LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

ZONE DE DISCUSSION, DONNEZ-NOUS VOTRE AVIS.
FERMETURE DU VERGER D’URBAIN VN’hésitez pas à donner votre avis et à nous aider à trouver des solutions en vous exprimant sur ce billet.  Voir les textes ci-dessous :1- ET MAINTENANT ! NOUS VOUS PROPOSONS DE SIGNER MASSIVEMENT LA PÉTITION !La pétition pour le maintien de l’ouvert...

Le passage du Verger Urbain V : l’impasse ?
À ceux qui sont partis en vacances et ont décroché des faits divers.Vous l’avez sûrement remarqué, le Verger Urbain V a été refait : plus de terrain vague mais un jardin flambant neuf, beau passage pour aller le soir à la Manutention et même continuer en longeant la prison jusqu’au fleuve....

ET MAINTENANT ! NOUS VOUS PROPOSONS DE SIGNER MASSIVEMENT LA PÉTITION !
Affirmez votre refus de nous voir remisés au fond d’un cul de sac et votre droit de nous rendre visite, comme celui de transiter, en journée comme en soirée par le passage du verger. Dans notre optimisme béat nous espérons des milliers de signatures, montrez que nous sommes timorés et que ce sera de...

Verger Urbain V, écrin ou carcan ?
 Vous êtes nombreux à nous questionner sur la soudaine fermeture du passage du Verger Urbain V le soir. C’est le chemin qui vous mène directement  du centre-ville vers le cinéma. Vous êtes nombreux à ne pas comprendre les objectifs de cette décision (nous, pas vraiment non plus), à trouver...

Enseignantes, enseignants
Reprise des séances scolaires en septembre :Nous redémarrons les dispositifs École au cinéma (prévisionnement le samedi 29 septembre pour le 1er trimestre), Collège au cinéma (inscriptions possibles jusqu’au 22 septembre) et Lycéen au cinéma.  Pour les séances hors dispos...

LUNA

Elsa DIRINGER - France 2017 1h33mn - avec Laëtitia Clément, Rod Paradot, Lyna Khoudri, Frédéric Pierrot... Scénario d'Elsa Diringer et Claude Mouriéras.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LUNAVous savez ce que c’est, d’avoir le regard perdu dans le ciel et de regarder la lune apparaître peu à peu derrière un nuage qui la cachait… C’est un peu la même chose avec Luna : elle qui semble d’abord si opaque, une simple fouteuse de zbeul qui vous rentre dedans avec son argot de cagole, se montre vite lumineuse à tel point qu’on a plus qu’une envie : la suivre tel un berger son étoile. Et c’est peu dire que Laëtitia Clément, captivante de beauté et de fougue, est une révélation.

Fille de feu au tempérament chauffé à blanc qui fond comme les banquises dès que son petit ami Ruben lui accorde un semblant d’attention, Luna a 16 ans. C’est l’âge des directions à prendre, même si la route est longue et les accidents nombreux sur le périph. Elle aime éperdument son homme. Lui, en bon chef de bande macho, a tout d’une tête de nœuds tellement emmêlés qu’on se dit que c’est mal barré pour les démêler. Quand Luna lui offre un chiot (franchement adorable...) pour son anniversaire, il se montre aussi reconnaissant qu’un pharaon qui recevrait un grain de riz. Quand elle lui annonce qu’elle doit avorter, le dernier à se presser au portillon, c’est lui. Bref, le genre de type à balancer aussi vite qu’un pot de mascarpone périmé mais que Luna déguste à la petite cuiller car c’est bien connu, tout se digère mieux quand on aime et ça rend un peu tarte.
C’est encore autre chose quand l’amour vous rend cruel, vous amenant à commettre le pire pour exister aux yeux de l’autre. Ou d’un groupe. C'est ainsi qu'un soir de beuverie, Ruben, Luna et leur bande agressent un jeune de leur âge, Alex (interprété par le craquant Rod Paradot qu’on est ravi de retrouver après La Tête haute), dont le seul tort est de s’être trouvé au mauvais endroit au mauvais moment. La scène est filmée, tout le monde se marre. Nous, franchement pas. On réalise que Luna, dont l’énergie folle et communicative nous hypnotisait, est capable d’inconscience trouble. On se dit aussi qu’il n’y a rien de mieux que l’effet de groupe pour diluer l'identité et distiller la violence. Alex parvient à s‘enfuir, brisé en mille morceaux. Tout devrait finir ainsi, une mauvaise page du passé qui se tourne, c'est ce que se dit Luna pour ne pas avoir de remords. Sauf qu'Alex réapparaît dans sa vie, employé comme saisonnier dans la boîte d'horticulture où elle vient d’être embauchée…



Le hic, c’est que Luna adore son job. Elle qui ne tient jamais en place est capable de travailler des heures quand il s’agit de ramasser des légumes. On sent son bonheur d’être à l’air libre, au milieu des plantes et des arbres, de se dépenser dans la cadence. C’est au fond sa première vraie victoire sur la vie, sa chance de rédemption, elle qui se croyait bonne à rien. Autant dire qu’elle n’est pas prête à tout lâcher comme ça. Pas même pour fuir sa victime qui pourrait la dénoncer… Heureusement, Alex ne semble pas la reconnaître. Sa nouvelle couleur de cheveux peut-être ? Il a même la tête qui tourne devant cette tornade humaine. Et bim... Il tombe amoureux et Luna aussi. Doux, précautionneux, c’est la première fois qu'elle se sent respectée par un garçon. Avec lui, elle découvre sa part de bonté. Et qu’elle est très bonne menteuse… Ce que ne semble absolument pas être Elsa Diringer qui signe ici un premier film d'une justesse folle, abordant le sujet de l’adolescence en quête et de l’amour improbable comme si elle était directement concernée. Une perle cinématographique incandescente comme notre Luna, dont les yeux bleus immenses ne quittent pas l’esprit de sitôt.