LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LAISSEZ-PASSER LE PÈRE-NOËL !
LAISSEZ-PASSER LE PÈRE-NOËL !Vous êtes attendus nombreux le jeudi 20 décembre à 19h30 dans le jardin Urbain V. Nous décorerons notre sapin de Noël avec nos cartes de vœux pour le PASSAGE ! Une hotte accueillera les modestes cadeaux que chacun voudra y déposer et que nous nous offrirons… Pr...

NOËL POUR LES ÉCOLES
Le mois de décembre approche à grand pas. Les cinémas Utopia vous proposent des films pour les petits et les plus grands pour des séances en matinée. Pensez à réserver auprès du cinéma en nous contactant au 0490826536.Vous trouverez ci-dessous une sélection de films.Si toutefois vous aviez d...

ZONE DE DISCUSSION, DONNEZ-NOUS VOTRE AVIS.
FERMETURE DU VERGER D’URBAIN VN’hésitez pas à donner votre avis et à nous aider à trouver des solutions en vous exprimant sur ce billet.  Voir les textes ci-dessous :Urbain V, le pape de la discorde, et si ce n’était pas le sujet ?Utopia, mon amour ! Verger Urbain V, écrin ou car...

UBU, ROI DU VERGER
@page { margin: 2cm } p { margin-bottom: 0.25cm; line-height: 120% }- Je peux vous poser une question ?- Oui, qu’est-ce que c’est ?- C’est une phrase interrogative, qu’onutilise pour tester les connaissances. Pour le coup, ce dialogue n’est pas extrait de la pièce Ubu Roi mais du film Y ...

Urbain V, le pape de la discorde, et si ce n’était pas le sujet ?
Et si ce n’était pas le sujet ? Il est donné de-ci de-là, dans la presse, communiqué de la Ville, aux comptoirs des bistrots…, des « informations », pour le moins fantaisistes, surprenantes, voire peut-être avec une petite pointe de taquinerie, mais aussi, allez !, un zeste de ma...

Séance unique le lundi 16 juillet à 14h suivie d’une rencontre avec la cinéaste Valérie Mitteaux .

FILLE OU GARÇON, MON SEXE N’EST PAS MON GENRE

Valérie MITTEAUX - France 2012 1h VOSTF -

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

FILLE OU GARÇON, MON SEXE N’EST PAS MON GENREDe Paris à San Francisco, en passant par Barcelone et New York, les portraits croisés de quatre transboys qui incarnent et explorent la fluidité du genre. Kaleb a fait le choix de « transitionner » (passer du féminin au masculin) et il participe à des ateliers pour s’approprier sa masculinité. Lynn Breedlove n’a jamais suivi de traitement hormonal, il se nomme au masculin et l’exprime haut et fort à travers un one-man-show. Miguel participe à des manifestations transgenres et ne se revendique ni homme ni femme. Quant à Rocco, il vit une relation avec Katie, une lesbienne que les passants prennent souvent pour un trans… Un documentaire sur des trans non pas victimes mais puissants, joyeux et fiers de ce qu’ils sont.

« J’étais un peu tomboy enfant et plus tard, vers vingt ans, j’ai eu une sorte de révélation, celle de n’être ni femme, ni homme, d’être dans une sorte de terrain vague du genre. Je dis “révélation”, parce que cette pensée avait un caractère d’auto-vérité. C’est devenu une donnée fondamentale de ma personnalité. Je n’ai pas eu le désir de modifier mon aspect physique. Je me suis seulement laissée aller à mon propre genre, sans nécessité de me coller une étiquette. Ce qui pour moi signifie se libérer du fait que les Autres attendent de vous un certain type de comportement en fonction de votre assignation de naissance. Et puis merci ! Dans l’ensemble on vit toujours, en France en particulier, dans des sociétés assez sexistes et ce qu’on attend des personnes nées de sexe féminin, n’est vraiment ni drôle, ni créatif ! Et puis, de nombreuses années plus tard, via Wendy Delorme, amie très chère, j’ai rencontré Lynn Breedlove, qui lui s’était auto-proclamé “homme”. La liberté avec laquelle il vit son genre a réveillé chez moi la problématique. J’ai eu envie d’en faire un film. » Valérie Mitteaux, Extrait de Têtu