LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Aux confins du blog
« Quand les gens pensent au cinéma, ils pensent directement aux célébrités, aux studios, au glamour. Mais l’industrie du cinéma englobe d’autres personnes : les gens qui travaillent dans les snacks, qui s’occupent des équipements, des caisses, qui programment des films, qui sont en charge ...

La librairie La Mémoire du Monde propose...
Nous relayons un message de la librairie La Mémoire du Monde avec qui nous travaillons régulièrement et qui comme beaucoup de petits commerces sont en grande difficulté.“Comme beaucoup d’entre nous, nous avons eu la gorge nouée ce lundi soir avec l’annonce de la poursuite du c...

Le Café Roma et Italie là-bas propose des paniers gourmands
Depuis samedi 11 avril, Italie Là-bas et Café Roma vous proposent la totale : des paniers gourmands pour votre petit-déjeuner, déjeuner, apéro et dîner. On pense à tout ! ... Lire Le Café Roma et Italie là-bas propose des paniers gourmands...

Le cinéma du peuple
“La plus grande qualité accessible pour tous, sans clivage social et culturel… Ce sera notre combat”. (Jean Vilar)   Ainsi donc le cinéma indépendant, le cinéma d’auteur serait « élitiste »… c’est en tout cas ce que déclarait, semble-t-il, une sociologue devant un amphi de 300 élèves ...

Utopia, mon amour !
Courrier reçu de Bernard et Véronique.Mais que se passe-t-il encore dans ma bonne ville d’Avignon ?Mon vieux pote avec qui j’écumais vos salles à leur ouverture, il y a plus de quarante ans, vient de m’en annoncer une bien bonne : l’épatante promenade qu’il avait l’habitude de faire en fam...

UN ALLER SIMPLE POUR MAORÉ

Agnès Fouilleux - documentaire France 2006 1h20mn -

Du 29/04/20 au 30/06/20

UN ALLER SIMPLE POUR MAORÉIl ya quelques années, Libération faisait sa couverture avec une photo terrible montrant quelques familles de personnes noires, entassées, hommes, femmes et enfants, sur des matelas de fortune, l’air hagard face à une incompréhensible humiliation. Sur le site du journal, on pouvait retrouver les images vidéos. De quoi s’agissait-il ? De la cale d’un cargo clandestin au large de Gibraltar ? De la cave d’un atelier textile illégal ? Point du tout : l’endroit filmé par un policier de la police des frontières dont le dégoût et la conscience ont surmonté la peur des sanctions était tout simplement un centre de rétention administratif de la république française, celle des droits de l’homme, de l’égalité et de la fraternité. L’endroit en question : Pamandzi sur l’Ile de Mayotte, une possession française presqu’oubliée au cœur de l’Océan Indien dont on apprit à l’occase qu’elle avait le triste record d’expulsion de clandestins, totalisant à elle seule plus de reconduites que la totalité de la métropole.

Mayotte (Maoré), c’est une île que la plupart des Français métropolitains seraient bien incapables de situer sur une carte, très souvent assimilée à la Polynésie. Mayotte fut une des Comores, pas très loin de Madagascar et de la Réunion, quelque part dans l’Océan Indien. Sauf que Mayotte a eu un destin singulier. Sous pression de l’ONU, la France se décide en 1974 à organiser un référendum pour l’autodétermination des Comores mais, contrairement aux engagements pris auprès des Nations Unies, décide de différencier le sort des îles. Seule Mayotte, dans des conditions assez troubles (pressions des autorités sur les populations…) décide de rester rattachée à la France. Mais ce maintien ne sera jamais reconnu ni par l’ONU ni par l’OUA (Organisation de l’Unité Africaine).
Depuis, la France a nourri l’instabilité chronique des institutions comoriennes (avec l’aide d’un certain Bob Denard, qu’il brûle en enfer s’il existe), rendant exsangues et non viables des îles qui ont donc engendré une immigration massive temporaire et définitive de leur population vers la France mais aussi vers Mayotte. Jusqu’en 1995, les Comoriens pouvaient aller et venir librement sur Mayotte, mais le visa Balladur les a depuis obligés à passer clandestinement, au risque de leur vie, sur des pirogues. Et la situation des « clandestins » comoriens s’est totalement dégradée sur Mayotte, une île qui compte un tiers de la population sans papiers : mineurs séparés de leurs parents expulsés et errant sans soins ni ressources sur l’île, centres de rétention insalubres détenant de jeunes enfants, exactions des gendarmes qui n’hésitent pas à brûler les habitations de fortunes et à mettre en danger par leurs interventions les passagers des pirogues (plusieurs milliers de noyades déjà, dans l’indifférence). On est en plein enfer.

Agnès Fouilleux a su parfaitement mettre en corrélation l’histoire coloniale de l’île et la situation humanitaire dramatique actuelle pour un réquisitoire sans appel contre une politique répressive qui fleure mauvais le colonialisme rance. Le documentaire d’Agnès Fouilleux est d’une urgence salutaire.