LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Rendez-vous des Amis de l’Huma : REVENONS AUX REVENANTS
Pasolini, Mandela et Bollène, rien à voir ? Si, les trois films qui ont ces mots dans leurs titres ont quelque chose à voir : le retour.   Les trois films valent avant tout par leur beauté, leur force. Se torno (Si je reviens), Ernest Pignon Ernest et la figure de Pasolini. Er...

Le cinéma Utopia à Avignon de 1976 à 1994 une histoire de militantisme culturel et politique
Un livre de Michaël Bourgatte aux éditions Warm   « France, années 70. Anne-Marie Faucon, Michel Malacarnet et leurs compagnons de route inventent à Avignon un lieu atypique et pionnier, où ils souhaitent partager avec le plus grand nombre leur passion du cinéma et de l’échange. Avec pe...

En Avignon, 7 jeunes réfugiés par jour demandent à être mis à l’abris.
La protection des mineurs résidant sur le sol français est un droit constitutionnel. Néanmoins, le Conseil Départemental du Vaucluse, depuis des mois, s’acharne à faire fi des règles de base de la protection de l’enfance. Par souci de maîtrise budgétaire…  Le Collectif de soutien aux mineurs...

le Grand Pavois Main Basse sur Baladar
Mercredi  11 juillet  à 11h Utopia Manutention La compagnie le Projecteur H qui joue au Théâtre le Grand Pavois Main Basse sur Baladar, d’après un texte de Jacques Prévert, invite le MRAP, Amnesty International, 100 pour 1 et RESF pour débattre de thèmes présents dans le spectacle - le ...

Et le Collectif 123 Soleil est né !
L’association 100 pour 1, Le cinéma Utopia et les Ateliers du court-métrage fêtent bientôt les un an d’une aventure qui aura permis de produire pas moins de 6 films. Six courts-métrages réalisés à chaque fois avec un groupe de 15 personnes en une journée, groupe qui est toujours const...

En collaboration avec Les Amis du Monde diplomatique, les Amis de l’Humanité, la LDH et ATTAC. Séance unique le vendredi 20 avril à 20h10 sera suivie d’une rencontre avec le réalisateur Nicolas Wadimoff. Vente des places à partir du 11 avril.

JEAN ZIEGLER, L’OPTIMISME DE LA VOLONTÉ

Nicolas WADIMOFF - documentaire France / Suisse 2017 1h32mn - avec Jean Ziegler, Erica Deuber Ziegler, Dr. Roberto Fernández Retamar, Segis Petschen, José Alberto Hernández de la Osa, Luis Hernández Serrano, Yamila Morales Góngora, Dianelys González Sardiña...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

JEAN ZIEGLER, L’OPTIMISME DE LA VOLONTÉVoilà un homme qui aurait pu profiter d’une longue vie sereine et confortable. Grandi dans un pays parmi les plus prospères de notre vieille Europe, Jean Ziegler aurait pu se contenter, comme nombre de ses concitoyens, de vivre tranquille et repu. Brillant universitaire en sociologie, il aurait pu contenir sa critique politique à ses ouvrages et à ses cours. Mais voilà, Jean Ziegler n’est pas fait d’un bois flexible pliant au vent mauvais, il est plutôt chêne que peuplier…
Et puis parfois, une rencontre infléchit votre vie. En 1964, le jeune sociologue et conseiller municipal genevois rencontre le Che de passage à Genève. Il lui demande de pouvoir le suivre pour participer à l’expérience cubaine et à la résistance à l’hégémonie américaine. Guevara lui aurait répondu : « Tu es né ici… alors c’est ici que tu devras combattre le monstre… ce qui est bénéfique pour vous et pour nous ». Son destin est désormais scellé. Il mènera le combat anti-impérialiste qui sera celui de sa vie depuis son pays d’origine, dans l’idée de la résistance de l’intérieur.

Jean Ziegler est d’abord connu pour la dénonciation du rôle des banques de son pays dans la spoliation des victimes du nazisme, dans son terrible livre La Suisse, l’or et les morts en 1997. Une lutte inlassable contre le pouvoir et le secret bancaire qui a lui vaut de nombreux et ruineux procès. Puis Jean Ziegler est pendant huit ans le rapporteur spécial pour le droit à l’alimentation au Conseil des droits de l’Homme de l’Organisation des Nations unies. C’est dans cette mission qu’il va remarquablement dénoncer le rôle des multinationales dans le développement de la malnutrition, dans la spéculation sur la raréfaction des ressources, la disparition des cultures vivrières au profit des biocarburants, que Ziegler qualifiera de crime contre l’humanité. En quelques décennies Ziegler est devenu une des personnalités les plus emblématiques de ce qu’on appelle dans un mot tiroir l’altermondialisme, mais qui n’est pour lui que la suite de son engagement pris envers le Che.