMAND POUR LES JEUNES, en partenariat avec le Goethe-Institut.
 Trois films sont proposés, pour les élèves de primaire, collège et lycée. Plus d’informations au 04 90 82 65 36    D’ÉGAL À ÉGAL Pour les 9-13 ansMichi, 10 ans, vit dans un foyer pour enfants. Une lettre trouvée par hasard ayant appartenu à sa mère disparue lui permet de...

UNE CARTE UTOPIA ?
Oui, vous avez bien lu, je parle bien d’une carte de cinéma Utopia. Vous en rêviez, on s’en doute bien. Mais comme rien n’est vraiment gratuit ou illimité dans ce dur monde de l’exploitation cinématographique (ou même ailleurs, il me semble…) on vous donne une explication. Si cette carte que nous av...

VENIR À UTOPIA… C’EST PLUS FACILE QU’ALLER À MOSSOUL !
   Nous vous mettons ci-dessous, et après vérifications auprès des opérateurs, les tarifs et horaires des différents parkings. Si toutefois ces informations sont erronées, merci de nous le faire savoir que nous relancions nos limiers pour tirer cette affaire au clair. PARKING DE L’ÎLE PIOT, gratu...

Des nouvelles de Ben et Arouna.
Vous avez été nombreux à signer la pétition pour Ben, jeune ivoirien hébergé par l’Aide Sociale à l’Enfance (ASE) dans un hôtel à Avignon suite à son Obligation de Quitter le Territoire Français (OQTF) du 19 octobre. Contrairement à nos espoirs raisonnables, le tribunal administratif (TA) vient de c...

L’État poursuit Nicole Briend pendant que la BNP-Paribas poursuit ses pratiques d’évasion à grande échelle.
Souvenez-vous, dans une précédente gazette nous vous parlions de cette militante d’Attac, Nicole Briend. Elle est convoquée le 6 février au tribunal de Carpentras pour vol en réunion et refus de donner ses empreintes ADN après avoir participé, avec une dizaine de personnes d’Attac, à une&n...

Une soirée avec le cinéaste Christian Philibert et Camille Martel, musicien et journaliste, auteur du livre Massilia Sound System : la façon de Marseille (Ed. Le mot et le reste, 2014). Deux films : jeudi 16 novembre à 18h15 Afrik’Aïoli et à 20h30 Massilia Sound System, le film. Bien entendu le pastis sera offert entre les deux séances ! Vente des billets pour la soirée à partir du 6 novembre (8€ les deux films). Vous pourrez toujours acheter une place pour une séance le soir-même.

AFRIK'AÏOLI

Écrit et réalisé par Christian Philibert - France / Sénégal 2013 1h40mn - Avec Modou Cissé, Abdoulaye Diakhaté, Jean Marc Ravera, Mohamed Metina… et les habitants des villages d'Espigoule et de Toubacouta... Fifigrot 2013 : Prix Michaël Kael décerné par Benoit Delépine.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

AFRIK'AÏOLIC'est la cinquième saison du petit village d’Espigoule, qui tourne une page de son histoire. Jean-Marc a vendu le café du Cours, son bistrot, et compte bien profiter de sa retraite pour s'adonner à son sport favori : la sieste en travers du canapé. C'est dire s'il met du temps à accepter la proposition de son ami Momo (rencontré dans Travail d'arabe, l'épisode précédent) d'aller réveillonner entre garçons au Sénégal. Loin de leurs frontières varoises, ils feront la rencontre de Modou, un sénégalais pas très net chargé de leur faire découvrir le pays. Malgré les débuts difficiles des pigeons occidentaux, des galères en tout genre, des jérémiades de Jean-Marc pas habitué à si peu de confort, une véritable amitié va se nouer.

Quinze ans après la sortie des Quatre Saisons d’Espigoule, Christian Philibert nous offre ici comme un épilogue, drôle et touchant, tourné en quinze jours avec un budget de court-métrage, qui trace un pont entre deux cultures finalement très proches. Et, mine de rien, poursuit un long travail de déconstruction joviale et poétique de la rude bêtise identitaire et xénophobe. Espigoule retournait la caricature méridionale dans une relecture très personnelle d'Asterix ; Travail d'arabe évoquait façon Lucky Luke les difficultés d'intégration d'un travailleur « d'origine maghrébine » ; Afrik'Aïoli achève le tour d'horizon de la bédé franco-belge avec une évocation de Tintin, qui sur ce terrain-là n'est pas blanc-bleu - et l'occasion, donc, de reprendre à bras le corps une nouvelle série de clichés bien gras, bien pesants, pour mine de rien les retourner, faire craquer le vernis raciste qui recouvre une belle humanité.

« Tandis qu’Espigoule s’enracinait dans un territoire, Afrik’Aïoli s’ouvre au monde. Les trois films forment au final une sorte de triptyque méridional, moderne et décalé. Afrik’aïoli est une ouverture vers d’autres horizons… J’avais envie, au-delà des différences, de montrer ce qui rapproche les Provençaux et les Sénégalais, à commencer par l’amour de l’OM et la faculté à rire de tout ! » (C. Philibert).

Pour plus d’infos sur la Semaine provençale :
ieo84.com ou oustau-prouvencau.org