LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Ils viennent découvrir des films
Que nous les appellions migrants, immigrés, réfugiés… Qu’ils soient partis de chez eux pour des raisons économiques, de famine ou de guerre, raisons religieuses, orientation sexuelle… Ils ont fui l’âme abimée, espérant trouver un endroit où la vie serait possible. Ils sont jeunes et viennent de temp...

PÉTITION POUR QUE BEN RESTE EN FRANCE
Ben jeune ivoirien qui était hébergé par l’Aide Sociale à l’Enfance (ASE) dans un hôtel à Avignon a reçu jeudi 19 octobre une Obligation de Quitter le Territoire Français et l’ASE a demandé une levée de placement. Ben peut donc se retrouver à la rue. Ben Diakite est né le 24/03/2000, il a un certifi...

LES LUMIÈRES DANS LA VILLE SUIT SON COURS(-MÉTRAGES) !
Pour reprendre un peu l’historique, Les Lumières de la ville, le projet initié par l’association 100 pour 1, Les Ateliers du court-métrage, le Collectif Inouï, Cinambule et Utopia suit son cours… L’idée du projet est de créer des filmsen une journée avec 6 jeunes contactés par l’association 10...

Solidarité avec Jean-Jacques Rue, collègue d’Utopia Saint-Ouen l’Aumône et ci-devant chroniqueur cinéma à Siné Mensuel, et son camarade poète et cinéaste franco-grec Yannis Youlountas.
Jean-Jacques Rue, c’est une figure d’Utopia : un nounours punk qui s’active dans les salles de Saint-Ouen l’Aumône. Chroniqueur cinéma à Siné Mensuel, vous l’avez peut-être croisé à La Manutention en compagnie de Siné ou récemment avec Raoul Peck lors de l’avantpremière du film Le Jeune Karl Ma...

BNP-Paribas attaque en justice une militante d’Attac pour avoir dénoncé son évasion fiscale.
Une militante d’Attac devant la justice. Son tort ? avoir dénoncé l’évasion fiscale de BNP. Nicole Briend, militante d’Attac, est convoquée au tribunal de Carpentras le 6 février pour vol en réunion et refus de donner ses empreintes ADN. Elle a participé, avec une dizaine de personnes d’Attac, ...

Séance unique le mardi 28 novembre à 18h15 en présence de Bernard Senet, président du MRAP84, et sous réserve le réalisateur Rachid Oujdi. En collaboration avec l’association 100 pour 1, le MRAP et RESF.

J’AI MARCHÉ JUSQU’À VOUS, RÉCITS D’UNE JEUNESSE EXILÉE

Écrit et réalisé par Rachid OUJDI - France 2016 52mn - Musique originale de HK (Kaddour Hadadi auteur-interprète du groupe HK & Les Saltimbanks)... Prix du public - meilleur long métrage Festival Amnesty International « Au cinéma pour les droits humains » 2017.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

J’AI MARCHÉ JUSQU’À VOUS, RÉCITS D’UNE JEUNESSE EXILÉEIls sont invisibles parce que la ville préfère fermer les yeux. Autour de la gare St Charles de Marseille, pourtant, la caméra de Rachid Oudji a su débusquer les nouveaux enfants des rues. Ceux qui n’ont même pas un sac de couchage, parce qu’ils débarquent ici sans bagage, hagards après avoir traversé deux, trois ou six pays. On les appelle les « MIE ». Ces « mineurs isolés étrangers » seraient 8000 en France. Le réalisateur de ce Récits d’une jeunesse exilée a suivi un petit groupe, les a vus se présenter au Service d’accueil et d’accompagnement des mineurs étrangers non accompagnés et en repartir souvent sans solution.
Sans fioritures ni sanglots, celui qui avait déjà raconté les chibanis, ces travailleurs immigrés maghrébins retraités comme des hommes entre deux mondes, raconte ces gamins en souffrance. Tous ressentent combien il est dur d’arriver en France seuls, en 2017, quand on a 13 ou 15 ans ; combien la rue est dangereuse pour eux, proies si faciles des réseaux.

Ils s’appellent Omar, ou Roméo, viennent d’Afghanistan ou d’Afrique et se retrouvent dehors dans ce pays qu’ils croyaient accueillant. Les images sont belles comme est belle l’éternelle Marseille, mais, pour eux, elles sont dures, comme sont durs l’exclusion, la faim, le froid, le manque de sommeil. S’ils redeviennent parfois des enfants l’espace d’un instant, souriant aux chanceux qui ont trouvé place dans la grande roue du Vieux-Port, ou se réjouissent de ceux qui sont au chaud dans le monde de la consommation de l’autre côté des vitrines, leur enfance est une longue blessure que Rachid Oujdi effleure, donnant à réfléchir sur ce que signifie aujourd’hui avoir signé la Convention des droits de l’enfant.

Maryline Baumard, Le Monde

RESF A BESOIN DE VOTRE AIDE !
Syriens, Togolais, Guinéens, Afghans... et d’autres venus de bien d’autres pays où il ne fait plus bon vivre pour eux, beaucoup de réfugiés en France vivent encore dans la rue. À Avignon, un réseau d’associations et de bénévoles (RESF, Collectif des mineurs isolés) continue chaque jour d’accueillir, d’accompagner ceux qui ne rentrent pas ou pas encore dans les bonnes cases, demandeurs d’asile sans logement attribué, majeurs sans papiers, mineurs isolés placés et délaissés dans des hôtels...
Nous sommes donc à la recherche de personnes, de familles qui pourraient héberger pendant quelques semaines (ou plus) une personne réfugiée (ou plus.. !).
Notre réseau d’amis, de connaissances ne suffit plus à répondre aux demandes,
nous avons donc besoin de nouvelles forces vives !
Vous pouvez contactez Chantal au 04 88 50 15 21.