LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

23H59, et après ?
23H59, et après ? Qui n’a pas ressenti cette angoisse profonde face à l’horloge affichant cette heure terrible chaque jour renouvelée ? Qui n’a pas été saisi à la fois par la peur de ce qui risque de se passer après et par la nostalgie d’un temps qui s’achève à ce moment précis et ne reviendra j...

Le cinéma du peuple
“La plus grande qualité accessible pour tous, sans clivage social et culturel… Ce sera notre combat”. (Jean Vilar)   Ainsi donc le cinéma indépendant, le cinéma d’auteur serait « élitiste »… c’est en tout cas ce que déclarait, semble-t-il, une sociologue devant un amphi de 300 élèves ...

COLLECTIF 23H59… Un an plus tard !
Les travaux de séparation du Verger Urbain V et du passage seraient terminés. Il manque encore un panneau annonçant clairement les heures d’ouverture du jardin et du fameux passage… Ainsi nous pouvons de nouveau transiter, le soir, jusqu’à minuit et souvent plus, vers le quartier de la Man...

CAFÉ ROMA (ancien restaurant La Manutention) va enfin ouvrir ses portes !
Les « menus » travaux, comme nous vous l’avions annoncé dans notre dernière gazette vont être terminés ! Menus ? Pas tant que ça finalement :la peinture refaite, le mobilier changé, la cuisine réagencée, les nouvelles machines installées, les nouveaux menus édités… et puis é...

LE PASSAGE DU VERGER URBAIN V : C’EST LE BON SENS !
Belle soirée festive organisée par le Collectif 23h59, le 12 septembre dernier, dans le jardin du Verger Urbain V. Une réussite au-delà de nos espérances, qui attestait du plaisir des participants de pouvoir à nouveau emprunter le passage le soir, librement. Le dialogue avait repris, le bon sens l’a...

UN VRAI BONHOMME

Benjamin PARENT - France 2019 1h30mn - avec Thomas Guy, Benjamin Voisin, Isabelle Carré, Laurent Lucas, Nils Othenin-Girard... Scénario de Benjamin Parent et Théo Courtial.

Du 08/01/20 au 28/01/20

UN VRAI BONHOMMEUn vrai bonhomme, c’est sans doute ce que Tom rêve d’être. Un vrai bonhomme tout comme l’est son grand frère Léo : tellement beau, sportif, cool, parfait ! C’est ainsi qu’il l’idéalise, comme souvent le font les cadets, avant qu’ils s’affirment en prenant un peu de bouteille et tracent leur propre sillon. Il suffit en grandissant de quelques disputes, que les routes s’éloignent, que les caractères évoluent… pour gagner en recul, pour que la réalité prenne le pas sur l’idéalisation. Seulement, tout cela, ces fameuses disputes, elles n’auront jamais lieu entre Tom et Léo, le destin ne leur laissera pas le choix. Il suffira de quelques minutes d’inattention, d’un accident aussi bête qu’un autre… La peur de tout perdre, la peur de se perdre, celle-là même qui semble par la suite rapprocher aveuglément Tom de Léo, tel un couple d’aiglons inséparables. Désormais l’aîné semble s’atteler à la tâche de déniaiser son frérot, de le rendre aussi viril que lui-même, de lui apprendre tout ce qu’il sait. C’est une sorte de coach de vie qui prodigue des conseils d’une efficacité redoutable. Du premier coup d’œil il jauge, calcule, catalogue. Qui est stylé, qui sent la lose. Il connait tous les codes pour permettre à son puîné de s’intégrer sans encombre dans son nouveau lycée. Il lui apprend à faire partie des conquérants, des gagneurs. D’abord éviter les mal fringués, les boutonneux, ne même pas les calculer. S’intégrer au clan des beaux gosses, ceux qui ont le vent en poupe, les filles à leurs pieds. Pour cela adopter leurs attitudes, leurs manières, fussent-elles cavalières. Tom a beau tiquer un peu, après avoir testé quelques recettes de Léo, force est de constater que les résultats sont là. Il goûte au bonheur d’être enfin le centre de l'attention, même de son père qui soudain le regarde autrement. Jusqu’à la magnifique Clarisse, déjà tellement femme, qui ne semble plus indifférente. Il est aux anges ! Progressivement, tandis qu’il évolue, ses goûts semblent changer. Les posters de sportifs viennent remplacer les BD, les références à la littérature… Il abandonne derrière lui sa carapace de petit garçon et part à la conquête de sa nouvelle masculinité. Mais qu’est-ce au juste que la masculinité ?



Tout serait donc au mieux… Sans le petit hic qui dérange. Le caillou dans la chaussure, ou plutôt le cheveu sur la soupe puisque le hic s'appelle JB et qu'il porte les cheveux longs, bien trop longs pour faire partie des winners. Il a une drôle de bouille, toujours franc, plein d’humour, de bonne composition. Certes il ne brille pas devant les filles, certes il ne sera jamais le héros du bahut… Mais sa force est de rester lui-même, authentique, de refuser les injonctions contraires à sa nature profonde, sans chercher à paraître, et c’est tellement reposant. Il sait écouter, sans juger, avenant et serviable. Naturellement, une relation amicale, simple et profonde, va se tisser entre ces deux-là, dans les moments d’absence de Léo, contraire à tous ses enseignements. Évidemment, ce dernier l’aura mauvaise quand il le découvrira…

C’est un premier film ingénieux et subtil qui, avec une part de fantastique, nous déroute, vient interroger les clichés, questionner le virilisme, les carcans qu’il impose aux hommes et à leur entourage, les ferments du machisme. C’est le regard d’un homme sur sa place, la place des hommes dans la société, ce qu’ils s’imposent, ce qui leur est imposé. Une réflexion salutaire, rondement menée et sans discours. Isabelle Carré et Laurent Lucas incarnent avec justesse un couple de parents dépassés. Les adolescents Thomas Guy (Tom) et Nils Othenin-Girard (JB) offrent une interprétation criante de sincérité ; quant à Benjamin Voisin (Léo), il distille juste ce qu’il faut d’arrogance fragile pour être tout aussi sympathique qu’antipathique, avec la juste dose de toxicité indispensable à son rôle.