LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

NOËL POUR LES ÉCOLES
Le mois de décembre approche à grand pas. Les cinémas Utopia vous proposent des films pour les petits et les plus grands pour des séances en matinée. Pensez à réserver auprès du cinéma en nous contactant au 0490826536.Vous trouverez ci-dessous une sélection de films.Si toutefois vous aviez d...

ZONE DE DISCUSSION, DONNEZ-NOUS VOTRE AVIS.
FERMETURE DU VERGER D’URBAIN VN’hésitez pas à donner votre avis et à nous aider à trouver des solutions en vous exprimant sur ce billet.  Voir les textes ci-dessous :Urbain V, le pape de la discorde, et si ce n’était pas le sujet ?Utopia, mon amour ! Verger Urbain V, écrin ou car...

UBU, ROI DU VERGER
@page { margin: 2cm } p { margin-bottom: 0.25cm; line-height: 120% }- Je peux vous poser une question ?- Oui, qu’est-ce que c’est ?- C’est une phrase interrogative, qu’onutilise pour tester les connaissances. Pour le coup, ce dialogue n’est pas extrait de la pièce Ubu Roi mais du film Y ...

Urbain V, le pape de la discorde, et si ce n’était pas le sujet ?
Et si ce n’était pas le sujet ? Il est donné de-ci de-là, dans la presse, communiqué de la Ville, aux comptoirs des bistrots…, des « informations », pour le moins fantaisistes, surprenantes, voire peut-être avec une petite pointe de taquinerie, mais aussi, allez !, un zeste de ma...

Utopia, mon amour !
Courrier reçu de Bernard et Véronique.Mais que se passe-t-il encore dans ma bonne ville d’Avignon ?Mon vieux pote avec qui j’écumais vos salles à leur ouverture, il y a plus de quarante ans, vient de m’en annoncer une bien bonne : l’épatante promenade qu’il avait l’habitude de faire en fam...

LA SAVEUR DES RAMEN

Eric KHOO - Japon/Singapour 2018 1h30 VOSTF - avec Takumi Saitoh, Seiko Matsuda, Tsuyoshi Ihara, Jeannette Aw Ee-Ping... Scénario de Tan Fong Cheng et Wong Kim Hoh.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LA SAVEUR DES RAMENOn ne compte plus les films qui nous ont régalés et dont on parle avec gourmandise, que l’on revoit jusqu’à plus soif, qui épicent nos existences. La liste est longue, des films qui mettent les petits plats dans les grands, dont la simple évocation vous met les papilles gustatives en émoi – du divin repas préparé par Stéphane Audran dans Le Festin de Babette jusqu’aux délicieux dorayakis préparés par la mamie des Délices de Tokyo. Et justement, s’il y a bien un continent qui excelle dans l’art de rendre son cinéma savoureux, c’est l’Asie. Qu’il soit de Hong-Kong ou de Taïwan, de Chine ou du Japon, le cinéma asiatique sait mieux que les autres faire saliver, transformer un simple repas de famille ou entre amis en un indispensable ingrédient culturel. Le singapourien Eric Khoo nous en donne une nouvelle preuve avec La Saveur des ramen, qui ne déroge pas à la règle des gourmandises tout en brassant, avec une belle densité romanesque, aussi bien la vie personnelle de ses personnages, leurs secrets d’enfance, leurs intimités touchantes, que l’histoire de Singapour et de ses rapports avec le Japon. Le récit mêle avec adresse, une pincée de tendresse et beaucoup de générosité, les traumatismes issus de la guerre, l’évocation muette de la transmission comme une possible rédemption et la nostalgie des souvenirs émerveillés d’un petit garçon, des madeleines de Proust évoquant aussi bien des plats que des rituels, comme ces pique-niques au East Coast Park à dévorer du poulet au curry. La Saveur des ramen est fait de ces instants magiques, il y est autant question de l’attachement à des goûts qu’aux liens indéfectibles à une mère.



Le jeune Masato travaille aux côtés de son père, dans un restaurant japonais spécialisé dans les ramen (des pâtes mijotées dans un bouillon de viande ou de poisson). Et il faut bien l’avouer : si le paternel, en vrai Maître, porte à des sommets insoupçonnés l’art délicat d’accommoder les nouilles, au point que les vrais amateurs font pendant des heures la queue devant sa gargote, Masato, malgré un incontestable savoir-faire, ne met pas tout son cœur à l’ouvrage. Bon faiseur, dirait-on, mais visiblement écrasé par la stature d’un père qui a, depuis son veuvage, perdu goût à la vie, inaccessible, muré dans les souvenirs.
La mort brutale de ce père fait de Masato un orphelin bancal, qui ne connaît rien de la moitié maternelle de sa famille. Où sont ses oncles, ses tantes, ses grands-parents ? Pourquoi sa mère a-t-elle toujours gardé le mystère sur son enfance ? Il manque une pièce au puzzle. Masato décide alors de suivre le fil d’Ariane de ses origines et part pour Singapour. Singapour où ses parents se sont rencontrés. Singapour où il a vécu sa petite enfance et qui l’assaille de réminiscences gourmandes (notamment l’exceptionnel bouillon que préparait son oncle). Il y découvre que la belle et tragique histoire d’amour de ses parents, au travers de la nourriture, s’ancre dans les rivalités et la difficile (l’impossible ?) réconciliation entre deux pays que la Seconde Guerre mondiale a séparés : le Japon, pays natal du père de Masato, et Singapour, dont est originaire sa mère.

Masato va fusionner le souvenir d’un père et d’une mère qui s’aimaient en créant une soupe cosmopolite et universelle, l’exacte combinaison du plat populaire japonais et de son équivalent singapourien (la soupe bak kut teh), un plat, en somme, pour abolir les rivalités et les frontières.