LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

ZONE DE DISCUSSION, DONNEZ-NOUS VOTRE AVIS.
FERMETURE DU VERGER D’URBAIN VN’hésitez pas à donner votre avis et à nous aider à trouver des solutions en vous exprimant sur ce billet.  Voir les textes ci-dessous :Urbain V, le pape de la discorde, et si ce n’était pas le sujet ?Utopia, mon amour ! Verger Urbain V, écrin ou car...

Urbain V, le pape de la discorde, et si ce n’était pas le sujet ?
Et si ce n’était pas le sujet ? Il est donné de-ci de-là, dans la presse, communiqué de la Ville, aux comptoirs des bistrots…, des « informations », pour le moins fantaisistes, surprenantes, voire peut-être avec une petite pointe de taquinerie, mais aussi, allez !, un zeste de ma...

Utopia, mon amour !
Courrier reçu de Bernard et Véronique.Mais que se passe-t-il encore dans ma bonne ville d’Avignon ?Mon vieux pote avec qui j’écumais vos salles à leur ouverture, il y a plus de quarante ans, vient de m’en annoncer une bien bonne : l’épatante promenade qu’il avait l’habitude de faire en fam...

Le passage du Verger Urbain V : l’impasse ?
À ceux qui sont partis en vacances et ont décroché des faits divers.Vous l’avez sûrement remarqué, le Verger Urbain V a été refait : plus de terrain vague mais un jardin flambant neuf, beau passage pour aller le soir à la Manutention et même continuer en longeant la prison jusqu’au fleuve....

ET MAINTENANT ! NOUS VOUS PROPOSONS DE SIGNER MASSIVEMENT LA PÉTITION !
Affirmez votre refus de nous voir remisés au fond d’un cul de sac et votre droit de nous rendre visite, comme celui de transiter, en journée comme en soirée par le passage du verger. Dans notre optimisme béat nous espérons des milliers de signatures, montrez que nous sommes timorés et que ce sera de...

SUR LA PLAGE DE CHESIL

(ON CHESIL BEACH) Dominic COOKE - GB 2017 1h50 VOSTF - avec Saoirse Ronan, Billy Howle, Anne-Marie Duff, Adrian Scarborough, Emily Watson, Samuel West... Scénario de Ian McEwan d'après son roman.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

SUR LA PLAGE DE CHESILDans le roman de Ian McEwan – qu'il a lui-même adapté pour le film, comme c'est le cas pour My Lady, également à l'affiche –, c'est une petite phrase anodine qui vient dix lignes avant la fin et qui résume l'essence de l'œuvre : « Voilà, se dit l'un des personnages. Voilà comment on peut radicalement changer le cours d'une vie : en ne faisant rien. »
Ce rien est d'une importance capitale. Le héros n'a rien fait pour retenir son premier amour et se le reproche (« il aurait pu l'appeler » ce soir-là sur la plage de Chesil. Il aurait pu « s'élancer pour la rattraper »). Il n'en a rien fait. Que s'était-il passé ? Trois fois rien, si l'on y songe. Une nuit de noces ratée. Une lune de miel qui tourne au fiasco pour cause de maladresse au lit. Une non-histoire en somme… Mais ce rien fascine Ian McEwan, qui raffole des moments imperceptibles où une vie bascule, bifurque, déraille ou s'écroule sans crier gare.



Le soir de leur mariage, Edward Mayhew et Florence Ponting se retrouvent enfin seuls dans une auberge du Dorset où ils entament leur lune de miel. Elle est « belle, sensuelle, douée, aimable », violoniste surdouée, fille d'une famille de la haute bourgeoisie. Il est le rejeton d'une famille prolétaire mais promis à une belle carrière d'historien. Ils s'aiment sincèrement. Tous les deux sont vierges. Ils vont se découvrir… Après le dîner sans doute. Ou après une promenade sous la lune ? Il s'approche, esquisse les premiers gestes, hésite. Tous deux sont incroyablement mal à l'aise. Ils font mine d'écouter les actualités internationales à la BBC. Se rendent bien compte que c'est grotesque. Que quelque chose ne marche pas…
Nous sommes dans la prude Angleterre des années 1960, « en des temps où parler de ses problèmes sexuels était manifestement impossible ». Pourtant, si Edward et Florence ne se disent rien, l'auteur, lui, va tout restituer : leurs pensées, leurs peurs, leurs inhibitions, leurs pulsions, leurs naïvetés, leurs fantasmes, leurs blocages, leurs tentations, leurs répulsions, leurs dégoûts… Tout ce qui fugitivement, consciemment ou non, traverse leurs cerveaux inquiets sans pouvoir être mis en forme par leur intelligence…


Plus qu'un tableau de l'Angleterre d'avant la révolution sexuelle, plus qu'une longue variation sur le malentendu qui fonde la relation entre les êtres, c'est une histoire sur l'incapacité de dire et d'agir que nous offre Ian McEwan. Le langage empêché. Le silence étouffant. La paralysie. Le Rien…

(D'après F. Noiville, Le Monde)