LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Rendez-vous des Amis de l’Huma : REVENONS AUX REVENANTS
Pasolini, Mandela et Bollène, rien à voir ? Si, les trois films qui ont ces mots dans leurs titres ont quelque chose à voir : le retour.   Les trois films valent avant tout par leur beauté, leur force. Se torno (Si je reviens), Ernest Pignon Ernest et la figure de Pasolini. Er...

Le cinéma Utopia à Avignon de 1976 à 1994 une histoire de militantisme culturel et politique
Un livre de Michaël Bourgatte aux éditions Warm   « France, années 70. Anne-Marie Faucon, Michel Malacarnet et leurs compagnons de route inventent à Avignon un lieu atypique et pionnier, où ils souhaitent partager avec le plus grand nombre leur passion du cinéma et de l’échange. Avec pe...

En Avignon, 7 jeunes réfugiés par jour demandent à être mis à l’abris.
La protection des mineurs résidant sur le sol français est un droit constitutionnel. Néanmoins, le Conseil Départemental du Vaucluse, depuis des mois, s’acharne à faire fi des règles de base de la protection de l’enfance. Par souci de maîtrise budgétaire…  Le Collectif de soutien aux mineurs...

le Grand Pavois Main Basse sur Baladar
Mercredi  11 juillet  à 11h Utopia Manutention La compagnie le Projecteur H qui joue au Théâtre le Grand Pavois Main Basse sur Baladar, d’après un texte de Jacques Prévert, invite le MRAP, Amnesty International, 100 pour 1 et RESF pour débattre de thèmes présents dans le spectacle - le ...

Et le Collectif 123 Soleil est né !
L’association 100 pour 1, Le cinéma Utopia et les Ateliers du court-métrage fêtent bientôt les un an d’une aventure qui aura permis de produire pas moins de 6 films. Six courts-métrages réalisés à chaque fois avec un groupe de 15 personnes en une journée, groupe qui est toujours const...

Séance unique le samedi 28 avril à 15h40 dans le cadre de la Journée de commémoration du génocide arménien.

LA PROMESSE

Terry GEORGES - USA 2017 2h13mn VOSTF - avec Oscar Isaac, Christian Bale, Charlotte le Bon, Daniel Giménez Cacho, Angela Sarafyan... Scénario de Robin Swicord et Terry George.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LA PROMESSE1914, la Grande Guerre menace d’éclater tandis que s’effondre le puissant Empire Ottoman. À Constantinople, Michael, jeune étudiant en médecine arménien et Chris, reporter photographe américain, se disputent les faveurs de la belle Ana. Tandis que l’Empire s’en prend violemment aux minorités ethniques sur son territoire, ils doivent unir leurs forces pour tenir une seule promesse : survivre et témoigner.

Ce film à « gros budget » financé intégralement par un homme d’affaire d’origine arménienne, Kirk Kerkorian, présente donc la tragédie du génocide des Arméniens de 1915 à la manière d’une grande fresque historique à l’ancienne, façon Lawrence d’Arabie ou Docteur Jivago. L’argent ne fait pas tout puisque The Promise eut pourtant bien du mal à trouver un distributeur. Ce qui n’est pas une première pour Hollywood qui avait déjà tenté de sortir un film sur le génocide arménien, en produisant une adaptation du roman de Franz Werfel Les quarante jours du Musa Dagh avec Clark Gable dans le rôle principal. Projet avorté après avoir subi des pressions diplomatiques turques, relayé par le Département d’État Américain… Le sujet est donc très sensible, car si la France a reconnu par une loi (votée en 2001) le Génocide des Arméniens, que l’Allemagne et l’Autriche ont même reconnu leur culpabilité, ce n’est pas le cas pour la Turquie puisque son président Erdogan, a déclaré encore dernièrement que les accusations de génocide arménien constituaient un « chantage » et que son pays ne les « accepterait jamais »…
Le film sort toutefois l’an dernier, entre biopic grandiose pour certains ou encore œuvre incomplète pour d’autres. Il n’en reste pas moins que la principale qualité de The Promise est de donner plus de visibilité au génocide arménien, et fait évidemment écho à la Shoah, Holocauste survenue 35 ans plus tard.