LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Gazette post-covid no3
Donc on récapitule : à Avignon, à ce jour en zone rouge, on maintient toujours un fauteuil de libre de chaque côté d’une personne ou d’un groupe et le port du masque est obligatoire au cinéma même pendant les séances. À ce propos nous voudrions rassurer le monsieur de l’autre jour, récalcitrant...

« ciné-déconfiné » Ce qui a changé et ce qu’il faut respecter
• Il y a un décalage entre chaque séance pour que vous vous croisiez le moins possible.•.• Le port du masque est obligatoire dans tout le cinéma et également pendant la séance..• L’équipe est masquée (mais tout à fait reconnaissable).• L’heure c’est l’heure et VRAIMENT l’heure : aucun retard ne...

Utopia est dans le Canard Enchaîné ! Notre futur Utopia écolo retenu par Ulule et Lilo !
Après tant de rencontres animées dans nos salles sur l’écologie, on s’est dit qu’il était temps de passer à l’action et d’impulser une véri-table nouvelle génération de ciné-mas respectueux de l’environnement ! ... Lire Utopia est dans le Canard Enchaîné ! Notre futur Utopia écolo retenu par...

L’association 100 pour 1
L’association 100 pour 1 choisit de faire vivre la soli-darité en privilégiant l’action concrète depuis 2016. Grâce à ses adhérents qui s’engagent à verser au minimum 5€ par mois pendant 2 ans, elle procure gratuitement un logement à des familles migrantes sans papiers et les accompagne dans la rech...

Le Collectif 23h59 communique :
Comme annoncé en des temps très anciens datant d’avant le fameux Monde d’après, dans une précédente gazette, le Collectif 23h59 avait décidé de se muter en association pour poursuivre son action dans la continuité de sa propre histoire qui avait jadis duré plusieurs mois. Ces temps de guerre travers...

J’AIME LA VIE, JE FAIS DU VELO, JE VAIS AU CINÉMA

Francis FOURCOU - documentaire France 2004 1h30mn - avec : le Cinambule, les salles de Sainte Foy, Mugron, Aremberg Galeries (Belgique), Jean Eustache (Pessac), le plus gros multiplexe d’Europe (Belgique), les salles Utopia, Alain Juppé en « guest star »... Directeur de la photographie : jean Marie Dagonneau. Son : Henri Roux et Cyril Martin. Montage : Robin Barrière. Musique : Rudi Sordes..

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

Le film commence par une rencontre, le début d’une histoire d’amour autour d’un petit cinéma qui s’appelait Utopia à Toulon, dans le sud de la France….
De doux allumés avaient récupéré un vieux bus allemand, l’avaient transformé en cinéma sur roues. Après deux années d’efforts insensés, obligés d’abandonner (à contre cœur) leur projet de baladins du cinéma, ils avaient décidé de l’offrir en cadeau à Utopia « vous trouverez bien le moyen pour que tout cela n’ait pas été fait pour rien »…Paulot travaillait à Utopia, Michèle venait en spectatrice : ils prirent le relais, embarquant pour les Landes après avoir repeint et baptisé l’engin : Utopia Cinambule….



Ainsi commence cette chronique amusante et amusée qui, de Bordeaux à Toulouse, en passant par Bruxelles, Pessac, Liège et Mugron, va vous entraîner dans une promenade au cœur du quotidien de salles foutrement indépendantes. Utopia y tient une bonne place. On survolera l’histoire de l’exploitation, guidés par un super prof de ciné qui fait du vélo, aime la vie… on s’interrogera sur ce qui fait la différence entre les salles « de proximité » et les multiplexes gaveurs de pop-corn. Guidés par un coiffeur bavard, on s’attardera sur le plus gros du genre, le premier a avoir vu le jour en Europe, le Kinepolis bruxellois. Comment tout ça a commencé, comment le cinéma fonctionne, pourquoi on en est arrivé là… associations de passionnés, passeurs de films, rêveurs d’images : le cinéma c’est un gros morceau de leur vie, ils défendent celui qu’ils aiment bec et ongles, ils racontent, modestes et enthousiastes. Là comme ailleurs, on prend conscience qu’on peut toujours inventer des alternatives, qu’elles peuvent durer, qu’elles durent, mais que ce n’est pas une mince affaire et que les spectateurs y comptent pour beaucoup.