LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

23H59, et après ?
23H59, et après ? Qui n’a pas ressenti cette angoisse profonde face à l’horloge affichant cette heure terrible chaque jour renouvelée ? Qui n’a pas été saisi à la fois par la peur de ce qui risque de se passer après et par la nostalgie d’un temps qui s’achève à ce moment précis et ne reviendra j...

Le cinéma du peuple
“La plus grande qualité accessible pour tous, sans clivage social et culturel… Ce sera notre combat”. (Jean Vilar)   Ainsi donc le cinéma indépendant, le cinéma d’auteur serait « élitiste »… c’est en tout cas ce que déclarait, semble-t-il, une sociologue devant un amphi de 300 élèves ...

COLLECTIF 23H59… Un an plus tard !
Les travaux de séparation du Verger Urbain V et du passage seraient terminés. Il manque encore un panneau annonçant clairement les heures d’ouverture du jardin et du fameux passage… Ainsi nous pouvons de nouveau transiter, le soir, jusqu’à minuit et souvent plus, vers le quartier de la Man...

CAFÉ ROMA (ancien restaurant La Manutention) va enfin ouvrir ses portes !
Les « menus » travaux, comme nous vous l’avions annoncé dans notre dernière gazette vont être terminés ! Menus ? Pas tant que ça finalement :la peinture refaite, le mobilier changé, la cuisine réagencée, les nouvelles machines installées, les nouveaux menus édités… et puis é...

LE PASSAGE DU VERGER URBAIN V : C’EST LE BON SENS !
Belle soirée festive organisée par le Collectif 23h59, le 12 septembre dernier, dans le jardin du Verger Urbain V. Une réussite au-delà de nos espérances, qui attestait du plaisir des participants de pouvoir à nouveau emprunter le passage le soir, librement. Le dialogue avait repris, le bon sens l’a...

LE CHÂTEAU DES SINGES

Jean-François Laguionie - film d'animation GB / Allemagne / France 1999 1h15 - avec les voix de Tara Römer, Nadia Farès, Pierre Arditi, Michaël Lonsdale, Jean Piat, Patrick Préjean, Janine Souchon, Yves Barsacq... Scénario de Jean-François Laguionie, Norman Hudis, d’après Le Baron perché d’Italo Calvino.

Du 15/01/20 au 26/01/20

LE CHÂTEAU DES SINGESIl y a bien longtemps le peuple des singes vivait paisiblement dans la savane lorsqu’un formidable cataclysme les sépara en deux tribus. Certains réussirent à échapper à l’inondation en grimpant aux arbres, d’autres se réfugièrent sur un rocher. Le temps a passé, avec des évolutions bien différentes pour les uns et pour les autres… Notre histoire commence chez les Woonkos, ceux qui habitent la canopée et dont la seule peur est de tomber dans « le monde d’en bas » qu’ils croient peuplé de monstres maléfiques. Le jeune Kom, notre héros refuse de croire ces balivernes et, par provocation et imprudence, le voici projeté dans ce fameux monde, celui des Laankos et dans l’univers du Château des Singes. Miraculeusement sauvé par le roi, il découvre avec l’aide de la petite servante Gina et du vieux maître Flavius, la civilisation et les coutumes des habitants du Château. Mais les forces du mal rôdent et le Grand Chambellan complote pour prendre le pouvoir en empoisonnant lentement la Princesse Ida. Le jeune Kom devra faire face à de nombreuses péripéties pour arriver à déjouer les manœuvres des ennemis du royaume, sauver la Princesse et faire le lien entre les deux peuples…

« On a raison d’ignorer les superstitions et d’aller à la rencontre des autres  : c’est la leçon discrète de ce récit d’initiation plein de tendresse. Mais Jean-François Laguionie fait un cinéma délicat qui parle au cœur. En bon disciple de Paul Grimault, il ignore l’esbroufe, le bruit et la fureur. Il nous offre le plaisir d’une histoire simple mais jamais simpliste, dans de superbes décors mordorés  : village suspendu, sous-bois percés de lumière où chantent tous les dégradés émeraude. On souhaite au Château des singes le même bouche-à-oreille que Kirikou et la sorcière. Il le mérite.  »(Bernard Génin, Télérama, 2 juin 1999)