LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LE PASSAGE DU VERGER URBAIN V : DE L’ABSURDE FAISONS TABLE RASE !
Jamais l’ambiance d’une assemblée générale du collectif n’a été aussi détendue. Détail important : les termes d’arbitraire, grotesque, ubuesque,….pour qualifier la décision de fermeture du passage ont cédé la place à des propos conciliants, bienveillants et un tantinet vigilants pour...

Le passage du Verger Urbain V : le dénouement ?
Rappel pour celles et ceux qui ont pris 9 mois de vacances.Le Verger Urbain V, passage principal pour accéder au quartier de la Manutention est, depuis juillet 2018,  géré par les services des jardins de la ville et se trouve fermé théoriquement à 20h00 (mais de fait plutôt vers 19h30) l’hiver ...

ZONE DE DISCUSSION, DONNEZ-NOUS VOTRE AVIS.
FERMETURE DU VERGER D’URBAIN VN’hésitez pas à donner votre avis et à nous aider à trouver des solutions en vous exprimant sur ce billet.  Voir les textes ci-dessous : Urbain V, le pape de la discorde, et si ce n’était pas le sujet ?Utopia, mon amour ! Verger Urbain V, écrin ou ca...

Où en est-on avec le passage du Verger Urbain V ?
Pour vous tout à l’air identique et le jardin ferme toujours à des horaires pour le moins incertains : 19h00, 19h30… pas du tout ! Pourtant les choses bougent, Madame le Maire, par un mail envoyé à un membre du Collectif 23h59, confirme la volonté de trouver une solution qui satisfasse tou...

Communiqué du Collectif 23h59 Janvier 2019
Rappelons-le, le Collectif 23h59 a pour objet la défense de la liberté de circulation.  Il entend, au regard de ce principe,  faire rétablir la possibilité d’emprunter le passage du verger Urbain V en soirée pour rejoindre la Manutention et le quartier – comme cela était établi depuis plus...

LES HÉRITIÈRES

Écrit et réalisé par Marcelo MARTINESSI - Paraguay 2018 1h37 VOSTF - avec Ana Brun, Margarita Irun, Ana Ivanova, Nilda Gonzalez...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LES HÉRITIÈRESAsunción, Paraguay, 2013. Chela vit avec Martina depuis plus de trente ans, elles ont toute les deux la petite soixantaine. En tant qu’héritières de familles anciennement prospères, elles ont reçu assez d’argent pour vivre confortablement sans avoir besoin de travailler. Mais l’héritage commence à s'épuiser. Avec le temps qui passe et leur situation économique qui se dégrade, leur relation s’use et devient une suite de longs silences.
Cela devient très compliqué quand Martina est poursuivie en justice pour des dettes auxquelles elle ne peut pas aire face. Et au Paraguay ça ne rigole pas : elle se retrouve en prison ! Chela lui rend visite, elles se rencontrent dans une zone collective du centre de détention, en prise directe avec les conditions de vie épouvantables qui sont faites aux détenues. Chela est accablée par ses visites, elle désespère de ne pouvoir rien faire pour Martina, elle culpabilise, se sent elle-même criminelle, elle-même enfermée.
Un peu par hasard, et comme il lui faut trouver de l'argent pour payer les avocats, Chela va se faire taxi pour les personnes âgées du voisinage. C'est ainsi qu'elle va faire une rencontre qui va lui donner une sorte de second souffle, ou de dernière chance…

« Il est impossible de parler du cinéma paraguayen sans avoir conscience des années sombres de son histoire et des nombreuses décennies durant lesquelles on ne pouvait pas réaliser de film… Pour moi, Les Héritières est une histoire d’enfermement. J’ai beaucoup voyagé au cours de ma vie et chaque fois que je retourne au Paraguay, j’ai l’impression d’être en prison. C’est de là que tout a commencé. C’est pour cela que j’ai voulu faire ce film. Je crois que les personnages héritent de meubles, d’une maison, d’une voiture, mais aussi de restrictions, de préjugés. Pour faire évoluer la société, il faut rompre avec cet héritage. L’héritage peut aussi être une malédiction. » Marcelo Martinessi