LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Verger Urbain V, écrin ou carcan ?
 Vous êtes nombreux à nous questionner sur la soudaine fermeture du passage du Verger Urbain V le soir. C’est le chemin qui vous mène directement  du centre-ville vers le cinéma. Vous êtes nombreux à ne pas comprendre les objectifs de cette décision (nous, pas vraiment non plus), à trouver...

Enseignantes, enseignants
Reprise des séances scolaires en septembre :Nous redémarrons les dispositifs École au cinéma (prévisionnement le samedi 29 septembre pour le 1er trimestre), Collège au cinéma (inscriptions possibles jusqu’au 22 septembre) et Lycéen au cinéma.  Pour les séances hors dispos...

L’AQUARIUS OU LE NAUFRAGE DU BON SENS EUROPÉEN
Chaque année plus de 3000 hommes, femmes et enfants meurent noyés en Méditerranée en tentant la traversée sur des embarcations de fortune. Afin de porter secours à ceux qui fuient pour sauver leur vie, des citoyens européens ont décidé d’agir en créant l’association SOS Méditerranée qui a affrété un...

Le cinéma Utopia à Avignon de 1976 à 1994 une histoire de militantisme culturel et politique
Un livre de Michaël Bourgatte aux éditions Warm   « France, années 70. Anne-Marie Faucon, Michel Malacarnet et leurs compagnons de route inventent à Avignon un lieu atypique et pionnier, où ils souhaitent partager avec le plus grand nombre leur passion du cinéma et de l’échange. Avec pe...

En Avignon, 7 jeunes réfugiés par jour demandent à être mis à l’abri.
La protection des mineurs résidant sur le sol français est un droit constitutionnel. Néanmoins, le Conseil Départemental du Vaucluse, depuis des mois, s’acharne à faire fi des règles de base de la protection de l’enfance. Par souci de maîtrise budgétaire…  Le Collectif de soutien aux mineurs...

Séance unique le lundi 16 juillet à 14h suivie d’une rencontre avec la cinéaste Valérie Mitteaux .

FILLE OU GARÇON, MON SEXE N’EST PAS MON GENRE

Valérie MITTEAUX - France 2012 1h VOSTF -

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

FILLE OU GARÇON, MON SEXE N’EST PAS MON GENREDe Paris à San Francisco, en passant par Barcelone et New York, les portraits croisés de quatre transboys qui incarnent et explorent la fluidité du genre. Kaleb a fait le choix de « transitionner » (passer du féminin au masculin) et il participe à des ateliers pour s’approprier sa masculinité. Lynn Breedlove n’a jamais suivi de traitement hormonal, il se nomme au masculin et l’exprime haut et fort à travers un one-man-show. Miguel participe à des manifestations transgenres et ne se revendique ni homme ni femme. Quant à Rocco, il vit une relation avec Katie, une lesbienne que les passants prennent souvent pour un trans… Un documentaire sur des trans non pas victimes mais puissants, joyeux et fiers de ce qu’ils sont.

« J’étais un peu tomboy enfant et plus tard, vers vingt ans, j’ai eu une sorte de révélation, celle de n’être ni femme, ni homme, d’être dans une sorte de terrain vague du genre. Je dis “révélation”, parce que cette pensée avait un caractère d’auto-vérité. C’est devenu une donnée fondamentale de ma personnalité. Je n’ai pas eu le désir de modifier mon aspect physique. Je me suis seulement laissée aller à mon propre genre, sans nécessité de me coller une étiquette. Ce qui pour moi signifie se libérer du fait que les Autres attendent de vous un certain type de comportement en fonction de votre assignation de naissance. Et puis merci ! Dans l’ensemble on vit toujours, en France en particulier, dans des sociétés assez sexistes et ce qu’on attend des personnes nées de sexe féminin, n’est vraiment ni drôle, ni créatif ! Et puis, de nombreuses années plus tard, via Wendy Delorme, amie très chère, j’ai rencontré Lynn Breedlove, qui lui s’était auto-proclamé “homme”. La liberté avec laquelle il vit son genre a réveillé chez moi la problématique. J’ai eu envie d’en faire un film. » Valérie Mitteaux, Extrait de Têtu