LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

ZONE DE DISCUSSION, DONNEZ-NOUS VOTRE AVIS.
FERMETURE DU VERGER D’URBAIN VN’hésitez pas à donner votre avis et à nous aider à trouver des solutions en vous exprimant sur ce billet.  Voir les textes ci-dessous :Urbain V, le pape de la discorde, et si ce n’était pas le sujet ?Utopia, mon amour ! Verger Urbain V, écrin ou car...

Urbain V, le pape de la discorde, et si ce n’était pas le sujet ?
Et si ce n’était pas le sujet ? Il est donné de-ci de-là, dans la presse, communiqué de la Ville, aux comptoirs des bistrots…, des « informations », pour le moins fantaisistes, surprenantes, voire peut-être avec une petite pointe de taquinerie, mais aussi, allez !, un zeste de ma...

Utopia, mon amour !
Courrier reçu de Bernard et Véronique.Mais que se passe-t-il encore dans ma bonne ville d’Avignon ?Mon vieux pote avec qui j’écumais vos salles à leur ouverture, il y a plus de quarante ans, vient de m’en annoncer une bien bonne : l’épatante promenade qu’il avait l’habitude de faire en fam...

Le passage du Verger Urbain V : l’impasse ?
À ceux qui sont partis en vacances et ont décroché des faits divers.Vous l’avez sûrement remarqué, le Verger Urbain V a été refait : plus de terrain vague mais un jardin flambant neuf, beau passage pour aller le soir à la Manutention et même continuer en longeant la prison jusqu’au fleuve....

ET MAINTENANT ! NOUS VOUS PROPOSONS DE SIGNER MASSIVEMENT LA PÉTITION !
Affirmez votre refus de nous voir remisés au fond d’un cul de sac et votre droit de nous rendre visite, comme celui de transiter, en journée comme en soirée par le passage du verger. Dans notre optimisme béat nous espérons des milliers de signatures, montrez que nous sommes timorés et que ce sera de...

BAD LIEUTENANT

Abel FERRARA - USA 1992 1h38 VOSTF - avec Harvey Keitel, Frankie Thorn, Zoë Lund, Victor Argo, Paul Calderon... Scénario d'Abel Ferrara, Zoë Lund, Victor Argo et Paul Calderon. VERSION RESTAURÉE.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

BAD LIEUTENANTAttachez vos ceintures, enfoncez votre casque jusqu'aux oreilles, notre super forteresse volante d'images et de sons pique vers le Bronx, sur les traces d'un fonctionnaire de police confronté au bourbier immonde de la ville. Jamais nature n'enfanta jungle plus luxuriante, plus inextricable. Et pourtant, paradoxe du plomb vil changé en or, Bad Lieutenant rassure, tant on a conscience, en voyant évoluer Harvey Keitel dans le rôle le plus sombre de sa carrière, de toucher enfin le fond de l'insondable. Impossible d'aller plus loin ni plus bas. Mais toucher le fond permet d'évaluer enfin la distance qui vous sépare de la lumière…

Jamais sans doute fonctionnaire de police ne mérita mieux son qualificatif de « bad ». Mauvais, très mauvais lieutenant. Pour lui, son insigne n'est qu'une carte blanche qui lui donne toute latitude pour agir comme les criminels qu'il est censé combattre… Insoupçonnable, voire même respectable quand on le voit confier ses enfants aux religieuses de la meilleure école catholique de la ville, bad, very bad quand il s'enfile l'instant d'après une longue ligne de coke dans les trous de nez ou quand il profite de l'autorité que lui confère sa fonction pour exhiber son anatomie devant des adolescentes. Et pourtant son sang d'Irlandais papiste ne fera qu'un tour au récit de la religieuse violée très salement par deux bad, very bad élèves de l'école publique du coin. Et son sang fera même deux tours supplémentaires quand il réalisera qu'elle refuse de livrer ses bourreaux, familiers de ses bonnes œuvres, au nom d'une conception très chrétienne de la miséricorde…

Le croirait-on, ce film tout entier voué au péché, qui roule aux abîmes du mal et de la déchéance, est aussi, surtout, un hymne libératoire où la grâce surgit du fond des ténèbres, comme la vie peut surgir du plus infâme des cloaques. N'hésitez pas à monter à bord du train fantôme avec Harvey Keitel, notre acteur brooklyno-roumano-polonais favori !