LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

CHANTER RÉGÉNÈRE !
En raison de nouvelles aventures prévues au Théâtre des Vents, l’atelier chansons, animé depuis plus de vingt ans par Amélie Grand – fondatrice et ex-directrice des Hivernales de danse d’Avignon – rejoint le Théâtre Transversal : 10, rue d’Amphoux à Avignon. Tel : 04 90 86 17...

ZONE DE DISCUSSION, DONNEZ-NOUS VOTRE AVIS.
FERMETURE DU VERGER D’URBAIN VN’hésitez pas à donner votre avis et à nous aider à trouver des solutions en vous exprimant sur ce billet.  Voir les textes ci-dessous :Urbain V, le pape de la discorde, et si ce n’était pas le sujet ?Utopia, mon amour ! Verger Urbain V, écrin ou car...

UBU, ROI DU VERGER
@page { margin: 2cm } p { margin-bottom: 0.25cm; line-height: 120% }- Je peux vous poser une question ?- Oui, qu’est-ce que c’est ?- C’est une phrase interrogative, qu’onutilise pour tester les connaissances. Pour le coup, ce dialogue n’est pas extrait de la pièce Ubu Roi mais du film Y ...

Urbain V, le pape de la discorde, et si ce n’était pas le sujet ?
Et si ce n’était pas le sujet ? Il est donné de-ci de-là, dans la presse, communiqué de la Ville, aux comptoirs des bistrots…, des « informations », pour le moins fantaisistes, surprenantes, voire peut-être avec une petite pointe de taquinerie, mais aussi, allez !, un zeste de ma...

Utopia, mon amour !
Courrier reçu de Bernard et Véronique.Mais que se passe-t-il encore dans ma bonne ville d’Avignon ?Mon vieux pote avec qui j’écumais vos salles à leur ouverture, il y a plus de quarante ans, vient de m’en annoncer une bien bonne : l’épatante promenade qu’il avait l’habitude de faire en fam...

BLINDSPOTTING

Carlos López Estrada - USA 2018 1h35 VOSTF - Avec Daveed Diggs, Rafael Casal, Janina Gavankar... Scénario de Daveed Diggs et Rafael Casa. Prix de la critique du Festival du Cinéma Américain de Deauville 2018.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

BLINDSPOTTINGEncore trois jours pour que la liberté conditionnelle de Collin prenne fin. En attendant de retrouver une vie normale, il travaille comme déménageur avec Miles, son meilleur ami, dans un Oakland en pleine mutation. Mais lorsque Collin est témoin d’une terrible bavure policière, c’est un véritable électrochoc pour le jeune homme. Il n’aura alors plus d’autres choix que de se remettre en question pour prendre un nouveau départ.
Réalisateur de pas mal de courts-métrages, le jeune Carlos Lopez Estrada débarque dans le grand bain du long-métrage avec Blindspotting, petit film excité dont le panache et la modestie ont fait fureur au dernier festival de Sundance. Porté pendant près de dix ans par le duo Rafael Casal et Daveed Diggs, amis d’enfance, scénaristes et héros du film, Blindspotting est un regard sur le Oakland d’aujourd’hui en pleine mutation et sur la société américaine… Mais pas que !



Ni vu ni connu, Blindspotting pourrait bien se faufiler dans les salles précédé de la réputation de « petite bombe de la rentrée ». Le film de Carlos Lopez Estrada aborde la question du racisme, de la gentrification et surtout des préjugés raciaux, le tout avec un regard aussi malin que rafraîchissant. À la fois très drôle et très sérieux alors qu’il se balance entre une sorte de subtile légèreté de ton bordé par la gravité de son sujet, Blindspotting est une belle démonstration d’intelligence, prenant à revers les caricatures pour mieux dénoncer avec force et ironie, les clichés raciaux ancrés dans les mentalités qui masquent une réalité cachée dans un angle mort ("blindspotting" en anglais) derrière les évidences/apparences. Ainsi, on trouve dans le film un noir qui pourrait très bien être blanc, un blanc qui aimerait être noir, un mec qui tient à ses origines, un autre qui s’en cherche, des familles qui échappent aux codes qu’on veut bien leur prêter, des riches qui veulent jouer les « pseudo-pauvres », des pauvres qui voudraient bien être riches… Et Blindspotting d’être un carrefour de quêtes identitaires passionnantes qui se régale à chambouler les clichés socio-ethniques, qui évoque les bavures policières, qui évoque le multiculturalisme, qui évoque la transformation de la société américaine, qui se demande ce que c’est qu’être blanc ou noir… Et pour mettre en forme ce brassage d’idées, Estrada se laisse aller à une mise en scène libre, colorée, parfois même excentrique et déjantée mais globalement, le ton décalé est maîtrisé, autant que l’émotion qui naît de ses personnages follement attachants, au passage remarquablement interprétés par des néo-comédiens qui jouent avec leurs tripes. Bref, un petit régal imparfait, mais c’est peut-être justement dans son imperfection que Blindspotting trouve sa plus belle spontanéité et son authenticité la plus organique.

D'après Nicolas Rieux sur mondocine.net