LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Rendez-vous des Amis de l’Huma : REVENONS AUX REVENANTS
Pasolini, Mandela et Bollène, rien à voir ? Si, les trois films qui ont ces mots dans leurs titres ont quelque chose à voir : le retour.   Les trois films valent avant tout par leur beauté, leur force. Se torno (Si je reviens), Ernest Pignon Ernest et la figure de Pasolini. Er...

Le cinéma Utopia à Avignon de 1976 à 1994 une histoire de militantisme culturel et politique
Un livre de Michaël Bourgatte aux éditions Warm   « France, années 70. Anne-Marie Faucon, Michel Malacarnet et leurs compagnons de route inventent à Avignon un lieu atypique et pionnier, où ils souhaitent partager avec le plus grand nombre leur passion du cinéma et de l’échange. Avec pe...

En Avignon, 7 jeunes réfugiés par jour demandent à être mis à l’abris.
La protection des mineurs résidant sur le sol français est un droit constitutionnel. Néanmoins, le Conseil Départemental du Vaucluse, depuis des mois, s’acharne à faire fi des règles de base de la protection de l’enfance. Par souci de maîtrise budgétaire…  Le Collectif de soutien aux mineurs...

le Grand Pavois Main Basse sur Baladar
Mercredi  11 juillet  à 11h Utopia Manutention La compagnie le Projecteur H qui joue au Théâtre le Grand Pavois Main Basse sur Baladar, d’après un texte de Jacques Prévert, invite le MRAP, Amnesty International, 100 pour 1 et RESF pour débattre de thèmes présents dans le spectacle - le ...

Et le Collectif 123 Soleil est né !
L’association 100 pour 1, Le cinéma Utopia et les Ateliers du court-métrage fêtent bientôt les un an d’une aventure qui aura permis de produire pas moins de 6 films. Six courts-métrages réalisés à chaque fois avec un groupe de 15 personnes en une journée, groupe qui est toujours const...

Une soirée avec le cinéaste Christian Philibert et Camille Martel, musicien et journaliste, auteur du livre Massilia Sound System : la façon de Marseille (Ed. Le mot et le reste, 2014). Deux films :
jeudi 16 novembre à 18h15 Afrik’Aïoli et à 20h30 Massilia Sound System, le film. Bien entendu le pastis sera offert entre les deux séances ! Vente des billets pour la soirée à partir du 6 novembre (8€ les deux films). Vous pourrez toujours acheter une place pour une séance le soir-même.

MASSILIA SOUND SYSTEM (le film)

Réalisé par Christian Philibert - documentaire France 2016 1h40mn - avec Blù, DJ Kayalik, Tatou, Papet J, Gari...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

MASSILIA SOUND SYSTEM (le film)Réaliser un film documentaire sur un groupe de musique n’est pas une première. Mais quand il est signé Christian Philibert et que ces musiciens sont ceux de Massilia Sound System, l’objet cinématographique devient un portrait collectif qui déborde largement du cadre des studios d’enregistrement, salles de concerts et autres anecdotes de tournée. Le talent de Massilia se résume en une phrase : chanter des textes identifiés à une culture régionale sur des rythmes venus d’un bout du monde avec lesquels ils n’ont en apparence rien en commun et faire ainsi la démonstration du contraire. C’est ainsi qu’est né le reggae occitan.

Des débuts en sound system dans les rues du Panier au concert anniversaire des trente ans au Dock-des-Suds, Massilia Sound System, le film feuillette un album lié à l’histoire récente de la deuxième ville de France. Une communion intergénérationnelle pour défendre une vision populaire, métissée et solidaire de la cité face à la fragmentation de la société, au repli communautaire, à la peur et au rejet de l’Autre.
Le réalisateur des Quatre saisons d’Espigoule réussit à entrer dans l’intime d’un collectif humain sans voyeurisme. Des confidences et des images d’archives, des coups de gueule et des moments d’émotion, principalement à l’évocation du regretté Lux B.

Sans financements institutionnels, le documentaire a été rendu possible grâce aux différentes sections de la Chourmo (l’équivalent d’un club de supporters du groupe) et aux contributions de centaines de donateurs via une plateforme participative. Aujourd’hui, il appartient à toutes celles et tous ceux qui, durant les trois dernières décennies, ont mis leur grain de oaï dans le bouillonnement politique, social et culturel d’une aventure qui n’est pas prête de se terminer.

(T. Dalicante, Zibeline)

Pour plus d’infos sur la Semaine provençale :
ieo84.com ou oustau-prouvencau.org