Loading
LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Ils viennent découvrir des films
Que nous les appellions migrants, immigrés, réfugiés… Qu’ils soient partis de chez eux pour des raisons économiques, de famine ou de guerre, raisons religieuses, orientation sexuelle… Ils ont fui l’âme abimée, espérant trouver un endroit où la vie serait possible. Ils sont jeunes et viennent de temp...

PÉTITION POUR QUE BEN RESTE EN FRANCE
Ben jeune ivoirien qui était hébergé par l’Aide Sociale à l’Enfance (ASE) dans un hôtel à Avignon a reçu jeudi 19 octobre une Obligation de Quitter le Territoire Français et l’ASE a demandé une levée de placement. Ben peut donc se retrouver à la rue. Ben Diakite est né le 24/03/2000, il a un certifi...

LES LUMIÈRES DANS LA VILLE SUIT SON COURS(-MÉTRAGES) !
Pour reprendre un peu l’historique, Les Lumières de la ville, le projet initié par l’association 100 pour 1, Les Ateliers du court-métrage, le Collectif Inouï, Cinambule et Utopia suit son cours… L’idée du projet est de créer des filmsen une journée avec 6 jeunes contactés par l’association 10...

Solidarité avec Jean-Jacques Rue, collègue d’Utopia Saint-Ouen l’Aumône et ci-devant chroniqueur cinéma à Siné Mensuel, et son camarade poète et cinéaste franco-grec Yannis Youlountas.
Jean-Jacques Rue, c’est une figure d’Utopia : un nounours punk qui s’active dans les salles de Saint- Ouen l’Aumône. Chroniqueur cinéma à Siné Mensuel, vous l’avez peutêtre croisé à La Manutention en compagnie de Siné ou récemment avec Raoul Peck lors de l’avantpremière du film Le Jeune Karl Ma...

BNP-Paribas attaque en justice une militante d’Attac pour avoir dénoncé son évasion fiscale.
Une militante d’Attac devant la justice. Son tort ? avoir dénoncé l’évasion fiscale de BNP. Nicole Briend, militante d’Attac, est convoquée au tribunal de Carpentras le 6 février pour vol en réunion et refus de donner ses empreintes ADN. Elle a participé, avec une dizaine de personnes d’Attac, ...

MANGER SANS PAYSANS : la fin de la culture paysanne ?
VENEZ À 9H30 POUR LE CAFÉ, ON COMPTE SUR VOUS POUR LES BRIOCHES, LES FRUITS… SEANCE UNIQUE SAMEDI 24 JANVIER A 10H00 suivie d’une rencontre avec Eric Boutarin, réalisateur et fondateur du site internet la Télévision Paysanne puis repas sorti du sac au Fenouil à vapeur. L’après-midi, les discussions se poursuivront à LA CASERNE DES POMPIERS avec entre autres Guy Marigot de la Confédération Paysanne.

SANS TERRES ET SANS REPROCHES

Eric BOUTARIN
et Stéphanie MUZARD LE MOING
France 2007 1h10

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)


Sans terres et sans reproches, le titre claque comme une devise de dignes et courageux paysans en lutte qu’on imaginerait volontiers en Amérique du Sud, en Inde ou ailleurs, empêtrés dans d’âpres combats afin de ne pas être dépossédés de leur bout de terre. Toute l’action pourtant se situe dans les Causses du Quercy vers Montauban, Cahors, Figeac, où comme partout en France aujourd’hui, la même question se pose à un jeune paysan qui souhaite mettre en pratique son apprentissage : comment accéder aux terres agricoles ? Comment s’installer quand on sait ce que l’on veut faire mais que l’on n’est ni un ex-joueur de foot en reconversion dans le bordelais, ni un riche trader échaudé par la crise, ni le fils d’un agriculteur établi ? Comment prétendre aux mêmes aides que les propriétaires d’une exploitation aux pratiques agricoles intensives, lorsque l’on veut cultiver autrement, sans les incontournables piliers de l’agriculture industrielle que sont la pratique de la monoculture, l’utilisation d’engrais chimiques, d’herbicides, de pesticides, d’insecticides… ? Nos jeunes candidats à la paysannerie, et pour quelques-uns d’entre eux utopistes en herbe, présentés ici, ne font certes pas partis des mieux lotis. Mais c’est après force courage, entêtements et au prix d’immenses sacrifices que certains d’entre eux ont réalisé leurs rêves. Tous livrent le récit de leurs pérégrinations et nous entraînent dans les chemins sinueux qu’ils ont dû emprunter et qu’ils parcourent encore. Ils évoquent des organisations salutaires rencontrées sur la route et celles qui pour certains sèment des embûches comme la SAFER. Cette dernière détentrice de terres et chef d’orchestre des mouvements de capitaux immobiliers est peu disposée à encourager les porteurs d’alternatives agricoles qui sont à l’inverse des OGM de véritables réussites technologiques, alliant la science et le bon sens.
Nous ne vous en dirons pas plus maintenant, venez écouter ces paysans vous raconter comment ils ont réussi à créer de riches potagers sur ces Causses arides !
Sachez enfin qu’aujourd’hui, la moitié des paysans français ont un salaire inférieur au SMIC et un quart sont au niveau du RMI ou en dessous. 10% des exploitations ovines ont disparus en 2008 et un tiers des exploitations agricoles devrait disparaître d’ici à cinq ans…
Si ça continue, nos enfants nous accuseront d’avoir été complices de la disparition de l’agriculture paysanne.

LA TÉLÉVISION PAYSANNE Peut-on aujourd’hui s’estimer véritablement informé en se contentant des canaux d’information traditionnels ? N’y a-t-il pas un risque réel de mésinformation, voire d’occultation de l’information par les lobbies du marketing et des finances ? Face à ce constat, la Télévision Paysanne s’est donné pour mission de combler les lacunes du système d’information actuel. Dans ce but, nous utilisons des supports de type vidéo, audio et textuels. http://www.latelevisionpaysanne.fr