LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

ZONE DE DISCUSSION, DONNEZ-NOUS VOTRE AVIS.
FERMETURE DU VERGER D’URBAIN VN’hésitez pas à donner votre avis et à nous aider à trouver des solutions en vous exprimant sur ce billet.  Voir les textes ci-dessous :Urbain V, le pape de la discorde, et si ce n’était pas le sujet ?Utopia, mon amour ! Verger Urbain V, écrin ou car...

Urbain V, le pape de la discorde, et si ce n’était pas le sujet ?
Et si ce n’était pas le sujet ? Il est donné de-ci de-là, dans la presse, communiqué de la Ville, aux comptoirs des bistrots…, des « informations », pour le moins fantaisistes, surprenantes, voire peut-être avec une petite pointe de taquinerie, mais aussi, allez !, un zeste de ma...

Utopia, mon amour !
Courrier reçu de Bernard et Véronique.Mais que se passe-t-il encore dans ma bonne ville d’Avignon ?Mon vieux pote avec qui j’écumais vos salles à leur ouverture, il y a plus de quarante ans, vient de m’en annoncer une bien bonne : l’épatante promenade qu’il avait l’habitude de faire en fam...

Le passage du Verger Urbain V : l’impasse ?
À ceux qui sont partis en vacances et ont décroché des faits divers.Vous l’avez sûrement remarqué, le Verger Urbain V a été refait : plus de terrain vague mais un jardin flambant neuf, beau passage pour aller le soir à la Manutention et même continuer en longeant la prison jusqu’au fleuve....

ET MAINTENANT ! NOUS VOUS PROPOSONS DE SIGNER MASSIVEMENT LA PÉTITION !
Affirmez votre refus de nous voir remisés au fond d’un cul de sac et votre droit de nous rendre visite, comme celui de transiter, en journée comme en soirée par le passage du verger. Dans notre optimisme béat nous espérons des milliers de signatures, montrez que nous sommes timorés et que ce sera de...

La séance du vendredi 15 décembre à 18h15 sera suivie d’une discussion avec Jean-Paul Campillo, enseignant au département d’Études Hispaniques de l’université d’Avignon, spécialisé en cinéma. Pour cette séance, vente des places à partir du lundi 6 décembre.

CET OBSCUR OBJET DU DÉSIR

Luis BUÑUEL - France 1977 1h42mn - avec Fernando Rey, Carole Bouquet, Angela Molina, Julien Bertheau... Scénario de Luis Buñuel et Jean-Claude Carrière.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

CET OBSCUR OBJET DU DÉSIRUn sexagénaire, Mathieu Faber, jette un seau d’eau sur la tête d’une jeune femme. Il raconte son histoire : la belle victime s’appelle Conchita. Depuis trop longtemps, elle joue à le séduire, tout en se refusant éternellement à lui.
C’est le dernier film de Luis Buñuel, alors âgé de 77 ans, sourd et fatigué. Déçu par la performance de Maria Schneider, initialement prévue pour jouer Conchita, le cinéaste la fait remplacer par deux autres. Une idée aussi cocasse qu’étourdissante : choisir deux visages (doublés par la même voix) pour
interpréter les deux facettes d’une même femme, mi-ange midémon.
Ce double archétype féminin hante toute l’oeuvre de Buñuel, où les créatures perfides côtoient les vierges effarouchées.
Happés par le vertige de l’inassouvi et surtout rongés par l’atroce sensation de déjà-vu, les êtres patinent sur place. Sur fond de terrorisme armé, ils courent après l’impossible. Pourtant, leur chemin est parsemé de signes préventifs. Comment accepter une demande en mariage en regardant un majordome ramasser une souris coincée dans un piège ? Cynique et drôle, Luis Buñuel constelle son film de détails absurdes hérités du surréalisme. Il songea même à baptiser son film Le Barbier de Séville, pour le plaisir de voir le spectateur s’embarquer sur une fausse piste. (Marine Landrot, Télérama)