LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LAISSEZ-PASSER LE PÈRE-NOËL !
LAISSEZ-PASSER LE PÈRE-NOËL !Vous êtes attendus nombreux le jeudi 20 décembre à 19h30 dans le jardin Urbain V. Nous décorerons notre sapin de Noël avec nos cartes de vœux pour le PASSAGE ! Une hotte accueillera les modestes cadeaux que chacun voudra y déposer et que nous nous offrirons… Pr...

NOËL POUR LES ÉCOLES
Le mois de décembre approche à grand pas. Les cinémas Utopia vous proposent des films pour les petits et les plus grands pour des séances en matinée. Pensez à réserver auprès du cinéma en nous contactant au 0490826536.Vous trouverez ci-dessous une sélection de films.Si toutefois vous aviez d...

ZONE DE DISCUSSION, DONNEZ-NOUS VOTRE AVIS.
FERMETURE DU VERGER D’URBAIN VN’hésitez pas à donner votre avis et à nous aider à trouver des solutions en vous exprimant sur ce billet.  Voir les textes ci-dessous :Urbain V, le pape de la discorde, et si ce n’était pas le sujet ?Utopia, mon amour ! Verger Urbain V, écrin ou car...

UBU, ROI DU VERGER
@page { margin: 2cm } p { margin-bottom: 0.25cm; line-height: 120% }- Je peux vous poser une question ?- Oui, qu’est-ce que c’est ?- C’est une phrase interrogative, qu’onutilise pour tester les connaissances. Pour le coup, ce dialogue n’est pas extrait de la pièce Ubu Roi mais du film Y ...

Urbain V, le pape de la discorde, et si ce n’était pas le sujet ?
Et si ce n’était pas le sujet ? Il est donné de-ci de-là, dans la presse, communiqué de la Ville, aux comptoirs des bistrots…, des « informations », pour le moins fantaisistes, surprenantes, voire peut-être avec une petite pointe de taquinerie, mais aussi, allez !, un zeste de ma...

DES FIGUES EN AVRIL

Nadir DENDOUNE - documentaire France 2017 59mn - avec l'incroyable Messaouda Dendoune, les autres membres de la famille Dendoune, et la participation involontaire de l'émission « Les Douze coups de midi » de Jean Luc Reichmann...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

DES FIGUES EN AVRILÇa aurait pu être juste un mec un petit peu célèbre qui aurait eu envie de faire un film sur sa maman – et ça n’aurait jamais eu vocation à sortir de son smartphone. Mais c’est en fait beaucoup, beaucoup plus que cela. Sans doute parce que Nadir Dendoune est un drôle de zèbre : inattendu, inclassable, ingérable, son parcours parle pour lui. Grandi comme bien d’autres au sein d'une famille kabyle dans une cité de l’Ile Saint Denis, il esquive de justesse, grâce aux bonnes rencontres aux bons moments (notamment un génial animateur de quartier, Salah), le parcours classique des jeunes immigrés de deuxième génération frappés par le déterminisme social. Sportif mais novice en alpinisme, Nadir Dendoune doit sa notoriété à son ascension en mode « tête brûlée » de l’Everest. Aventure qu’il raconte dans Un tocard sur le toit du monde, gros succès de librairie adapté au cinéma sous le titre L’Ascension, plus d'un million d’entrées à la clé. Connu également pour son soutien sans faille à la Palestine, il se bat pour la reconnaissance de la génération de ses parents, ces Maghrébins qui ont tant donné à la France, laquelle leur a tellement peu rendu.

Son livre Nos rêves de pauvres parlait de son enfance dans cette France des laissés pour compte pendant les années 80. Des figues en avril, continuation du livre, dessine le portrait drôle et bouleversant de sa mère Messaouda, que l’on découvre dans le quotidien de son deux pièces cuisine de l’Ile Saint Denis, essentiellement rythmé par la présence invisible de son mari, Mohand, placé en établissement et à qui elle rend visite chaque jour.
Au-delà de la personnalité attachante, malicieuse, déterminée et passionnée de la vieille dame de 82 ans, le film déroule des thèmes fondamentaux. Il y a l’exil intérieur des Chibanis. Ni la France, ni leur pays d’origine n’ayant su être à la hauteur de leurs efforts, ils ne se sont jamais sentis totalement là et ne sont plus vraiment bienvenus dans l’Algérie d’aujourd’hui. Il y a cette double culture, Messaouda restant bercée par ses chanteurs kabyles emblématiques, tout en étant fière du devenir en France – ou ailleurs – de ses enfants. Nadir Dendoune raconte le déclassement des classes populaires, ghettoïsées, toutes origines ethniques confondues. Et tout en réalisant un portrait drôle et tendre de sa mère, il fait œuvre politique essentielle, on sort de son film galvanisé et bouleversé.