LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Ils viennent découvrir des films
Que nous les appellions migrants, immigrés, réfugiés… Qu’ils soient partis de chez eux pour des raisons économiques, de famine ou de guerre, raisons religieuses, orientation sexuelle… Ils ont fui l’âme abimée, espérant trouver un endroit où la vie serait possible. Ils sont jeunes et viennent de temp...

PÉTITION POUR QUE BEN RESTE EN FRANCE
Ben jeune ivoirien qui était hébergé par l’Aide Sociale à l’Enfance (ASE) dans un hôtel à Avignon a reçu jeudi 19 octobre une Obligation de Quitter le Territoire Français et l’ASE a demandé une levée de placement. Ben peut donc se retrouver à la rue. Ben Diakite est né le 24/03/2000, il a un certifi...

LES LUMIÈRES DANS LA VILLE SUIT SON COURS(-MÉTRAGES) !
Pour reprendre un peu l’historique, Les Lumières de la ville, le projet initié par l’association 100 pour 1, Les Ateliers du court-métrage, le Collectif Inouï, Cinambule et Utopia suit son cours… L’idée du projet est de créer des filmsen une journée avec 6 jeunes contactés par l’association 10...

Solidarité avec Jean-Jacques Rue, collègue d’Utopia Saint-Ouen l’Aumône et ci-devant chroniqueur cinéma à Siné Mensuel, et son camarade poète et cinéaste franco-grec Yannis Youlountas.
Jean-Jacques Rue, c’est une figure d’Utopia : un nounours punk qui s’active dans les salles de Saint-Ouen l’Aumône. Chroniqueur cinéma à Siné Mensuel, vous l’avez peut-être croisé à La Manutention en compagnie de Siné ou récemment avec Raoul Peck lors de l’avantpremière du film Le Jeune Karl Ma...

BNP-Paribas attaque en justice une militante d’Attac pour avoir dénoncé son évasion fiscale.
Une militante d’Attac devant la justice. Son tort ? avoir dénoncé l’évasion fiscale de BNP. Nicole Briend, militante d’Attac, est convoquée au tribunal de Carpentras le 6 février pour vol en réunion et refus de donner ses empreintes ADN. Elle a participé, avec une dizaine de personnes d’Attac, ...

En collaboration avec l’association Contraluz, séance unique le jeudi 7 décembre à 20h30 suivie d’une rencontre avec les cinéastes Brigitte BOUSQUET et Marco BENTZ.
Vente des places à partir du lundi 27 novembre.

LOS MUERTOS NO QUIEREN NADAR

(Les morts ne veulent pas nager) Écrit et réalisé par Marco BENTZ et Brigitte BOUSQUET - documentaire France/Pérou 2017 1h30mn -

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LOS MUERTOS NO QUIEREN NADAR« Quand on regarde un gringo, on est mal à l’aise. On se dit qu’ils vont nous voler, nous tuer ou autre… Ces histoires de gringos qui volaient les femmes, ou de tigres qui mangeaient les gens… ce sont les contes réels des souffrances des Kukamas. » (un protagoniste du film)

En Amazonie péruvienne, de petits groupes se forment pour faire face aux abus de l’État et de l’argent, d’autres ne font rien et d’autres encore ne savent rien. À travers le portrait de plusieurs personnages et d’une fiction poétique qui rappelle tant l’Histoire que les mythes, le documentaire questionne la réalité amazonienne. Il expose au quotidien les conséquences de l’économie globalisée avec en arrière plan du pétrole, des désirs, de la corruption, beaucoup de corruption, des multinationales délictueuses et puissantes, des luttes improbables, des individus intègres et volontaires, des indigènes de là-bas.
Los muertos no quieren nadar s’interroge sur la place de l’humain dans un monde sans divin. Au gré de la lente remontée du fleuve, les faits et les personnages rencontrés illustrent la réalité de cette trame complexe où se confrontent plusieurs frontières culturelles, environnementales et spirituelles.
Le film, dont la photographie est magnifique, se développe à hauteur humaine, auprès « d’indiens » sans plumes ni maquillages, d’occidentaux plus ou moins égarés et de la pauvreté ordinaire. La fiction, inspirée dans sa forme du théâtre Nô, reprend tant les mythologies que l’histoire ou les rêves et par sa poésie, elle ouvre le film sur d’autres perspectives, d’autres possibles.

Contraluz est une association de culture hispanique basée à Avignon. Projections, conférences, cours et stages d’Espagnol, cours de tango, expositions... Contraluz prépare ses voyages de l’année prochaine : Gérone (Espagne), Chili-Bolivie, Pérou.
Renseignements 06 87 23 11 41 ou contact@contraluz.fr