LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

ZONE DE DISCUSSION, DONNEZ-NOUS VOTRE AVIS.
FERMETURE DU VERGER D’URBAIN VN’hésitez pas à donner votre avis et à nous aider à trouver des solutions en vous exprimant sur ce billet.  Voir les textes ci-dessous :Urbain V, le pape de la discorde, et si ce n’était pas le sujet ?Utopia, mon amour ! Verger Urbain V, écrin ou car...

Urbain V, le pape de la discorde, et si ce n’était pas le sujet ?
Et si ce n’était pas le sujet ? Il est donné de-ci de-là, dans la presse, communiqué de la Ville, aux comptoirs des bistrots…, des « informations », pour le moins fantaisistes, surprenantes, voire peut-être avec une petite pointe de taquinerie, mais aussi, allez !, un zeste de ma...

Utopia, mon amour !
Courrier reçu de Bernard et Véronique.Mais que se passe-t-il encore dans ma bonne ville d’Avignon ?Mon vieux pote avec qui j’écumais vos salles à leur ouverture, il y a plus de quarante ans, vient de m’en annoncer une bien bonne : l’épatante promenade qu’il avait l’habitude de faire en fam...

Le passage du Verger Urbain V : l’impasse ?
À ceux qui sont partis en vacances et ont décroché des faits divers.Vous l’avez sûrement remarqué, le Verger Urbain V a été refait : plus de terrain vague mais un jardin flambant neuf, beau passage pour aller le soir à la Manutention et même continuer en longeant la prison jusqu’au fleuve....

ET MAINTENANT ! NOUS VOUS PROPOSONS DE SIGNER MASSIVEMENT LA PÉTITION !
Affirmez votre refus de nous voir remisés au fond d’un cul de sac et votre droit de nous rendre visite, comme celui de transiter, en journée comme en soirée par le passage du verger. Dans notre optimisme béat nous espérons des milliers de signatures, montrez que nous sommes timorés et que ce sera de...

L’ÎLE AU TRÉSOR

Guillaume BRAC - documentaire France 2018 1h37 -

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

L’ÎLE AU TRÉSORLe talentueux Guillaume Brac (Un monde sans femme, Tonnerre) a su retrouver le regard d'un Renoir (Partie de campagne) ou d'un Duvivier (La Belle équipe) pour filmer avec tendresse, humour et parfois gravité les baigneurs, pique-niqueurs, joggers et autres dragueurs qui peuplent dès les beaux jours venus les plages et les sentiers des Étangs de Cergy-Neuville, aux abords de la ville nouvelle de Cergy-Pontoise. « L'île de loisirs de Cergy » est un monde immense : 250 hectares, six étangs reliés entre eux qui font de l'endroit la destination privilégiée des Val-d’oisiens voire des Franciliens qui veulent se baigner, pique-niquer, simplement marcher et flâner à l'ombre ou s'adonner aux diverses activités de plein air. L'été, et c'est cela aussi la jolie dimension du film, c'est le point de rencontre de toutes celles et tous ceux – ils sont nombreux dans la région –, qui n'ont pas les moyens de partir en vacances.

Le film débute par une scène amusante, digne des aventures de Tom Sawyer : une bande de gamins d'Argenteuil (ce n'est pas la porte à côté !) se fait refouler parce qu'ils ont moins de 15 ans et qu'ils ne sont pas accompagnés. Qu'à cela ne tienne, ils vont franchir un bras de rivière en devisant sur les risques qu'ils courent, la prison peut-être… pour se retrouver nez-à-nez avec des vigiles débonnaires qui les ont repérés dès le début… Il y aura aussi les scènes de drague loin des clichés sur la banlieue, car évidemment le bord d'un plan d'eau l'été, c'est le lieu des amours plus ou moins durables : on ne peut s'empêcher de penser que L'Amie de mon amie, tourné il y a trente ans non loin de là par Eric Rohmer, a sans doute influencé Guillaume Brac. On n'oubliera pas le sourire solaire du moniteur de pédalos beau comme un dieu grec qui permet à deux filles de profiter des activités nautiques au crépuscule, une fois tous les visiteurs partis…

Mais le film sait aussi être plus grave en montrant et en défendant la diversité et la solidarité des classes populaires qui fréquentent ou travaillent dans le lieu, avec cette famille de réfugiés afghans dont le père raconte son pays bouleversé, évoquant le jour terrible où il a frôlé l'exécution, ou ce professeur guinéen qui raconte les persécutions qu'il a subies : aujourd'hui il est le gardien nocturne de l'Île… En cela le regard de Guillaume Brac est autant poétique que politique, tissant au montage un écheveau délicat entre l'intime et le social.