LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

ZONE DE DISCUSSION, DONNEZ-NOUS VOTRE AVIS.
FERMETURE DU VERGER D’URBAIN VN’hésitez pas à donner votre avis et à nous aider à trouver des solutions en vous exprimant sur ce billet.  Voir les textes ci-dessous : Urbain V, le pape de la discorde, et si ce n’était pas le sujet ?Utopia, mon amour ! Verger Urbain V, écrin ou ca...

Où en est-on avec le passage du Verger Urbain V ?
Pour vous tout à l’air identique et le jardin ferme toujours à des horaires pour le moins incertains : 19h00, 19h30… pas du tout ! Pourtant les choses bougent, Madame le Maire, par un mail envoyé à un membre du Collectif 23h59, confirme la volonté de trouver une solution qui satisfasse tou...

Communiqué du Collectif 23h59 Janvier 2019
Rappelons-le, le Collectif 23h59 a pour objet la défense de la liberté de circulation.  Il entend, au regard de ce principe,  faire rétablir la possibilité d’emprunter le passage du verger Urbain V en soirée pour rejoindre la Manutention et le quartier – comme cela était établi depuis plus...

Rosmerta, association avignonnaise de solidarité avec les migrants et de promotion des droits de l’Homme,
Face à l’urgence hivernale, les membres de Rosmerta, association avignonnaise de solidarité avec les migrants et de promotion des droits de l’Homme, ont mené une Réquisition Citoyenne d’un bâtiment à Avignon, au 7 rue Louis Pasteur. Ils hébergent une trentaine de personnes exilées, des familles...

TOUTES CES CHOSES QUE JE NE COMPRENDS PAS.
Il y a des choses que je ne comprends pas. Dans cette ville, il y a plein de choses que je ne comprends pas. Bon, d’accord, je donne un exemple. J’habite dans le quartier de la Bonneterie, qui a fait l’objet récemment d’une requalification, comme on dit dans le jargon technocratique, plutôt réu...

WARDI

Mats GRORUD - film d'animation France/Norvège/Suède 2018 1h17 VF - Pour les enfants à partir de 8 ans. Supervision de l’animation par Hefang Wei et Pierre-Luc Granjon.

Du 27/02/19 au 24/03/19

WARDIVous avez plébiscité, enfants et adultes confondus, Ma vie de Courgette, le génial film en marionnettes de Claude Barras qui, grâce à l'émotion transmise par ses étranges personnages aux têtes rondes, sait rendre sensible et compréhensible par les plus jeunes un sujet grave que les parents ont souvent bien du mal à oser aborder avec eux… Eh bien vous allez adorer les aventures et mésaventures de Wardi. Lors de sa première présentation publique lors de « Mon premier festival » à Paris, il suffisait de voir les yeux mouillés à la fin de la séance, puis d'entendre le flot de questions posées illico par les enfants à l'animateur Pierre-Luc Grangeon, pour comprendre que le film avait fait mouche. Et pas qu'un peu !
Ma vie de Courgette abordait le sujet douloureux de l'enfance maltraitée ; dans Wardi, c'est le conflit israélo-palestinien, un sujet sacrément casse gueule : peu de parents ont les informations nécessaires pour en parler intelligiblement et utilement avec leurs enfants, pré-ados et ados.

Wardi est une petite fille de 11 ans au destin un peu plus compliqué que celui de la plupart de nos chérubins occidentaux. Wardi est une réfugiée palestinienne dont la famille vit depuis 1948 dans le camp de Burj El Barajneh, à Beyrouth. Dans cet enchevêtrement improbable et périlleux de taudis devenus des immeubles toujours plus hauts, la fillette, malgré les conditions de vie précaires, s'accroche à l'espoir d'un avenir meilleur tout en prenant soin de son grand-père Sidi qu'elle aime infiniment. Le vieux monsieur vit dans la nostalgie de son village de Galilée dont les Israéliens l'ont expulsé 60 ans auparavant et il compte bien y revenir un jour : il a toujours gardé, attachée à son cou, la clef de sa maison, comme un trésor, comme la trace d'une histoire pas tout à fait perdue.
Mais voilà, Sidi sent que sa fin est proche, et c'est le moment de passer à sa si chère petite-fille la fameuse clé, et lui transmettre ainsi l'histoire tragique d'un peuple et d'une résistance. Une résistance que porte aussi en lui « Pigeon », un voisin et oncle un peu fou, perché au sommet du camp, qui élève des pigeons et qui reste marqué par les années de guerre contre l'occupant israélien, quand son peuple tenta de se fédérer dans les années 70/80.
Wardi est avant tout le magnifique portrait d'une enfant qui tente de se dépatouiller avec la Grande Histoire des hommes et de faire face au destin semble-t-il immuable de son peuple, condamné depuis des décennies à vivre au Liban sans papiers, sans droits face à une population qui parfois le rejette malgré leur histoire commune.

Le réalisateur norvégien s'est directement inspiré de l'histoire de sa mère, employée d'une ONG qui travailla dès les années 80 au cœur de ces camps de réfugiés. Son fils a suivi ses traces, est venu plusieurs fois sur place, jusqu'à imaginer cette superbe histoire nourrie du destin des hommes, femmes et enfants qu'il a pu rencontrer. Le film utilise pour le récit contemporain les marionnettes conçues et animées dans les studios français de Folimage à Valence et le dessin animé pour raconter en flash-back l'histoire des parents et grands-parents de Wardi victimes de la Nakba, la grande catastrophe qui, en 1948, poussa 700 à 800 000 Palestiniens sur les routes de l'exil au moment de la création de l'état d'Israël…

Mais à la fin du film, lumineux comme le ciel de Palestine, on se dit, malgré le destin tragique du peuple palestinien, que le pouvoir de résilience et la force de vie des enfants seront toujours les plus forts. On reste épatés que cette petite créature de quelques dizaines de centimètres ait pu nous emporter dans un tel tourbillon d'émotions.