LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LE PASSAGE DU VERGER URBAIN V : DE L’ABSURDE FAISONS TABLE RASE !
Jamais l’ambiance d’une assemblée générale du collectif n’a été aussi détendue. Détail important : les termes d’arbitraire, grotesque, ubuesque,….pour qualifier la décision de fermeture du passage ont cédé la place à des propos conciliants, bienveillants et un tantinet vigilants pour...

Le passage du Verger Urbain V : le dénouement ?
Rappel pour celles et ceux qui ont pris 9 mois de vacances.Le Verger Urbain V, passage principal pour accéder au quartier de la Manutention est, depuis juillet 2018,  géré par les services des jardins de la ville et se trouve fermé théoriquement à 20h00 (mais de fait plutôt vers 19h30) l’hiver ...

ZONE DE DISCUSSION, DONNEZ-NOUS VOTRE AVIS.
FERMETURE DU VERGER D’URBAIN VN’hésitez pas à donner votre avis et à nous aider à trouver des solutions en vous exprimant sur ce billet.  Voir les textes ci-dessous : Urbain V, le pape de la discorde, et si ce n’était pas le sujet ?Utopia, mon amour ! Verger Urbain V, écrin ou ca...

Où en est-on avec le passage du Verger Urbain V ?
Pour vous tout à l’air identique et le jardin ferme toujours à des horaires pour le moins incertains : 19h00, 19h30… pas du tout ! Pourtant les choses bougent, Madame le Maire, par un mail envoyé à un membre du Collectif 23h59, confirme la volonté de trouver une solution qui satisfasse tou...

Communiqué du Collectif 23h59 Janvier 2019
Rappelons-le, le Collectif 23h59 a pour objet la défense de la liberté de circulation.  Il entend, au regard de ce principe,  faire rétablir la possibilité d’emprunter le passage du verger Urbain V en soirée pour rejoindre la Manutention et le quartier – comme cela était établi depuis plus...

La séance du jeudi 22 novembre à 20h15 aura lieu dans le cadre du Festival des Solidarités, en collaboration avec le MRAP 84. Caroline Godard, représentante de l'association Rencontres Tsiganes animera la discussion qui aura lieu après le film. Achetez vos places à partir du 11 novembre.
Dernière minute : nous aurons la chance d'accueillir pour la soirée les deux réalisatrices Valérie Mitteaux et Anna Pitoun.

8, AVENUE LÉNINE

Valérie Mitteaux et Anna Pitoun - documentaire France 2018 1h41

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

8, AVENUE LÉNINEComme chaque matin, Salcuta Filan écoute la radio avant de partir au travail. « Les Roms n’ont pas vocation à s’intégrer en France ! Ils doivent retourner chez eux ! », scande un politique. Les phrases fusent, féroces, brutales. Des propos que Salcuta a souvent entendus depuis qu’elle est arrivée en France en 2002, avec ses deux jeunes enfants… Les Roms seraient ils voués à demeurer des Européens de troisième zone ?

De l’expulsion du terrain où elle vivait et la destruction de sa caravane par les forces de police jusqu’à son installation dans l’appartement du 8, avenue Lénine à Achères, quinze ans ont passé. Aujourd’hui, Salcuta a un travail, un logement, paie des impôts. Mais s’intégrer n’est pas qu’une affaire administrative. Alors Salcuta fait front, car en tant qu’Européenne, elle a choisi : chez elle, c’est ici. Ils sont rares ces films si justement distancés qu'ils nous amènent à saisir un morceau de la complexité du monde tout en transmettant une énergie folle. 8, avenue Lénine est de ceux-là : suivre une personne pendant quinze ans, dans les difficultés auxquelles elle est confrontée au quotidien, sans jamais tomber dans la sinistrose, rend compte d'une réalité bien plus forte et essentielle que n'importe quel reportage journalistique.

« Caravane 55 que nous avions autoproduit est devenu un film de référence
sur les conditions de vie des Roms en France. Un film que se sont appropriées de nombreuses associations. « Nous avons continué depuis 2003 à suivre le parcours de Salcuta et à filmer les grands événements de sa vie, de celle de ses enfants, et de cette ville. Il nous est apparu urgent, face à la montée des extrémismes, de témoigner du parcours exemplaire de cette femme et de sa famille. Et de décrypter l’irrationalité brutale du rejet que subissent les Roms. Car il semble essentiel aujourd’hui de montrer qu’il est possible pour des familles roms de vivre en harmonie avec la loi, en France, comme dans toute l’Europe. Si tant est qu’on leur en laisse la possibilité.
« 8, avenue Lénine veut en témoigner et motiver plus de personnes encore à
s’approprier l’histoire de Salcuta et de ses enfants, comme un exemple de ce
qu’un État peut produire de positif. »

Créée au printemps 2003, l’association Rencontres Tsiganes s’est donnée pour objectifs de bâtir des passerelles entre les Tsiganes et les Gadgé, de lutter, avec les intéressés eux-mêmes, contre les discriminations et dénis de droit dont ils sont victimes.
Elle informe les responsables locaux et régionaux de la réalité des besoins et des modes de vie des Tsiganes dans leur diversité et parfois leur complexité. Elle développe auprès de l’opinion publique des occasions de rencontres, de débats et fait reconnaître et appliquer les diverses lois et règlements applicables. Elle informe les Tsiganes sur leurs droits ainsi que sur le respect de la législation les concernant. Rencontres Tsiganes est animée par des citoyens et des citoyennes, gadjé, gitans, manouches, roms, sédentaires ou voyageurs, qui, professionnels ou militants associatifs, œuvrent ensemble pour lutter contre l’ignorance et les préjugés.