LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

ZONE DE DISCUSSION, DONNEZ-NOUS VOTRE AVIS.
FERMETURE DU VERGER D’URBAIN VN’hésitez pas à donner votre avis et à nous aider à trouver des solutions en vous exprimant sur ce billet.  Voir les textes ci-dessous :Urbain V, le pape de la discorde, et si ce n’était pas le sujet ?Utopia, mon amour ! Verger Urbain V, écrin ou car...

Urbain V, le pape de la discorde, et si ce n’était pas le sujet ?
Et si ce n’était pas le sujet ? Il est donné de-ci de-là, dans la presse, communiqué de la Ville, aux comptoirs des bistrots…, des « informations », pour le moins fantaisistes, surprenantes, voire peut-être avec une petite pointe de taquinerie, mais aussi, allez !, un zeste de ma...

Utopia, mon amour !
Courrier reçu de Bernard et Véronique.Mais que se passe-t-il encore dans ma bonne ville d’Avignon ?Mon vieux pote avec qui j’écumais vos salles à leur ouverture, il y a plus de quarante ans, vient de m’en annoncer une bien bonne : l’épatante promenade qu’il avait l’habitude de faire en fam...

Le passage du Verger Urbain V : l’impasse ?
À ceux qui sont partis en vacances et ont décroché des faits divers.Vous l’avez sûrement remarqué, le Verger Urbain V a été refait : plus de terrain vague mais un jardin flambant neuf, beau passage pour aller le soir à la Manutention et même continuer en longeant la prison jusqu’au fleuve....

ET MAINTENANT ! NOUS VOUS PROPOSONS DE SIGNER MASSIVEMENT LA PÉTITION !
Affirmez votre refus de nous voir remisés au fond d’un cul de sac et votre droit de nous rendre visite, comme celui de transiter, en journée comme en soirée par le passage du verger. Dans notre optimisme béat nous espérons des milliers de signatures, montrez que nous sommes timorés et que ce sera de...

La Clé des champs vous donne rendez-vous, lundi 11 juin à 18h10, pour une discussion après la projection. Introduction puis discussion ouverte animée par Jacques Mancuso, professeur.

UNA QUESTIONE PRIVATA

Écrit et réalisé par Paolo et Vittorio TAVIANI - Italie 2017 1h25mn VOSTF - avec Luca Marinelli, Lorenzo Richelmy, Valentina Bellè, Francesca Agostini, Giulio Beranek... D'après le roman Une affaire personnelle de Beppe Fenoglio.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

UNA QUESTIONE PRIVATAÇa fait tout drôle de l'écrire : Una questione privata est et restera le dernier film des frères Taviani, puisque Vittorio, l'aîné, vient de mourir. Il avait 88 ans. Paolo est toujours là, il a 86 ans et on l'imagine mal réaliser un film tout seul, sans son alter ego de toujours. C'est une sacrée page du cinéma italien qui se tourne, puisque les frères nous ont donné quelques grands films qui sont autant de grands souvenirs : Allonsanfan en 1974, Padre Padrone en 1977, Palme d'or au Festival de Cannes, La Nuit de San Lorenzo en 1982, Kaos en 1983… et plus récemment, en 2012, l'étonnant César doit mourir, Ours d'or au Festival de Berlin.
Nous sommes en 1944, dans le Piémont. Milton, jeune partisan qui a abandonné ses études pour mener le combat contre les fascistes, passe avec un de ses camarades tout près d'une maison bourgeoise qu'il connaît de toute évidence. Malgré le danger – on devine que les deux résistants n'ont pas de temps à perdre –, Milton s'approche de la maison dont portes et volets sont clos. On comprend par un premier flash-back que c'est la maison où vivait Fulvia, la jeune femme dont il était – dont il est toujours – amoureux. Il tombe sur la gardienne de la maison qui lui apprend en toute innocence (?) qu'après son départ pour le maquis, Giorgio, son meilleur ami, rendait de fréquentes visites à Fulvia et que les deux jeunes gens ont passé beaucoup de temps ensemble…

Milton dès cet instant est hanté par l'idée que celle qu'il aime a peut-être entamé une idylle avec son meilleur ami. Mais la guerre se moque bien des histoires d'amour et de jalousie : Giorgio vient d'être pris par les fascistes, il va être interrogé, sans doute torturé, son exécution n'est qu'une question de jours. Milton, poussé à la fois par l'amitié, la fraternité envers un camarade combattant et par son désir presque malsain de connaître la vérité sur sa relation avec Fulvia, va essayer à tout prix de le faire libérer.
C'est l'histoire d'une folie amoureuse qui persiste à habiter un homme sincère et courageux en contradiction avec le moment historique auquel il participe. Il y a évidemment un côté dérisoire dans l'obstination de Milton, à savoir : la demi-vérité révélée par la gardienne ne lui suffit pas, il veut toute la vérité sur cette petite histoire qui ne devrait plus compter devant le combat qu'il mène aujourd'hui. Et pourtant elle continuer à compter, et pourtant elle l'aveugle…

Cette folie amoureuse, les Taviani la filment en creux, avec un sens aigu de la retenue et de la stylisation, sans jamais tirer le récit vers la sur-dramatisation. Hormis les scènes de bonheur perdu dans la villa, toute l'action est filmée dans la campagne ou en forêt, évacuant la tentation de la reconstitution d'époque. Les épisodes guerriers sont restitués en séquences isolées, comme des tableaux rappelant régulièrement la violence, souvent absurde, souvent aveugle, de l'époque. Ainsi son mis en avant les dilemmes moraux des personnages.

La Clé des champs s’arrête sur le dernier film des frères Taviani, pour parler du rapport que le cinéma italien entretien avec l’histoire ainsi que du trajet des cinéastes dans leur œuvre, si dense et si porteuse d’un renouveau après l’essoufflement des années 80. Le film interroge l’Italie d’aujourd’hui sur son rapport trouble avec la période fasciste, mais aussi au second degré sur l’esthétisation que réclame le cinéma en Italie, sur ses différentes fonctions possibles. Venez partager votre regard et vos pistes de réflexion avec nous !