LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

ZONE DE DISCUSSION, DONNEZ-NOUS VOTRE AVIS.
FERMETURE DU VERGER D’URBAIN VN’hésitez pas à donner votre avis et à nous aider à trouver des solutions en vous exprimant sur ce billet.  Voir les textes ci-dessous : Urbain V, le pape de la discorde, et si ce n’était pas le sujet ?Utopia, mon amour ! Verger Urbain V, écrin ou ca...

Communiqué du Collectif 23h59 Janvier 2019
Rappelons-le, le Collectif 23h59 a pour objet la défense de la liberté de circulation.  Il entend, au regard de ce principe,  faire rétablir la possibilité d’emprunter le passage du verger Urbain V en soirée pour rejoindre la Manutention et le quartier – comme cela était établi depuis plus...

Rosmerta, association avignonnaise de solidarité avec les migrants et de promotion des droits de l’Homme,
Face à l’urgence hivernale, les membres de Rosmerta, association avignonnaise de solidarité avec les migrants et de promotion des droits de l’Homme, ont mené une Réquisition Citoyenne d’un bâtiment à Avignon, au 7 rue Louis Pasteur. Ils hébergent une trentaine de personnes exilées, des familles...

TOUTES CES CHOSES QUE JE NE COMPRENDS PAS.
Il y a des choses que je ne comprends pas. Dans cette ville, il y a plein de choses que je ne comprends pas. Bon, d’accord, je donne un exemple. J’habite dans le quartier de la Bonneterie, qui a fait l’objet récemment d’une requalification, comme on dit dans le jargon technocratique, plutôt réu...

UBU, ROI DU VERGER
@page { margin: 2cm } p { margin-bottom: 0.25cm; line-height: 120% }- Je peux vous poser une question ?- Oui, qu’est-ce que c’est ?- C’est une phrase interrogative, qu’onutilise pour tester les connaissances. Pour le coup, ce dialogue n’est pas extrait de la pièce Ubu Roi mais du film Y ...

LA DERNIÈRE FOLIE DE CLAIRE DARLING

Julie BERTUCCELLI - France 2018 1h35 - avec Catherine Deneuve, Chiara Mastroianni, Alice Taglioni, Samir Guesmi, Laure Calamy... Scénario de Julie Bertuccelli et Sophie Fillières, d'après le roman de Lynda Rutledge, Le Dernier vide-grenier de Faith Bass Darling.

Du 06/02/19 au 05/03/19

LA DERNIÈRE FOLIE DE CLAIRE DARLINGClaire Darling avec lui. Dans la lumière encore peu assurée, on guette une présence dissimulée dans la ribambelle de bibelots et de mascottes qui veillent à son chevet. On a beau écarquiller les yeux, on ne voit pas ceux auxquels elle s’adresse avec un timbre de voix que l’on devine inhabituel chez elle, presque celui d’une petite fille intimidée. On hésite… La septuagénaire ne serait-elle pas en train de retomber en enfance ? Parle-t-elle à des fantômes, aux objets inanimés, ses seuls compagnons de solitude ? Ou a-t-elle juste un peu de mal à sortir d’un mauvais rêve agité ? Ni elle ni nous ne le sauront jamais vraiment. L’univers intime de la classieuse Claire Darling gardera toujours une part de mystères insondables. Oasis inviolable, passerelle entre plusieurs mondes : celui des vivants, celui des souvenirs et le dernier sans doute imaginaire. Mais ses quelques échanges avec les êtres invisibles vont provoquer un profond bouleversement, une véritable révolution dans la vieille demeure bourgeoise. La tête haute, Claire (Catherine Deneuve magistrale) convoque les vivants qu’elle croise sur son passage pour l’aider à vider subitement et entièrement sa maison. Tout doit disparaître ! Les traces de son passé qui l’aidaient à ne pas oublier, à cuver sa peine, les souvenirs de ses chers disparus. Tout le mobilier luxueux auquel elle semblait tellement attachée. Les antiquités, les tableaux signés, l’argenterie, ses automates chéris, ses collections venues du fond des temps. Oui ! Tout doit disparaître, car ce soir elle ne sera plus là. « Ils » le lui ont annoncé au réveil…



Tant et tant de choses accumulées au fil des années, au gré des héritages, des dépenses somptuaires, quand elle en avait les moyens, quand la famille possédait la plus grosse entreprise du coin… Les quatre jeunes gars bien charpentés qu’elle débauche du cirque d’à côté ont l’impression d’accomplir un travail de Sisyphe. Ils ont beau décharger des tonnes d’objets dans la cour devant la maison, il semble qu’il en reste toujours autant à l’intérieur. Claire virevolte autour d’eux, leur dispense ses indications avec désinvolture, s’attarde soudain, rêvasse, grave, repart et puis oublie.
Pendant ce temps, l’unique pancarte qui annonce le vide-grenier improvisé fait son office. Le bouche-à-oreille fonctionne vite, tout le village rapplique, les yeux grands écarquillés devant ce trésor qui s’amoncelle à portée de main et surtout de bourse. Celle qu’ils considèrent tous comme une quasi châtelaine brade ses biens à prix sacrifiés, quand elle ne demande carrément pas aux acheteurs de donner ce qu’ils veulent. Tout cela fait les choux gras du voisinage et des brocanteurs qui commencent à rôder tels des charognards. Parmi eux, Martine, une amie d’enfance de Marie, la fille de Claire. Elle est bien la seule à éprouver quelques remords et à se préoccuper de Madame Darling, qui semble passer d’un instant à l’autre par tous les états. Tantôt euphorique, sensuelle, mutine, comme libérée du poids du passé au fur et à mesure que les antiquités s’évadent vers d’autres cieux. Puis soudain figée, superbe et déchirante, alors qu’affleurent à sa mémoire les événements douloureux de sa vie. Mais le pire, ce sont sans doute ses absences, trous noirs soudains qui semblent vouloir engloutir le présent.

Martine de plus en plus inquiète décide alors d’appeler Marie (Chiara Mastroianni, la véritable fille de Catherine Deneuve) à la rescousse. Cette dernière commence par traîner les talons… Vingt ans qu’elle a mis une distance salutaire entre elle et sa mère, qu’elles ne se sont pas vues. Elle finira pourtant par rappliquer, plus pour être agréable à son amie que pour voir sa génitrice dont elle n’attend plus rien, pas même un héritage…