LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

ZONE DE DISCUSSION, DONNEZ-NOUS VOTRE AVIS.
FERMETURE DU VERGER D’URBAIN VN’hésitez pas à donner votre avis et à nous aider à trouver des solutions en vous exprimant sur ce billet.  Voir les textes ci-dessous :Urbain V, le pape de la discorde, et si ce n’était pas le sujet ?Utopia, mon amour ! Verger Urbain V, écrin ou car...

TOUTES CES CHOSES QUE JE NE COMPRENDS PAS.
Il y a des choses que je ne comprends pas. Dans cette ville, il y a plein de choses que je ne comprends pas. Bon, d’accord, je donne un exemple. J’habite dans le quartier de la Bonneterie, qui a fait l’objet récemment d’une requalification, comme on dit dans le jargon technocratique, plutôt réu...

UBU, ROI DU VERGER
@page { margin: 2cm } p { margin-bottom: 0.25cm; line-height: 120% }- Je peux vous poser une question ?- Oui, qu’est-ce que c’est ?- C’est une phrase interrogative, qu’onutilise pour tester les connaissances. Pour le coup, ce dialogue n’est pas extrait de la pièce Ubu Roi mais du film Y ...

Urbain V, le pape de la discorde, et si ce n’était pas le sujet ?
Et si ce n’était pas le sujet ? Il est donné de-ci de-là, dans la presse, communiqué de la Ville, aux comptoirs des bistrots…, des « informations », pour le moins fantaisistes, surprenantes, voire peut-être avec une petite pointe de taquinerie, mais aussi, allez !, un zeste de ma...

Utopia, mon amour !
Courrier reçu de Bernard et Véronique.Mais que se passe-t-il encore dans ma bonne ville d’Avignon ?Mon vieux pote avec qui j’écumais vos salles à leur ouverture, il y a plus de quarante ans, vient de m’en annoncer une bien bonne : l’épatante promenade qu’il avait l’habitude de faire en fam...

On vous attend le samedi 17 février à 10h30. Nous proposons une réunion publique, afin d’échanger sur le projet, rassembler les synergies, proposer des envies, réfléchir à la suite…
On vous montrera les trois films, en présence des acteurs du projet.
C’est l’occasion d’entrer en contact avec le collectif, de l’étoffer et de
mettre en marche la machine. Des bras et du temps sont recherchés !

LES LUMIÈRES DE LA VILLE, trois courts-métrages

Pour cette année qui commence, nous continuons notre projet Les lumières de la ville en partenariat avec l’association 100 pour 1 et Christophe Lebon, cette « fabrique de films », en lien avec les jeunes demandeurs d’asile de l’association 100 pour 1.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

Le but : réaliser un film en une journée. Réaliser, c’est à dire écrire et tourner un court muet burlesque d’environ 5mn par une équipe d’une douzaine de personnes ! Autre défi : les participants ne se connaissent pas avant le premier café du matin ! En effet, sur les premiers tournages, un moitié de l’équipe était composée de spectateurs tirés au sort suite aux appels à castings, et l’autre moitié de l’équipe de jeunes mineurs isolés accompagnés par 100 pour 1.

GARÇON, S'IL VOUS PLAÎT


OSCAR LE CHIEN


AUTANT EN EMPORTE LE VENT


Cette expérience a permis des échanges, des rencontres, comme celles de Ben et Arouna, dont on vous parle à coté. C’est sur ces bases que le collectif s’est créé, entre une forme de solidarité militante et la gageure artistique.
Trois films ont déjà été tournés, certains chanceux ont déjà pu en voir, lors du dernier festival Court c’est court de nos partenaires de Cinambule ou le 31 décembre, mis en musique par nos non moins partenaires d’Inouï, en préambule du ciné-concert.