LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Gazette post-covid no3
Donc on récapitule : à Avignon, à ce jour en zone rouge, on maintient toujours un fauteuil de libre de chaque côté d’une personne ou d’un groupe et le port du masque est obligatoire au cinéma même pendant les séances. À ce propos nous voudrions rassurer le monsieur de l’autre jour, récalcitrant...

« ciné-déconfiné » Ce qui a changé et ce qu’il faut respecter
• Il y a un décalage entre chaque séance pour que vous vous croisiez le moins possible.•.• Le port du masque est obligatoire dans tout le cinéma et également pendant la séance..• L’équipe est masquée (mais tout à fait reconnaissable).• L’heure c’est l’heure et VRAIMENT l’heure : aucun retard ne...

Utopia est dans le Canard Enchaîné ! Notre futur Utopia écolo retenu par Ulule et Lilo !
Après tant de rencontres animées dans nos salles sur l’écologie, on s’est dit qu’il était temps de passer à l’action et d’impulser une véri-table nouvelle génération de ciné-mas respectueux de l’environnement ! ... Lire Utopia est dans le Canard Enchaîné ! Notre futur Utopia écolo retenu par...

L’association 100 pour 1
L’association 100 pour 1 choisit de faire vivre la soli-darité en privilégiant l’action concrète depuis 2016. Grâce à ses adhérents qui s’engagent à verser au minimum 5€ par mois pendant 2 ans, elle procure gratuitement un logement à des familles migrantes sans papiers et les accompagne dans la rech...

Le Collectif 23h59 communique :
Comme annoncé en des temps très anciens datant d’avant le fameux Monde d’après, dans une précédente gazette, le Collectif 23h59 avait décidé de se muter en association pour poursuivre son action dans la continuité de sa propre histoire qui avait jadis duré plusieurs mois. Ces temps de guerre travers...

Également au programme - BACURAU

Séance unique le mercredi 16 octobre à 18h30 dans le cadre du ciné-club de Frédérique Hammerli. Vente des places à partir du 9 octobre (la musique est signée par les Pink Floyd !)

LA VALLÉE

Barbet SCHROEDER - France 1971 2h10 - Avec Jean-Pierre Kalfon, Bulle Ogier, Valérie Lagrange...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LA VALLÉEViviane, une jeune Européenne, se joint à une petite expédition dont les membres espèrent trouver et explorer “la vallée”. Cette vallée est un des rares endroits non encore cartographiés, car inaccessible et éternellement couverte de nuages bas. « Elle est là. Elle n’est pas sur la carte. C’est comme si elle n’existait pas, sauf qu’elle existe », explique Gaëtan, le chef de l’expédition. Les indigènes n’y vont guère, mais « leurs magiciens peuvent peut-être nous indiquer un chemin ».

Jusqu’au bout, la caméra de Schroeder les suit sans les juger. La confrontation avec les aborigènes, entre rapprochement et contraste indépassable, a des accents de documentaire. La mise en scène spontanée, voire improvisée, contribue à la qualité métaphorique qui imprègne tout le film. La photo de Nestor Almendros, la musique de Pink Floyd, la délicatesse de Bulle Ogier alliée à la fougue de Jean-Pierre Kalfon, un tournage en Papouasie sous LSD ou autres substances locales pour certains, la jungle folle et ses autochtones… La Vallée raconte la quête d’un paradis perdu. Quête initiatique, spirituelle, très loin du mythe rousseauiste du bon sauvage. Barbet Schroeder met en images éclatantes un éblouissant récit de voyage, une aventure en forme de parabole du rêve hippie, qui s’engage dans le contemplatif, « obscured by clouds ».

Des vallées, oubliées, perdues, retrouvées : c’est le tohu-bohu originel qui se manifeste. Spatialement d’abord car ces films mettent en jeu une vallée porteuse des origines : origines de la société, origines de l’art, origines de la mémoire et de l’histoire.
Le tohu-bohu c’est aussi le grand bouleversement que ces vallées provoquent, appellent, ou que les hommes qui y vivent revendiquent ou regrettent. La vallée devient alors le lieu de la destruction et de la création, du lien et de sa dissolution, du politique et de sa mise en question. Pour découvrir le programme du Parcours de l’art : parcoursdelart.com