LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Verger Urbain V, écrin ou carcan ?
 Vous êtes nombreux à nous questionner sur la soudaine fermeture du passage du Verger Urbain V le soir. C’est le chemin qui vous mène directement  du centre-ville vers le cinéma. Vous êtes nombreux à ne pas comprendre les objectifs de cette décision (nous, pas vraiment non plus), à trouver...

Enseignantes, enseignants
Reprise des séances scolaires en septembre :Nous redémarrons les dispositifs École au cinéma (prévisionnement le samedi 29 septembre pour le 1er trimestre), Collège au cinéma (inscriptions possibles jusqu’au 22 septembre) et Lycéen au cinéma.  Pour les séances hors dispos...

L’AQUARIUS OU LE NAUFRAGE DU BON SENS EUROPÉEN
Chaque année plus de 3000 hommes, femmes et enfants meurent noyés en Méditerranée en tentant la traversée sur des embarcations de fortune. Afin de porter secours à ceux qui fuient pour sauver leur vie, des citoyens européens ont décidé d’agir en créant l’association SOS Méditerranée qui a affrété un...

Le cinéma Utopia à Avignon de 1976 à 1994 une histoire de militantisme culturel et politique
Un livre de Michaël Bourgatte aux éditions Warm   « France, années 70. Anne-Marie Faucon, Michel Malacarnet et leurs compagnons de route inventent à Avignon un lieu atypique et pionnier, où ils souhaitent partager avec le plus grand nombre leur passion du cinéma et de l’échange. Avec pe...

En Avignon, 7 jeunes réfugiés par jour demandent à être mis à l’abri.
La protection des mineurs résidant sur le sol français est un droit constitutionnel. Néanmoins, le Conseil Départemental du Vaucluse, depuis des mois, s’acharne à faire fi des règles de base de la protection de l’enfance. Par souci de maîtrise budgétaire…  Le Collectif de soutien aux mineurs...

UN ENFANT ATTEND

(A CHILD IS WAITING) John CASSAVETES - USA 1963 1h42 VOSTF - avec Burl Lancaster, Judy Garland, Gena Rowlands, Bruce Ritchey, Paul Stewart, Steven Hill... Scénario d'Abby Mann.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

UN ENFANT ATTENDC'est un film à part dans la filmographie de John Cassavetes. Un film de commande, dont il n'a pas pu maîtriser la réalisation, surveillée de très près, de trop près, par le producteur Stanley Kramer – lui-même réalisateur passablement académique de films à thèse – qui d'ailleurs en assura finalement le montage. Un enfant attend fut dans un premier temps renié par Cassavetes, qui malgré tout n'enleva pas son nom du générique et qui se montra moins sévère à la fin de sa carrière, trouvant le film pas si mal, mais beaucoup plus sentimental que s'il en avait gardé le contrôle de bout en bout.
En tant que spectateur, on est encore moins sévère que l'intraitable Cassavetes : on n'a pas trouvé le film sentimental, on l'a trouvé émouvant, voire bouleversant, abordant avec une sensibilité admirable le thème difficile de l'enfance handicapée mentale, et célébrant avant tout une valeur essentielle que le cinéaste a mise au centre de tous ses films : l'amour. Un enfant attend est incontestablement plus sage, plus classique que les chefs d'œuvre de Cassavetes que sont Une femme sous influence ou Opening night mais c'est quand même un film formidable, porté par deux grands acteurs : Burt Lancaster et Judy Garland, dont c'est le dernier rôle.

Ted Widdicombe confie son fils Reuben, qu'il considère comme retardé, à la charge de la clinique du Docteur Matthew Clark, qui accueille les enfants souffrant d'un handicap mental, dont les autistes et les trisomiques. Deux années passent sans que l'enfant fasse de progrès, il demeure rebelle et refuse de s'intégrer à toute vie de groupe.
Jean Hansen, une musicienne désabusée, est engagée dans la clinique pour des séances de musicothérapie. Elle s'attache bientôt à Reuben, et veut absolument, contre l'avis du docteur, rencontrer les parents, dont elle perçoit qu'ils ont sans doute, consciemment ou non, rejeté leur enfant…