LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Rendez-vous des Amis de l’Huma : REVENONS AUX REVENANTS
Pasolini, Mandela et Bollène, rien à voir ? Si, les trois films qui ont ces mots dans leurs titres ont quelque chose à voir : le retour.   Les trois films valent avant tout par leur beauté, leur force. Se torno (Si je reviens), Ernest Pignon Ernest et la figure de Pasolini. Er...

Le cinéma Utopia à Avignon de 1976 à 1994 une histoire de militantisme culturel et politique
Un livre de Michaël Bourgatte aux éditions Warm   « France, années 70. Anne-Marie Faucon, Michel Malacarnet et leurs compagnons de route inventent à Avignon un lieu atypique et pionnier, où ils souhaitent partager avec le plus grand nombre leur passion du cinéma et de l’échange. Avec pe...

En Avignon, 7 jeunes réfugiés par jour demandent à être mis à l’abris.
La protection des mineurs résidant sur le sol français est un droit constitutionnel. Néanmoins, le Conseil Départemental du Vaucluse, depuis des mois, s’acharne à faire fi des règles de base de la protection de l’enfance. Par souci de maîtrise budgétaire…  Le Collectif de soutien aux mineurs...

le Grand Pavois Main Basse sur Baladar
Mercredi  11 juillet  à 11h Utopia Manutention La compagnie le Projecteur H qui joue au Théâtre le Grand Pavois Main Basse sur Baladar, d’après un texte de Jacques Prévert, invite le MRAP, Amnesty International, 100 pour 1 et RESF pour débattre de thèmes présents dans le spectacle - le ...

Et le Collectif 123 Soleil est né !
L’association 100 pour 1, Le cinéma Utopia et les Ateliers du court-métrage fêtent bientôt les un an d’une aventure qui aura permis de produire pas moins de 6 films. Six courts-métrages réalisés à chaque fois avec un groupe de 15 personnes en une journée, groupe qui est toujours const...

CORNÉLIUS, LE MEUNIER HURLANT

Écrit et réalisé par Yann LE QUELLEC - France 2018 1h47mn - avec Bonaventure Gacon, Anaïs Demoustier, Gustave Kervern, Jocelyne Desverchère, Christophe Paou, Denis Lavant… et la voix chaude d'Iggy Pop... D'après le roman Le Meunier hurlant de Arto Paasilinna.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

CORNÉLIUS, LE MEUNIER HURLANTIl était une fois Cornélius. Fils de la terre et de la mer, littéralement sorti du sable, mis au monde et fait homme par le ressac, sur un littoral inconnu, Cornélius a les épaules solides d'un bûcheron, le regard clair d'un enfant, la barbe rousse en pétard et la dégaine d'un Jeremiah Johnson mal fagoté. Notre ersatz de cowboy sans monture arrive, au terme d'une longue errance à travers les forêts et les causses désertiques, dans une vallée, jusqu'à un petit hameau sans âge, comme figé quelque part entre le xixe et le tout début du xxe siècle, niché au creux d'une falaise. Cornelius y pose son barda, prend le sens du vent – important, le sens du vent – et décide de s'établir meunier. Là-haut, au bord du promontoire qui domine le village, il entreprend, avec la bénédiction de la population, de clouer les planches, enclencher rouages et engrenages, poser portes, fenêtres et fauteuils au milieu des pierres et des chardons. Et contre toute attente, alors que ça ne ressemble pas à grand chose de connu en la matière, c'est bien un moulin à vent qu'il érige. Et un jardin fleuri. Obligatoire, le jardin fleuri, puisque la jeune et jolie et mutine Carmen, fille du Maire et conseillère horticole, en a décidé ainsi. Et de toute évidence on ne contredit pas facilement Carmen. Bien vite, l'ours plus ou moins bien léché, qui vit à l'écart de la place publique mais fournit l'épicier en belle farine bien blanche, ployant sous ses sacs en passant le long de la rivière, attise les convoitise des lavandières. Et éveille concomitamment la méfiance des hommes, au premier rang desquels le promis de la belle Carmen. Mais Cornélius trimbale un secret lourd à porter : certaines nuit, même pas forcément de pleine lune, comme acculé par un mal-être impossible à contenir, son corps se convulse, ses membres se raidissent – et longuement, puissamment, rageusement, tel un loup blessé, il hurle son désespoir à tout vent, du haut de sa falaise. Au risque de perturber le sommeil de ses (lointains) voisins.

L'improbable transposition dans une France intemporelle, montagnarde, rude, transforme assez radicalement le roman fameux de Paasilinna en conte farfelu et cruel – presque en comptine tant le rythme, la musique et la danse, l'expressivité des corps y prennent d'importance. L'univers de Yann Le Quellec, on le sait depuis ses courts métrages, c'est du décalé, du barré, du poétique, du joyeusement foutraque et du furieusement burlesque. Il donne avec Cornélius la pleine mesure de son sens de l'espace, du cadre et des situations absurdes, apporte une attention de tous les instants aux détails, aux couleurs, aux paysages secs et rocailleux des Grands Causses (principalement le cirque de Navacelle) qui sont le décor grandiose de cette rieuse tragi-comédie humaine aux accents, donc, de western solaire.

La galerie de personnages qui évoluent autour du poor lonesome heros sont à la fois loufoques et touchants, parfois pathétiques ou inquiétants, condensé d'une humanité grégaire qui peine, c'est un euphémisme, à accepter les différences. Le village peut exploser de générosité, chanter et danser son bonheur jusqu'au bout de la nuit, et l'instant d'après se replier farouchement sur lui-même, se débarrasser radicalement d'un élément perturbateur. Prêtant ses traits à l'intrépide Don Quichotte qui tente de bâtir des moulins plutôt que de les combattre, Bonaventure Gacon, inconnu jusqu'alors au bataillon, incarne avec évidence ce chevalier à la pas-si-triste figure. Aux côtés d'Anaïs Demoustier plus lumineuse que jamais, il éberlue, époustoufle et émeut avec une vivacité peu commune, mêle dans un même corps la force tellurique du titan et la fragilité d'un enfant. On lui doit beaucoup du charme troublant, du bonheur léger que distille le film.