LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

ÇA NE PASSE PAS !
Nous vous avions annoncé dans notre dernière gazette Une Soirée de clôture pour l’ouverture pour la deuxième quinzaine de juin. Tout devait être réglé, les habitants et visiteurs du quartier de la Manutention, les festivaliers, tout le monde retrouverait la liberté de circuler le soir et le bonheur ...

LE PASSAGE DU VERGER URBAIN V : DE L’ABSURDE FAISONS TABLE RASE !
Jamais l’ambiance d’une assemblée générale du collectif n’a été aussi détendue. Détail important : les termes d’arbitraire, grotesque, ubuesque,….pour qualifier la décision de fermeture du passage ont cédé la place à des propos conciliants, bienveillants et un tantinet vigilants pour...

Le passage du Verger Urbain V : le dénouement ?
Rappel pour celles et ceux qui ont pris 9 mois de vacances.Le Verger Urbain V, passage principal pour accéder au quartier de la Manutention est, depuis juillet 2018,  géré par les services des jardins de la ville et se trouve fermé théoriquement à 20h00 (mais de fait plutôt vers 19h30) l’hiver ...

ZONE DE DISCUSSION, DONNEZ-NOUS VOTRE AVIS.
FERMETURE DU VERGER D’URBAIN VN’hésitez pas à donner votre avis et à nous aider à trouver des solutions en vous exprimant sur ce billet.  Voir les textes ci-dessous : Urbain V, le pape de la discorde, et si ce n’était pas le sujet ?Utopia, mon amour ! Verger Urbain V, écrin ou ca...

À nos amis festivaliers, qu’est-ce donc que Rosmerta ?
Afin de palier aux carences des services de l’État en matière d’hébergement des réfugiés, l’association Rosmerta, composée de plusieurs centaines de citoyens bénévoles, occupe depuis fin décembre un bâtiment de 400 m² pour y mettre à l’abri des mineurs isolés et des familles avec enfants en bas...

LES PARTICULES

Blaise HARRISON - Suisse / France 2019 1h39 - avec Thomas Daloz, Néa Lüders, Salvatore Ferro, Léo Couilfort, Nicolas Marcant, Emma Josserand... Scénario de Blaise Harrison et Mariette Désert. Festival de Cannes 2019, Quinzaine des réalisateurs.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LES PARTICULESC'est un temps suspendu au sortir de l'adolescence, un temps bref, qui se compte en mois plus qu'en années, mais qui laisse dans les vies la trace indélébile d'une fulgurance née pour disparaître. Âpre, confus, insaisissable, c'est dans ce temps-là que nous allons pénétrer avec Les Particules, au gré d'un voyage où il sera question de matière, d'atomes, de sens, de corps en mouvement et de réalités hasardeuses. À travers ce premier film de fiction très ambitieux, tant dans son sujet que dans ses aspirations formelles, c'est une drôle d’expérience à laquelle nous convie Blaise Harrison. Guidant nos pas de spectateurs, à l'aide d'une singulière cartographie, dans un univers entre le documentaire et le fantastique, entre le naturalisme et les digressions scientifiques, embrassant dans son propos un vaste champ de possibles. Dans ce dédale qui va de l'intime à l'immensément grand, de la cellule au big-bang, on pourrait se perdre ou pire encore s'ennuyer, mais la magie opère grâce essentiellement à la composante humaine, véritable cœur en fusion du film incarné dans le personnage principal, P.A, grand échalas lunaire aux faux airs de Gaston Lagaffe dont nous allons suivre le chemin.

Pays de Gex, frontière franco-suisse. P.A et ses trois meilleurs potes vivent leur dernière année au lycée, celle du bac. Les matins endormis bercés par le ronron du bus scolaire, l'arrivée traînante aux portes du lycée, les cours qui se suivent et s'enchaînent. L'envie tenace d'être ailleurs sans savoir vraiment où ni pourquoi. Assidus mais pas vraiment passionnés, sérieux mais pas tout à fait responsables, les quatre amis d'enfance s'évadent comme ils le peuvent d'un univers un peu gris, un peu terne, un peu étriqué, celui des routes de campagnes et des lotissements, entre les profs et les parents.
C'est la musique, ensemble dans un garage, et puis les soirées… un peu de picole et quelques pétards, des virées en ville et du camping sauvage dans les bois… des rires, de la déconnade, et puis chacun rentre chez soi… dans sa maison, mais surtout dans sa propre intimité, cet espace exigu et immense défini par les frontières de sa propre enveloppe : un corps en vie, en mouvement, un esprit en proie à mille et une questions existentielles. Et pendant que chacun des quatre gars s'attache, avec son style, ses mots et sa dialectique à mettre en forme le chaos bouillonnant qui résonne en eux, quelque part sous leurs pieds, à 100 mètres de profondeur, le LHC, l'accélérateur de particules le plus puissant du monde, provoque des collisions de protons pour recréer les conditions d'énergie du big-bang et détecter les particules jusqu'alors inconnues.
Tandis que l'hiver s'installe, P.A a le sentiment que le monde change autour de lui : la matière se distord, des lumières étranges scintillent dans la nuit, sa perception du monde environnant semble comme fracturée par une énergie inconnue. Est-ce la naissance de l'amour qui l'a cueilli sans prévenir au détour d'un regard avec Roshine ? Ou bien l'enfance, agonisante, qui lance ses derniers signaux de détresse ? C'est peut-être la fin d'un cycle et le début d'autre chose… ou un rêve… ou une expérience hallucinatoire.

Blaise Harrison laissera tout cela en suspens, préférant le mystère et la libre interprétation aux vérités, aux certitudes et c'est très bien ainsi. Filmant dans une région qu'il connaît bien pour y avoir été lui-même adolescent, il a laissé à ses comédiens (tous non professionnels) une très grande liberté, saisissant au vol les regards, les bons mots, les complicités naissantes, la matière brute. Plongée sensorielle où le travail sur l'image et le son est extrêmement précis, Les Particules nous ramène à cette période particulière de trouble et de mouvement, quand du monde des adultes (ici complètement hors-champ) on ne percevait que des bribes, comme un lointain message brouillé émanant d'une très lointaine planète.