LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Aux confins du blog
« Quand les gens pensent au cinéma, ils pensent directement aux célébrités, aux studios, au glamour. Mais l’industrie du cinéma englobe d’autres personnes : les gens qui travaillent dans les snacks, qui s’occupent des équipements, des caisses, qui programment des films, qui sont en charge ...

La librairie La Mémoire du Monde propose...
Nous relayons un message de la librairie La Mémoire du Monde avec qui nous travaillons régulièrement et qui comme beaucoup de petits commerces sont en grande difficulté.“Comme beaucoup d’entre nous, nous avons eu la gorge nouée ce lundi soir avec l’annonce de la poursuite du c...

Le Café Roma et Italie là-bas propose des paniers gourmands
Depuis samedi 11 avril, Italie Là-bas et Café Roma vous proposent la totale : des paniers gourmands pour votre petit-déjeuner, déjeuner, apéro et dîner. On pense à tout ! ... Lire Le Café Roma et Italie là-bas propose des paniers gourmands...

Le cinéma du peuple
“La plus grande qualité accessible pour tous, sans clivage social et culturel… Ce sera notre combat”. (Jean Vilar)   Ainsi donc le cinéma indépendant, le cinéma d’auteur serait « élitiste »… c’est en tout cas ce que déclarait, semble-t-il, une sociologue devant un amphi de 300 élèves ...

Utopia, mon amour !
Courrier reçu de Bernard et Véronique.Mais que se passe-t-il encore dans ma bonne ville d’Avignon ?Mon vieux pote avec qui j’écumais vos salles à leur ouverture, il y a plus de quarante ans, vient de m’en annoncer une bien bonne : l’épatante promenade qu’il avait l’habitude de faire en fam...

PORT AUTHORITY

Écrit et réalisé par Danielle LESSOVITZ - USA 2019 1h35 VOSTF - avec Fionn Whitehead, Leyna Bloom, McCaul Lombardi, Louisa Krause...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

PORT AUTHORITYPaul a 20 ans et c’est peu dire qu’il est seul au monde. Tout juste sorti de prison, il se retrouve à la rue dans l'anonymat de la Grande pomme, après le refus de sa demi-sœur de l’héberger. Sa solitude questionne d’emblée la notion de famille, d'entraide. Si Port Authority est un lieu géographique, en l'occurrence la gare routière de New York City, il est également celui d’une renaissance pour ce garçon brisé. Recueilli par Lee, débrouillard tenancier d’un refuge pour sans-abris, il retrouve un toit et se crée par la même occasion une nouvelle structure de vie, une sorte de tribu. Celle-ci est très masculine, macho voire sexiste, homophobe, et se nourrit du malheur des autres, puisque le groupe assure les basses besognes de propriétaires sans pitié en évacuant sans ménagement de leur appartement des familles qui ne peuvent pas payer leur loyer… En parallèle, Paul suit un danseur qui vit dans son refuge jusqu’à une soirée très spéciale où se retrouve un tout autre type de famille : une communauté de danseurs queer, gay et trans. La merveilleuse Wye sera sa clef d’entrée dans cet univers, et elle est aussi la nôtre. Elle est celle qui permet au spectateur de pénétrer un monde fermé, où Paul n’aurait pas été le bienvenu.

Cette rencontre est le point majeur et passionnant du film, la découverte de la famille LGBTQ. Composée comme un rempart contre l’hostilité du monde, elle représente un nouveau départ pour Paul. Si Lee et son clan étaient un choix par défaut pour ne pas vivre sous les ponts, la famille de Wye, et son amour, sont une évidence. On regrette un peu que le récit n'explore pas davantage le fonctionnement de ce groupe incroyablement vivant et solidaire, les personnalités mouvantes et attachantes qui le composent. Le scénario se concentre davantage sur l'histoire d'amour entre Paul et Wye, sur les mensonges du garçon – coincé vis-à-vis de ses potes « déménageurs » – qui risquent fort de ruiner leur relation.
Mais Port Authority déploie une sensibilité, une acuité de regard, une intelligence d'écriture qui emportent l'adhésion. Le personnage de Wye – renversante Leyna Bloom, actrice transgenre qui a mis beaucoup d'elle-même dans le rôle – est la plus parfaite démonstration de toutes ces qualités : sa caractérisation est un modèle, un pied de nez réjouissant à une litanie de préjugés qui volent en éclats devant la beauté de son comportement, de ses mots et de ses engagements. Ce sont d'ailleurs tous les personnages, magnifiquement incarnés, qui donnent à Port Authority une couleur inimitable. Sans oublier son énergie et son exubérance, jusqu’à une extravagance délurée et sublime.

L'un des grands mérites du film de Danielle Lessovitz est de nous faire découvrir le monde du voguing, dont on perçoit bien qu'il constitue un mode d'expression essentiel pour la population noire, gay, travestie, transgenre de New York. Le voguing prend racine dans la culture des balls américains de travestis, à Harlem dans les années 1920, et a véritablement explosé à la fin des 80's, popularisé par le Vogue de Madonna et le célèbre documentaire Paris is burning.
Loin d’être une simple danse, ou un divertissement, le voguing est une culture complexe et codifiée. Les vogueurs s’organisent en houses rivales (comme celle qu'on découvre dans le film) qui appliquent toutes une hiérarchie stricte : une mother, au rôle essentiel, et un father s’occupent des children dont le titre dépend des compétitions gagnées et de leur ancienneté. Chaque house se prépare à affronter les autres lors des balls, qui sont LE moment que tous attendent. Ces événements sont incroyablement énergiques, éblouissants et fiers, ils offrent un espace de liberté et d’expression à une frange de la population américaine très fortement stigmatisée…

(merci à lebleudumiroir.fr et à lesinrocks.com)