LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Rendez-vous des Amis de l’Huma : REVENONS AUX REVENANTS
Pasolini, Mandela et Bollène, rien à voir ? Si, les trois films qui ont ces mots dans leurs titres ont quelque chose à voir : le retour.   Les trois films valent avant tout par leur beauté, leur force. Se torno (Si je reviens), Ernest Pignon Ernest et la figure de Pasolini. Er...

Le cinéma Utopia à Avignon de 1976 à 1994 une histoire de militantisme culturel et politique
Un livre de Michaël Bourgatte aux éditions Warm   « France, années 70. Anne-Marie Faucon, Michel Malacarnet et leurs compagnons de route inventent à Avignon un lieu atypique et pionnier, où ils souhaitent partager avec le plus grand nombre leur passion du cinéma et de l’échange. Avec pe...

En Avignon, 7 jeunes réfugiés par jour demandent à être mis à l’abris.
La protection des mineurs résidant sur le sol français est un droit constitutionnel. Néanmoins, le Conseil Départemental du Vaucluse, depuis des mois, s’acharne à faire fi des règles de base de la protection de l’enfance. Par souci de maîtrise budgétaire…  Le Collectif de soutien aux mineurs...

le Grand Pavois Main Basse sur Baladar
Mercredi  11 juillet  à 11h Utopia Manutention La compagnie le Projecteur H qui joue au Théâtre le Grand Pavois Main Basse sur Baladar, d’après un texte de Jacques Prévert, invite le MRAP, Amnesty International, 100 pour 1 et RESF pour débattre de thèmes présents dans le spectacle - le ...

Et le Collectif 123 Soleil est né !
L’association 100 pour 1, Le cinéma Utopia et les Ateliers du court-métrage fêtent bientôt les un an d’une aventure qui aura permis de produire pas moins de 6 films. Six courts-métrages réalisés à chaque fois avec un groupe de 15 personnes en une journée, groupe qui est toujours const...

En collaboration avec les Amis de l’Humanité.
La séance du samedi 14 juillet mai à 14h00 sera suivie d’une rencontre avec le réalisateur Saïd Hamich (qui a également produit ou co-produit Hope, Ni le ciel ni la Terre, Much loved, Vent du Nord...). Vente des places à partir du 4 juillet.

RETOUR À BOLLÈNE

Écrit et réalisé par Saïd HAMICH - France/Maroc 2017 1h09 VOSTF - avec Anas El Baz, Kate Colebrook, Saïd Benchnafa, Bénédicte Lala Ernoult...

Du 30/05/18 au 16/07/18


Vous ne connaissez pas Bollène ? C'est une petite ville du Sud-Est de la France qui avait tout pour le bonheur. À trois jets de pierre d'Avignon et d'Orange, un coin chaleureux, vivant, au climat méditerranéen, une terre fertile et convoitée, une histoire mouvementée faite d'invasions, de conflits : Wisigoth, Burgondes, Ostrogoths, Romains… s'y sont succédés, laissant autant de traces. On connait bien ! Utopia est né à deux pas de là, même qu'à la demande du maire PC de Bollène, agriculteur humaniste et bienveillant, une poignée de joyeux Utopistes était venue dans les années 1980 ranimer la petite salle de ciné qui jouxte la mairie… mais c'est une autre histoire.
Puis le Sud-Est a basculé progressivement, la méfiance, les rancœurs, les jalousies ont pris le pas sur la générosité et l'esprit d'ouverture. Au gré des élections, les nouveaux venus ont conforté le repliement sur soi d'un cœur de ville qui s'est ratatiné sur lui-même. « On n'a même pas le FN, on a la Ligue du Sud » dit un personnage du film, évoquant le micro-parti d'extrême-droite qui revendique « Tradition et Enracinement » encourage la « lutte contre le communautarisme et le Grand Remplacement ». Tout un programme, porté par le maire d'Orange et son épouse, elle-même maire de Bollène, qui privilégie à outrance les « Français de souche » et rejette les autres vers des cités délaissées… (voir l’excellent film Mains brunes sur la ville en Vidéo en Poche)



Nassim a une trentaine d'année, il vit à Abu Dhabi avec sa fiancée américaine. On peut dire qu'il a réussi, il parle plusieurs langues, a un boulot confortable, des perspectives d'avenir excellentes et, après plusieurs années d'absence, revient vers ses racines, sa mère, sa famille, ses amis… qui eux n'ont pas quitté cette cité où il est né, aux marges de Bollène.
Il n'imaginait pas que ce retour aux sources allait le tournebouler autant. Elisabeth, son amoureuse, l'accompagne, heureuse d'avance d'en savoir plus sur ces liens inscrits dans le filigrane de Nassim. Mais rien ne va se passer simplement, Nassim retarde le moment des présentations, prend une chambre à l'hôtel. Il était parti fâché avec son père, en colère contre une vie qu'il rejetait, une appartenance sociale qu'il refusait. Il se voulait différent, se croyait immunisé contre ses origines… et se découvre vulnérable, définitivement lié à ce lieu initial, ses souvenirs, ce tissu familial, prenant conscience que cet endroit qu'il a fui lui colle définitivement au cœur. On ne se débarrasse pas comme ça de son histoire.
Il y a quelque chose de formidablement intime et en même temps d'universel dans la façon dont Saïd Hamich aborde le séisme que provoque chez Nassim ce voyage au cœur de ses racines : la tendresse de sa mère, les échanges avec ses sœurs, les bavardages entre amis, cette rencontre avec un ancien prof qu'il aimait et raconte si bien le chemin parcouru, signant le constat sans appel du délitement des idéaux d'une société à la dérive. Nassim croyait s'être affranchi de ce qui le fondait et découvre que pour en guérir, il faudra bien qu'il l'accepte. Moment formidable quand il se retrouve enfin face à son père, confrontation quasi silencieuse, faite de gestes minuscules, où les non-dits parlent plus fort que les mots, les apparentes banalités plus que les grandes phrases. C'est beau à en pleurer, comme l'amour qu'on n'arrive pas à dire, mais qui transpire de chaque image. Beau comme ce message qu'il ne laissera pas sur le répondeur de son amoureuse qui a quitté Bollène plus tôt que prévu…

C'est un film subtil et fort, une petite merveille qui raconte à travers une histoire singulière une histoire plus vaste qui nous concerne tous, impacte nos vies et, insensiblement, nous dévore de l'intérieur.