LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Rendez-vous des Amis de l’Huma : REVENONS AUX REVENANTS
Pasolini, Mandela et Bollène, rien à voir ? Si, les trois films qui ont ces mots dans leurs titres ont quelque chose à voir : le retour.   Les trois films valent avant tout par leur beauté, leur force. Se torno (Si je reviens), Ernest Pignon Ernest et la figure de Pasolini. Er...

Le cinéma Utopia à Avignon de 1976 à 1994 une histoire de militantisme culturel et politique
Un livre de Michaël Bourgatte aux éditions Warm   « France, années 70. Anne-Marie Faucon, Michel Malacarnet et leurs compagnons de route inventent à Avignon un lieu atypique et pionnier, où ils souhaitent partager avec le plus grand nombre leur passion du cinéma et de l’échange. Avec pe...

En Avignon, 7 jeunes réfugiés par jour demandent à être mis à l’abris.
La protection des mineurs résidant sur le sol français est un droit constitutionnel. Néanmoins, le Conseil Départemental du Vaucluse, depuis des mois, s’acharne à faire fi des règles de base de la protection de l’enfance. Par souci de maîtrise budgétaire…  Le Collectif de soutien aux mineurs...

le Grand Pavois Main Basse sur Baladar
Mercredi  11 juillet  à 11h Utopia Manutention La compagnie le Projecteur H qui joue au Théâtre le Grand Pavois Main Basse sur Baladar, d’après un texte de Jacques Prévert, invite le MRAP, Amnesty International, 100 pour 1 et RESF pour débattre de thèmes présents dans le spectacle - le ...

Et le Collectif 123 Soleil est né !
L’association 100 pour 1, Le cinéma Utopia et les Ateliers du court-métrage fêtent bientôt les un an d’une aventure qui aura permis de produire pas moins de 6 films. Six courts-métrages réalisés à chaque fois avec un groupe de 15 personnes en une journée, groupe qui est toujours const...

Séance unique samedi 17 mars à 10h00 proposée par l’ARIP et en présence du Dr Michel Dugnat, président de l’ARIP, pédopsychiatre en périnatalité dans les deux unités de soins psychiques parents-bébé d’Avignon et de Marseille. Dans le cadre de la semaine d’information sur la santé mentale, thématique : Parentalité et enfance. Achetez vos places à partir du 7 mars. Tarif unique 4€

LES ACACIAS

Pablo GIORGELLI - Argentine 2011 1h25mn VOSTF - avec German Da Silva, Hebe Duarte, Nayra Cale Mamani... Scénario de Pablo Giorgelli et Salvador Roselli. Caméra d’Or, Festival de Cannes 2011.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LES ACACIASCe sont souvent de petits riens que sont faits les grands films, les exemples sont légion. Le point de départ de Las Acacias est pour le moins ténu. Ruben, un camionneur taciturne, trimballe entre le Paraguay et l’Argentine des troncs entiers (les acacias du titre). Cette fois, son patron lui a demandé sans plus d'explications d'emmener avec lui Jacinta et son bébé Anahi, qui seront ses passagers tout au long des 1500 kilomètres qui les séparent de Buenos Aires. Autant dire que 1500 km à la vitesse de son vieux camion brinquebalant chargé de quelques stères de bois, ça veut dire de longues heures de co-habitation dans l'espace exigu de la cabine. Et entre le bougon solitaire et la mère discrète, on ne peut pas dire que la glace se brise immédiatement. Chacun ne sait rien de l’autre, le spectateur les découvre tous les deux par bribes. Ruben semble avoir un fils qu’il n’a pas vu depuis des années, Jacinta se contente de dire que son enfant n’a pas de père. En tout cas, Ruben fait une tête de trois pieds de long quand il découvre avant le départ que sa passagère imposée est accompagnée d’un bambin, même si la petite Anahi a une bouille qui pourrait faire craquer le pire des misanthropes. Il est agacé par les pleurs de l’enfant, boit égoïstement sa bouteille d’eau sans en proposer à sa voisine. Et quand Jacinta doit franchir seule à pied la frontière entre le Paraguay et l’Argentine avant de retrouver le camion du côté argentin, ça ne dérange pas Ruben de la laisser poireauter quelques heures avec son enfant à côté du poste frontière. Et puis… et puis…

A l’heure où la SNCF privilégie de plus en plus les trains à grande vitesse au détriment des petites lignes, on ne dira jamais assez la capacité des longs trajets à vitesse de sénateur – ceux que l’on faisait autrefois dans les compartiments (odieusement remplacés par les salles uniques où tout le monde regarde dans la même direction) – à créer du lien, à favoriser la rencontre : on ne peut que vous inciter à pratiquer le covoiturage et l’auto-stop, formidables moyens de combattre la déshumanisation des transports. Ainsi donc, entre les cahots, les arrêts divers pour changer le bébé, les pauses sandwich, le courant entre Ruben et Jacinta va insensiblement passer avec, dans le rôle primordial de l’intercesseur, la petite Anahi dont les risettes et ronronnements divers vont finir par faire craqueler la carapace d’apparente indifférence de Ruben.

Ce ne sont pas dans de grandes discussions philosophiques ou même de convenance que vont se lancer Ruben et Jacinta. Simplement, petit à petit, chacun va s’intéresser à des petits détails de l’autre. Ruben est curieux de la langue guarani dans laquelle Jacinta parle à son enfant. Jacinta ne peut s’empêcher de fouiller la boite à gants à la recherche de quelque indice sur la vie de Ruben. Puis ce sont juste des regards discrets et des sourires qui vont se multiplier alors que les kilomètres s’égrènent. Tant et si bien qu'à l'approche des faubourgs de Buenos Aires, terme d'un voyage qui s'annonçait quelques heures auparavant comme une corvée, chacun commence à redouter le moment de la séparation. Alors le spectateur est envahi, comme les deux voyageurs, par une intense émotion. Et c’est bien la marque d'un grand film de savoir faire naître un tel sentiment à partir de trois fois rien.

ARIP : Association pour la Recherche et l’(In)formation en Périnatalité
propose aux différents acteurs de la santé et de la parentalité périnatales un cadre souple et des moyens pour une réflexion collective, inter-professionnelle et inter-institutionnelle sur la périnatalité. Cette réflexion s’appuie sur l’attention portée aux bébés, à leurs parents et à leur environnement et les façons de préparer l’avenir de l’enfant et de l’adulte qu’il deviendra.