LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

CHANTER RÉGÉNÈRE !
En raison de nouvelles aventures prévues au Théâtre des Vents, l’atelier chansons, animé depuis plus de vingt ans par Amélie Grand – fondatrice et ex-directrice des Hivernales de danse d’Avignon – rejoint le Théâtre Transversal : 10, rue d’Amphoux à Avignon. Tel : 04 90 86 17...

ZONE DE DISCUSSION, DONNEZ-NOUS VOTRE AVIS.
FERMETURE DU VERGER D’URBAIN VN’hésitez pas à donner votre avis et à nous aider à trouver des solutions en vous exprimant sur ce billet.  Voir les textes ci-dessous :Urbain V, le pape de la discorde, et si ce n’était pas le sujet ?Utopia, mon amour ! Verger Urbain V, écrin ou car...

UBU, ROI DU VERGER
@page { margin: 2cm } p { margin-bottom: 0.25cm; line-height: 120% }- Je peux vous poser une question ?- Oui, qu’est-ce que c’est ?- C’est une phrase interrogative, qu’onutilise pour tester les connaissances. Pour le coup, ce dialogue n’est pas extrait de la pièce Ubu Roi mais du film Y ...

Urbain V, le pape de la discorde, et si ce n’était pas le sujet ?
Et si ce n’était pas le sujet ? Il est donné de-ci de-là, dans la presse, communiqué de la Ville, aux comptoirs des bistrots…, des « informations », pour le moins fantaisistes, surprenantes, voire peut-être avec une petite pointe de taquinerie, mais aussi, allez !, un zeste de ma...

Utopia, mon amour !
Courrier reçu de Bernard et Véronique.Mais que se passe-t-il encore dans ma bonne ville d’Avignon ?Mon vieux pote avec qui j’écumais vos salles à leur ouverture, il y a plus de quarante ans, vient de m’en annoncer une bien bonne : l’épatante promenade qu’il avait l’habitude de faire en fam...

TULLY

Jason REITMAN - USA 2018 1h36 VOSTF - avec Charlize Theron, Mackenzie Davis, Ron Livingston, Mark Duplass, Elaine Tan... Scénario de Diablo Cody.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

TULLYSacré film, sacrée performance ! Tout le monde vous le dira et les fans de la fine Charlize Theron se frotteront les yeux… Il a fallu qu’elle en avale des sodas sucrés et des hamburgers pour prendre l’embonpoint qui, associé à une expérience personnelle de la maternité (elle a adopté deux enfants), rendent son personnage de parturiente tout à fait crédible dans ce très réussi Tully, troisième film né de la collaboration fructueuse et pétillante entre la romancière Diablo Cody et le cinéaste Jason Reitman (on leur doit le très remarqué Juno et le mésestimé Young adult, avec… Charlize Theron, déjà).



Marlo est enceinte pour la troisième fois, son ventre est au bord d’éclater, ses seins sont tendus et le double menton guette. Quand le bébé déboule, Marlo n’en peut plus : deux enfants déjà, un gamin atypique qui se fait virer de la maternelle, une gamine qui a du mal à s’affirmer, un mari toujours en déplacement et peu à l’aise dans la gestion du quotidien… et toujours cette obsession d’être le pilier sur lequel tout repose, cette obligation de devoir constamment être au top dans son rôle de mère nécessairement parfaite et fière de l’être… Elle se doit d’être LA femme épanouie qui maîtrise tout : le linge, la bouffe, l’école, les activités multiples et variées… en maintenant les tétées de nuit comme de jour, et la gestion des couches ! Le tout sans cesser si possible d’être brillante, drôle, séduisante : « je m’occupe du bébé toute la journée et quand la nuit tombe, je suis censée changer de mode, me la jouer sexy… » soupire t-elle. Ouf !
Son frangin, qui a le fric qu’il faut pour ne pas laisser gâcher sa vie de couple par les basses besognes et qui voit les fragilités de sa sœur, lui vante les bienfaits des « nounous de nuit » , et puisque son mari n’en a pas les moyens, il lui offre un mois d’essai… Impossible, réagit Marlo : se laisser déposséder de ce formidable lien qui se tisse dans ces débuts-là entre un bébé et sa mère ? Jamais !… pas son genre ! Pas ce qu’on lui a appris de mère en fille, de copine en cousine…

Mais un soir où Marlo est enfouie sous l’avalanche des petites obligations aussi quotidiennes que décervelantes par accumulation, la « nounou de nuit » Tully débarque : mince et belle, intelligente et drôle, ange gardien qui a l’œil à tout, constamment à l’aise et omnisciente. Avec la même grâce sereine, elle calme le bébé quand il pleure, réconforte Marlo vautrée ventre à l’air avec ses tire-lait, l’écoute et la comprend à demi-mot, anticipe, prend tout en charge. Chaque soir, elle se glisse dans l’intimité nocturne de la maison comme un lutin magique, range, nettoie et trouve encore le temps de fabriquer des gâteaux fantaisies que la petite famille découvre au matin dans une maison éclatante d’harmonie…
Cela relève de la chronique ultra-réaliste, du conte fantastique, de la comédie douce-amère… mais le vrai miracle, c’est que cette histoire qui agit avec un charme irréel (le scénario nous réserve une petite pépite de trouvaille qu’on ne risque pas de vous dévoiler !) raconte, implacable dans ses moindres détails, ce que provoque dans l’esprit, le corps et la vie d’une femme ce chamboulement immense qu’est la maternité et le désarroi qu’elle peut provoquer. Il faut dire que Diablo Cody, écrivaine talentueuse, blogueuse infatigable autant qu’impertinente, a écrit Tully alors même qu’elle venait d’accoucher pour la troisième fois. Entre autodérision et tendresse, pour sûr, elle sait de quoi elle cause et ses personnages, elle les connaît intimement, sarcastique et émouvante, humaine et distante à la fois. Jason Reitman en fait un film énergique, charnel, fort et Charlize Theron n’en est pas le moindre atout.