LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LAISSEZ-PASSER LE PÈRE-NOËL !
LAISSEZ-PASSER LE PÈRE-NOËL !Vous êtes attendus nombreux le jeudi 20 décembre à 19h30 dans le jardin Urbain V. Nous décorerons notre sapin de Noël avec nos cartes de vœux pour le PASSAGE ! Une hotte accueillera les modestes cadeaux que chacun voudra y déposer et que nous nous offrirons… Pr...

NOËL POUR LES ÉCOLES
Le mois de décembre approche à grand pas. Les cinémas Utopia vous proposent des films pour les petits et les plus grands pour des séances en matinée. Pensez à réserver auprès du cinéma en nous contactant au 0490826536.Vous trouverez ci-dessous une sélection de films.Si toutefois vous aviez d...

ZONE DE DISCUSSION, DONNEZ-NOUS VOTRE AVIS.
FERMETURE DU VERGER D’URBAIN VN’hésitez pas à donner votre avis et à nous aider à trouver des solutions en vous exprimant sur ce billet.  Voir les textes ci-dessous :Urbain V, le pape de la discorde, et si ce n’était pas le sujet ?Utopia, mon amour ! Verger Urbain V, écrin ou car...

UBU, ROI DU VERGER
@page { margin: 2cm } p { margin-bottom: 0.25cm; line-height: 120% }- Je peux vous poser une question ?- Oui, qu’est-ce que c’est ?- C’est une phrase interrogative, qu’onutilise pour tester les connaissances. Pour le coup, ce dialogue n’est pas extrait de la pièce Ubu Roi mais du film Y ...

Urbain V, le pape de la discorde, et si ce n’était pas le sujet ?
Et si ce n’était pas le sujet ? Il est donné de-ci de-là, dans la presse, communiqué de la Ville, aux comptoirs des bistrots…, des « informations », pour le moins fantaisistes, surprenantes, voire peut-être avec une petite pointe de taquinerie, mais aussi, allez !, un zeste de ma...

ANATHAN

Joseph von STERNBERG - Japon 1953 1h32 VOSTF - avec Akemi Negishi, Tadashi Suganuma, Kisaburo Sawamura, Shôji Nakayama... Scénario de Tatsuo Asano et Joseph Von Sternberg.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

ANATHANUn groupe de pêcheurs et de soldats japonais échoue en 1944 sur l'île d'Anatahan. Ignorant la défaite du Japon puis refusant d'y croire, attendant l'arrivée d'un ennemi qui n'existe plus, ils en viennent à se faire la guerre entre eux pour la possession de l'unique femme vivant sur l'île : Keiko, surnommée la Reine des Abeilles…
Anatahan est l'ultime film de Joseph von Sternberg et il le considérait comme son plus beau. Rappelons que Sternberg, c'est quand même L'Ange bleu, Shanghai express, L'Impératrice rouge, La Femme et le pantin, The Shanghai gesture… Produit au Japon loin des studios hollywoodiens, Anatahan est l'œuvre d'un artiste total, jouissant d'un contrôle absolu : signant le scénario, la réalisation, l'image et la conception des décors, Sternberg ira jusqu'à prêter sa voix au narrateur qui enveloppe les images de son timbre impartial et distancié, à l'instar du narrateur d'une pièce de kabuki. Grand admirateur de l'art japonais, Sternberg convoquera les estampes de Hokusai et Harunobu pour préparer ses cadres et la composition de ses plans.
Ce dernier film est merveilleux, qu'on peut considérer comme l'épure, la mise à nu définitive des motifs du cinéma de son auteur. Le triangle qui parcourt toute son œuvre : un homme jaloux d'une femme – plus fantasmée que réelle, mélange de pureté et de dépravation – convoitée par un rival menaçant, est ici élargi jusqu'à englober la totalité des protagonistes du film se battant pour Keiko, personnage quasi-mythique, la dernière Femme sur Terre !
Anatahan (sorti une première fois en France en 1956 sous le titre ampoulé Fièvre sur Anatahan) fut un cinglant échec, tant critique que commercial, tant au Japon qu'en occident, et Sternberg en fut profondément affecté. L'occasion nous est donnée de redécouvrir aujourd'hui ce film splendide, fascinant, envoûtant dans une magnifique copie restaurée, ne nous en privons pas !

PS : le film est réédité dans sa version de 1958, augmentée par Sternberg de nouveaux plans commandés à son directeur de la photographie.