LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Mais jusqu’à quelle heure peut-on transiter par le Verger Urbain V ?
C’est la question que vous nous posez souvent à la caisse du cinéma, ne sachant pas si vous trouverez porte ouverte ou porte close  et si vous devrez faire demi-tour. C’est (toujours) vrai qu’aucune information claire n’a été apportée sur les panneaux d’entrée  du Verger Urbain V… 20h ...

CAFÉ ROMA (ancien restaurant La Manutention) va enfin ouvrir ses portes !
Les « menus » travaux, comme nous vous l’avions annoncé dans notre dernière gazette vont être terminés ! Menus ? Pas tant que ça finalement :la peinture refaite, le mobilier changé, la cuisine réagencée, les nouvelles machines installées, les nouveaux menus édités… et puis é...

LE PASSAGE DU VERGER URBAIN V : C’EST LE BON SENS !
Belle soirée festive organisée par le Collectif 23h59, le 12 septembre dernier, dans le jardin du Verger Urbain V. Une réussite au-delà de nos espérances, qui attestait du plaisir des participants de pouvoir à nouveau emprunter le passage le soir, librement. Le dialogue avait repris, le bon sens l’a...

Et si on passait à autre chose...
La restauration du jardin Verger Urbain V aura atteint son objectif, au-delà de toutes espérances : le jardin ne désemplit pas durant ces mois d’été, brassant tous les publics. Il est un lieu de vie et de rencontres, à toute heure de la journée et de la soirée. Et qu’importe que le gazon ait sou...

Il y a un an déjà...
Cette année, les organisateurs en ont décidé ainsi, la dernière étape du Tour de France cycliste aura pour cadre la magnifique ville d’Avignon. Le centre-ville, dit « intra-muros », sera le siège d’une épreuve contre la montre individuelle. Après trois tours des remparts de la cité médiéva...

Séance unique le mercredi 16 octobre à 18h30 dans le cadre du ciné-club de Frédérique Hammerli. Vente des places à partir du 9 octobre (la musique est signée par les Pink Floyd !)

LA VALLÉE

Barbet SCHROEDER - France 1971 2h10 - Avec Jean-Pierre Kalfon, Bulle Ogier, Valérie Lagrange...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LA VALLÉEViviane, une jeune Européenne, se joint à une petite expédition dont les membres espèrent trouver et explorer “la vallée”. Cette vallée est un des rares endroits non encore cartographiés, car inaccessible et éternellement couverte de nuages bas. « Elle est là. Elle n’est pas sur la carte. C’est comme si elle n’existait pas, sauf qu’elle existe », explique Gaëtan, le chef de l’expédition. Les indigènes n’y vont guère, mais « leurs magiciens peuvent peut-être nous indiquer un chemin ».

Jusqu’au bout, la caméra de Schroeder les suit sans les juger. La confrontation avec les aborigènes, entre rapprochement et contraste indépassable, a des accents de documentaire. La mise en scène spontanée, voire improvisée, contribue à la qualité métaphorique qui imprègne tout le film. La photo de Nestor Almendros, la musique de Pink Floyd, la délicatesse de Bulle Ogier alliée à la fougue de Jean-Pierre Kalfon, un tournage en Papouasie sous LSD ou autres substances locales pour certains, la jungle folle et ses autochtones… La Vallée raconte la quête d’un paradis perdu. Quête initiatique, spirituelle, très loin du mythe rousseauiste du bon sauvage. Barbet Schroeder met en images éclatantes un éblouissant récit de voyage, une aventure en forme de parabole du rêve hippie, qui s’engage dans le contemplatif, « obscured by clouds ».

Des vallées, oubliées, perdues, retrouvées : c’est le tohu-bohu originel qui se manifeste. Spatialement d’abord car ces films mettent en jeu une vallée porteuse des origines : origines de la société, origines de l’art, origines de la mémoire et de l’histoire.
Le tohu-bohu c’est aussi le grand bouleversement que ces vallées provoquent, appellent, ou que les hommes qui y vivent revendiquent ou regrettent. La vallée devient alors le lieu de la destruction et de la création, du lien et de sa dissolution, du politique et de sa mise en question. Pour découvrir le programme du Parcours de l’art : parcoursdelart.com