LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

ZONE DE DISCUSSION, DONNEZ-NOUS VOTRE AVIS.
FERMETURE DU VERGER D’URBAIN VN’hésitez pas à donner votre avis et à nous aider à trouver des solutions en vous exprimant sur ce billet.  Voir les textes ci-dessous : Urbain V, le pape de la discorde, et si ce n’était pas le sujet ?Utopia, mon amour ! Verger Urbain V, écrin ou ca...

Où en est-on avec le passage du Verger Urbain V ?
Pour vous tout à l’air identique et le jardin ferme toujours à des horaires pour le moins incertains : 19h00, 19h30… pas du tout ! Pourtant les choses bougent, Madame le Maire, par un mail envoyé à un membre du Collectif 23h59, confirme la volonté de trouver une solution qui satisfasse tou...

Communiqué du Collectif 23h59 Janvier 2019
Rappelons-le, le Collectif 23h59 a pour objet la défense de la liberté de circulation.  Il entend, au regard de ce principe,  faire rétablir la possibilité d’emprunter le passage du verger Urbain V en soirée pour rejoindre la Manutention et le quartier – comme cela était établi depuis plus...

Rosmerta, association avignonnaise de solidarité avec les migrants et de promotion des droits de l’Homme,
Face à l’urgence hivernale, les membres de Rosmerta, association avignonnaise de solidarité avec les migrants et de promotion des droits de l’Homme, ont mené une Réquisition Citoyenne d’un bâtiment à Avignon, au 7 rue Louis Pasteur. Ils hébergent une trentaine de personnes exilées, des familles...

TOUTES CES CHOSES QUE JE NE COMPRENDS PAS.
Il y a des choses que je ne comprends pas. Dans cette ville, il y a plein de choses que je ne comprends pas. Bon, d’accord, je donne un exemple. J’habite dans le quartier de la Bonneterie, qui a fait l’objet récemment d’une requalification, comme on dit dans le jargon technocratique, plutôt réu...

PIG

(Khook) Mani HAGHIGHI - Iran 2018 1h47 VOSTF - avec Hasan Majuni, Leila Hatami, Leili Rashidi, Parinaz Izadyar... AMPHORE D'OR – FIFIGROT 2018 (Festival International du FIlm GROlandais de Toulouse).

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

PIGGonflé, coloré, drôle, rageur et rock'n'roll, Pig est un objet filmique totalement improbable. À des années-lumières de la critique sociale, sévère et réaliste, qui irrigue le cinéma iranien tel qu'il nous arrive habituellement, Mani Haghighi, naguère scénariste pour Asghar Farhadi, développe une idée très personnelle du cinéma. Bricolant ses films avec pas mal de références, un amour des films de genre, un sens de l'humour acéré, une esthétique sophistiquée et un penchant certain pour le surréalisme, il prend cette fois de front le sujet de la censure dont le cinéma fait l'objet dans son pays. Mais avec, on le devine, beaucoup de rouerie, il parvient à prendre le contre-pied de la censure en réalisant un film par elle inattaquable – on n'en finit pas de se demander par quel miracle Pig a pu être produit, tourné, et pour finir exporté aux quatre coins du monde.
Décidément, rien ne va pour le pauvre Hasan Kasmai. La barbe en bataille sur un tee-shirt AC/DC débraillé porté comme un dérisoire étendard, le regard noir, il est plus désabusé qu'un quarteron d'électeurs macronistes ayant cru à la transition écologique. Autoproclamé réalisateur le plus prometteur de sa génération (on n'est jamais mieux servi que par soi-même), Hasan est nettement moins apprécié du régime de Téhéran. Trois ans que, pour en avoir pris un peu trop à son aise avec les canons de la censure, il est tricard des plateaux de tournage et doit pour survivre prostituer son immense talent dans la réalisation de publicités navrantes (et psychédéliques). Trois ans, c'est long, et voilà que sa muse, sa maîtresse, la magnifique Shiva (Leila Hatami, inoubliable interprète de Une séparation), lasse d'attendre que son supposé Pygmalion soit à même de lui offrir le rôle qui la consacrera au firmament du cinéma iranien, s'apprête à accepter de jouer dans le film, un nanar historique aussi prétentieux que vain, que met en scène un rival de Hasan qui a, lui, les faveurs du Régime. Remâchant son amertume, sa jalousie et ses désillusions, Hasan doit parallèlement déployer des trésors d'imagination pour éloigner de son chemin une jeune fan un peu trop entreprenante, s'efforcer de mettre (à la demande de son épouse légitime) un peu d'ordre dans sa vie sentimentale, gérer les sautes d'humeur de sa vieille mère qui entend veiller sur lui armée d'un fusil antédiluvien…
Rien ne va pour Hasan, mais le pire est pourtant à venir : un serial-killer a entrepris de décimer les plus grands cinéastes du pays. On les retrouve l'un après l'autre décapités, tatoués d'un énigmatique « khook » (porc/pig) sur le front. Le pire, ce n'est pas que le tueur pourrait s'en prendre à lui. Le pire c'est au contraire qu'il l'ignore, niant ainsi son statut de cinéaste de premier plan. Ce qui fait descendre encore d'un cran son moral dans ses chaussettes.

Critique mordante d'une frange de la société futile et mondaine, clinquante et désabusée, Pig décrit un petit milieu d'artistes qu'on pourrait qualifier de bourgeois, privilégiés, clairement fêtards, surtout attentifs à ne pas (trop) déborder du strict carcan religieux pour pouvoir continuer à profiter des charmes fragiles d'une vie relativement insouciante. On en est encore tout ébaubi, mais c'est l'ombre de Woody Allen qui plane sur Pig. Comme chez notre binoclard préféré, l'humour, omniprésent, y est noir et désespéré. On y parle avec un cynisme affecté d'amour et de cinéma, d'égotisme et de dieu – ainsi que de l'influence des mères protectrices sur la fièvre créatrice de leurs rejetons… Cinéaste dépressif aux amours contrariées, rongé par la jalousie et entraîné malgré lui dans une bondissante comédie d'aventure sur les traces d'un mystérieux meurtrier, Hasan / Mani Haghighi est un lointain cousin iranien de notre Woody, qui aurait troqué la pompe du jazz Nouvelle-Orléans pour les riffs acérés du hard rock. Parenté improbable qui augmente encore un peu le plaisir de cette découverte ébouriffante.