LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Le passage du Verger Urbain V : le dénouement ?
Rappel pour celles et ceux qui ont pris 9 mois de vacances.Le Verger Urbain V, passage principal pour accéder au quartier de la Manutention est, depuis juillet 2018,  géré par les services des jardins de la ville et se trouve fermé théoriquement à 20h00 (mais de fait plutôt vers 19h30) l’hiver ...

ZONE DE DISCUSSION, DONNEZ-NOUS VOTRE AVIS.
FERMETURE DU VERGER D’URBAIN VN’hésitez pas à donner votre avis et à nous aider à trouver des solutions en vous exprimant sur ce billet.  Voir les textes ci-dessous : Urbain V, le pape de la discorde, et si ce n’était pas le sujet ?Utopia, mon amour ! Verger Urbain V, écrin ou ca...

Où en est-on avec le passage du Verger Urbain V ?
Pour vous tout à l’air identique et le jardin ferme toujours à des horaires pour le moins incertains : 19h00, 19h30… pas du tout ! Pourtant les choses bougent, Madame le Maire, par un mail envoyé à un membre du Collectif 23h59, confirme la volonté de trouver une solution qui satisfasse tou...

Communiqué du Collectif 23h59 Janvier 2019
Rappelons-le, le Collectif 23h59 a pour objet la défense de la liberté de circulation.  Il entend, au regard de ce principe,  faire rétablir la possibilité d’emprunter le passage du verger Urbain V en soirée pour rejoindre la Manutention et le quartier – comme cela était établi depuis plus...

Et sinon, la vie continue à Rosmerta.
« Le conseil épiscopal et moi-même considérons que le CCFD* s’est mis en marge de notre Église diocésaine. Désormais il n’a plus sa place, au moins temporairement, dans la vie de notre Église ». Ainsi s’adresse Jean-Pie (!!!) Cattenoz, archevêque d’Avignon, au CCFD - Terre Solidaire de Vau...

Séance unique le mercredi 19 septembre à 20h10. En collaboration avec le Café des sciences.
La séance sera suivie d’une discussion avec Daniel Heuer, directeur de Recherche du CNRS au Laboratoire de physique subatomique et de cosmologie de Grenoble. Il est spécialiste du nucléaire de génération IV et auteur de Nucléaire quels scénarios pour le futur, écrit avec Michel Chatelier, Patrick Criquel et Sylvestre Huet (journaliste à Libération).

THORIUM, LA FACE GÂCHÉE DU NUCLÉAIRE

Myriam TONELOTTO - documentaire France 2015 1h45 -

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

THORIUM, LA FACE  GÂCHÉE DU NUCLÉAIRESi le nucléaire n’avait pas été inventé pour bombarder Hiroshima ou propulser la marine militaire, à quoi ressembleraient nos réacteurs ? Si d’emblée on avait pensé l’énergie atomique pour le civil, pour fournir énergie et chaleur, avec pour but d’épauler la montée en puissance de l’éolien et du solaire plutôt que de l’étouffer ? Si les réacteurs avaient été conçus pour être sûrs par eux-mêmes, au lieu de reposer sur un empilement de dispositifs de sécurité ? Si l’enjeu avait été non pas de produire du plutonium, mais de ne PAS en produire ?

Et bien, nos réacteurs seraient sans doute des réacteurs à sels fondus de Thorium. Tchernobyl et Fukushima seraient restés des points anonymes sur la carte. Le monde moderne aurait délaissé charbon et hydrocarbures et le changement climatique serait de la science fiction. Si… Sauf qu’entre ces « si » et nous, il y aura eu la seconde guerre mondiale, la guerre froide, la guerre économique, les guerres du pétrole… Mort-nés dans les années 40, enterrés en 73, les réacteurs à sels fondus refont surface, portés par les seuls chercheurs, loin de l’industrie de l’armement et à l’écart de l’industrie nucléaire conventionnelle. De là à dire qu’ils joueront un rôle cette fois…
Pourquoi une technologie qui, selon le CNRS de Grenoble, le MIT de Boston ou encore l’Université de Kyoto, aurait laissé Three Mile Island, Tchernobyl et Fukushima à leur paisible anonymat provincial, n’existe toujours pas ? Pourquoi un réacteur qui assurerait nos besoins énergétiques tout en nous épargnant les tonnes de déchets qui hypothèquent notre futur, a-t-il échoué à percer ?
Depuis sa naissance, l’industrie nucléaire s’est ingéniée à nous présenter ses trouvailles successives comme autant de miracles de la physique, à même d’assurer à l’humanité une énergie aussi inépuisable que bon marché. La réalité s’est avérée autrement compliquée. Alors, que penser de ce soudain nouvel intérêt pour les réacteurs nucléaires à sels fondus ? Faux-nez d’une industrie nucléaire en déroute ou réelle alternative ?

Thorium, la face gâchée du nucléaire explore les réponses à cette énigme. Une enquête où se croisent militaires, politiques, affairistes, industriels et scientifiques dans une partie de poker menteur qui dure depuis 70 ans. Une partie où se succèdent cartes jouées et cartes dissimulées, entre course à l’armement, intérêts financiers, aveuglement politique et résignation des chercheurs. Une partie jouée avec les jetons des citoyens, où « sécurité » ne fut qu’un mot pour bluffer la tablée…