LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

ÇA NE PASSE PAS !
Nous vous avions annoncé dans notre dernière gazette Une Soirée de clôture pour l’ouverture pour la deuxième quinzaine de juin. Tout devait être réglé, les habitants et visiteurs du quartier de la Manutention, les festivaliers, tout le monde retrouverait la liberté de circuler le soir et le bonheur ...

LE PASSAGE DU VERGER URBAIN V : DE L’ABSURDE FAISONS TABLE RASE !
Jamais l’ambiance d’une assemblée générale du collectif n’a été aussi détendue. Détail important : les termes d’arbitraire, grotesque, ubuesque,….pour qualifier la décision de fermeture du passage ont cédé la place à des propos conciliants, bienveillants et un tantinet vigilants pour...

Le passage du Verger Urbain V : le dénouement ?
Rappel pour celles et ceux qui ont pris 9 mois de vacances.Le Verger Urbain V, passage principal pour accéder au quartier de la Manutention est, depuis juillet 2018,  géré par les services des jardins de la ville et se trouve fermé théoriquement à 20h00 (mais de fait plutôt vers 19h30) l’hiver ...

ZONE DE DISCUSSION, DONNEZ-NOUS VOTRE AVIS.
FERMETURE DU VERGER D’URBAIN VN’hésitez pas à donner votre avis et à nous aider à trouver des solutions en vous exprimant sur ce billet.  Voir les textes ci-dessous : Urbain V, le pape de la discorde, et si ce n’était pas le sujet ?Utopia, mon amour ! Verger Urbain V, écrin ou ca...

À nos amis festivaliers, qu’est-ce donc que Rosmerta ?
Afin de palier aux carences des services de l’État en matière d’hébergement des réfugiés, l’association Rosmerta, composée de plusieurs centaines de citoyens bénévoles, occupe depuis fin décembre un bâtiment de 400 m² pour y mettre à l’abri des mineurs isolés et des familles avec enfants en bas...

En partenariat avec le Point de Capiton, la séance unique du samedi 16 mars à 10h30, sera suivie d’une rencontre avec Caroline Renard, Professeur de cinéma à l’Université de Marseille et Simone Molina, Présidente du Point de Capiton, responsable de ECRPF/Interstisse. Nous cloturerons la trilogie avec D’une Langue à l’autre et Vaters land, le samedi 27 avril.

LANGUE SACRÉE, LANGUE PARLÉE

Nurith AVIV - France 2008 1h13 VOSTF -

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LANGUE SACRÉE, LANGUE PARLÉEC’est donc à rebours que nous abordons la trilogie de Nurrith Aviv qui met en scène une langue, l’hébreu, en l’interrogeant sous divers angles, tout à la fois poétique et politique, religieux et profane. Après Traduire qui donnait la parole à des traducteurs de différents pays, Langue sacrée, langue parlée dresse le portrait de treize écrivains et artistes, nés en Israël, expliquant leur rapport intime avec l’hébreu.
Comment s’est construite cette langue, destinée aux prières et aux livres sacrés, qui ne se parle pourtant que depuis la fin du xixe siècle pour des raisons politiques ? C’est tout l’enjeu de ce documentaire passionnant qui tente de reconstituer le fil d’une langue perdue, retrouvée, revue et corrigée. Parmi les témoignages, certains évoquent une tension, un conflit entre écouter et parler, entre l’archaïque et la modernité quand d’autres parle de « gestation infinie des mots ». Chacun se pose comme chirurgien, psychanalyste de sa propre langue, et cherche à l’ausculter, la déformer, la confronter, la sublimer. En somme, la comprendre.

Entre chaque entretien, Nurith Aviv insère des travellings, dénués de tout bavardage, comme une respiration, en hommage à Alexandre Promio, opérateur des Frères Lumière, et inventeur du fameux procédé en 1897. Une date clé, puisque le monde pourra voir les premières images de la Palestine (le train qui relie Jérusalem à Jaffa qui fait l’ouverture du film), l’année également du premier congrès sioniste convoqué par Théodore Herzl, en allemand. À la mort de son père, Sigmund Freud entame quant à lui en 1897, la réflexion qui va aboutir à  « L’Interprétation des rêves ». Au commencement, il y aurait donc, selon la cinéaste, « trois manières d’écrire les  rêves » : la France et le cinéma, l’Allemagne et le sionisme, la naissance de la psychanalyse et… le deuil du père.

« Accord’amours et quelques autres poèmes quasi-érotiques »
1er mars à 18h à Arles - Galerie Aux Arts Exetera, place Voltaire, (Salon du livre d’Arles), 9 mars à 14h à Velleron - Maison des Associations. Lecture de poèmes écrits et dits par Simone Molina, avec Pierre Fayolle à la contrebasse. Conversation avec le public et dédicace des ouvrages de Simone Molina.