LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Mais jusqu’à quelle heure peut-on transiter par le Verger Urbain V ?
C’est la question que vous nous posez souvent à la caisse du cinéma, ne sachant pas si vous trouverez porte ouverte ou porte close  et si vous devrez faire demi-tour. C’est (toujours) vrai qu’aucune information claire n’a été apportée sur les panneaux d’entrée  du Verger Urbain V… 20h ...

CAFÉ ROMA (ancien restaurant La Manutention) va enfin ouvrir ses portes !
Les « menus » travaux, comme nous vous l’avions annoncé dans notre dernière gazette vont être terminés ! Menus ? Pas tant que ça finalement :la peinture refaite, le mobilier changé, la cuisine réagencée, les nouvelles machines installées, les nouveaux menus édités… et puis é...

LE PASSAGE DU VERGER URBAIN V : C’EST LE BON SENS !
Belle soirée festive organisée par le Collectif 23h59, le 12 septembre dernier, dans le jardin du Verger Urbain V. Une réussite au-delà de nos espérances, qui attestait du plaisir des participants de pouvoir à nouveau emprunter le passage le soir, librement. Le dialogue avait repris, le bon sens l’a...

Et si on passait à autre chose...
La restauration du jardin Verger Urbain V aura atteint son objectif, au-delà de toutes espérances : le jardin ne désemplit pas durant ces mois d’été, brassant tous les publics. Il est un lieu de vie et de rencontres, à toute heure de la journée et de la soirée. Et qu’importe que le gazon ait sou...

Il y a un an déjà...
Cette année, les organisateurs en ont décidé ainsi, la dernière étape du Tour de France cycliste aura pour cadre la magnifique ville d’Avignon. Le centre-ville, dit « intra-muros », sera le siège d’une épreuve contre la montre individuelle. Après trois tours des remparts de la cité médiéva...

Séance unique, en avant-première, le vendredi 19 juillet à 14h00 suivie d’une rencontre avec le réalisateur Lech Kowalski, la productrice Odile Allard et la journaliste de l’Humanité Dominique Sicot. Rencontre animée par Les Amis de l’Humanité.

ON VA TOUT PÉTER

Lech KOWALSKI - France 2019 1h49 -

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

ON VA TOUT PÉTER« Un mix de blues et de rock’n’roll : voilà le secret d’une révolte réussie. Quand je suis arrivé en plein cœur de la France dans l’usine d’équipement automobile GM&S menacée de fermeture, j’ai senti qu’un concert exceptionnel allait s’y donner.

« Il le fut : paroles inventées par des salariés poussés au-delà des limites du supportable, musique écrite par des êtres humains déterminés à bouleverser toutes les règles, y compris celles de la lutte… Et comme le son était suffisamment fort pour attirer les médias nationaux, le concert a résonné dans le pays tout entier. J’étais là, caméra en main, composant mon film grâce au lyrisme déchaîné de ces hommes et de ces femmes, en retrait, mais avec eux. » Lech Kowalski.

Dans sa carrière, Lech Kowalski, documentariste contestataire, né à Londres de parents polonais, a filmé la contre-culture punk, la marginalité, l’addiction, la renaissance du cinéma à Kaboul, les supporters de foot et des paysans polonais confrontés au gaz de schiste. Ici, dans un mélange entre réflexion sur la révolution et le cinéma et le journal intime d’une lutte, il suit le combat acharné des ouvriers GM&S de La Souterraine pour éviter la fermeture de leur usine. En 2017, pendant des mois, ces employés d’un équipementier auto mobile creusois, sous-traitant de Renault et PSA, se sont battus dans une indifférence quasi générale. En accrochant des bouteilles de gaz reliées à des détonateurs et en menaçant de faire sauter leur établissement, ils ont réveillé les médias.

C’est dans ce contexte explosif qu’arrive Lech Kowalski. À la stratégie de l’image choc des télévisions, il oppose le cinéma, optant pour une longue immersion. Il ne feint pas l’objectivité et accompagne les salariés. Chez un gréviste, à l’usine, il s’intéresse aux débats, à la mise en place des actions, à la méfiance des syndicalistes par rapport à la presse. Rares sont celles et ceux qui saisissent avec autant de pertinence le fossé entre l’urgence des questions posées par les salariés menacés et l’ina daptation des réponses des pouvoirs publics et du patronat. Car, il s’agit bien, du côté des dirigeants, de tuer la révolte dans l’œuf jusqu’à contourner un blocage pacifique en livrant des pièces en hélicoptère. Dans ce cadre, l’image apparaît essentielle. Kowalski s’en empare avec intelli gence, incarnant cette lutte avec des noms, des visages, des corps et des voix. Il en expose d’autres aspects singuliers, telle cette discussion impromptue et amicale entre un CRS et un GM&S réunis (Michaël Mélinard, l’Humanité)