LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Aux confins du blog
« Quand les gens pensent au cinéma, ils pensent directement aux célébrités, aux studios, au glamour. Mais l’industrie du cinéma englobe d’autres personnes : les gens qui travaillent dans les snacks, qui s’occupent des équipements, des caisses, qui programment des films, qui sont en charge ...

La librairie La Mémoire du Monde propose...
Nous relayons un message de la librairie La Mémoire du Monde avec qui nous travaillons régulièrement et qui comme beaucoup de petits commerces sont en grande difficulté.“Comme beaucoup d’entre nous, nous avons eu la gorge nouée ce lundi soir avec l’annonce de la poursuite du c...

Le Café Roma et Italie là-bas propose des paniers gourmands
Depuis samedi 11 avril, Italie Là-bas et Café Roma vous proposent la totale : des paniers gourmands pour votre petit-déjeuner, déjeuner, apéro et dîner. On pense à tout ! ... Lire Le Café Roma et Italie là-bas propose des paniers gourmands...

Le cinéma du peuple
“La plus grande qualité accessible pour tous, sans clivage social et culturel… Ce sera notre combat”. (Jean Vilar)   Ainsi donc le cinéma indépendant, le cinéma d’auteur serait « élitiste »… c’est en tout cas ce que déclarait, semble-t-il, une sociologue devant un amphi de 300 élèves ...

Utopia, mon amour !
Courrier reçu de Bernard et Véronique.Mais que se passe-t-il encore dans ma bonne ville d’Avignon ?Mon vieux pote avec qui j’écumais vos salles à leur ouverture, il y a plus de quarante ans, vient de m’en annoncer une bien bonne : l’épatante promenade qu’il avait l’habitude de faire en fam...

Merci à ED Distribution de nous proposer dans le cycle des « films confinés » cet étonnant film du cinéaste américain Patrick Wang, en deux volets, dont on suit la filmographie grâce à eux. Le deuxième volet est disponible pour une semaine, ne tardez pas à le voir... Et allez jeter un coup d'oeil à leur boutique en ligne qui regorge de trésors : www.eddistribution.com

A BREAD FACTORY, Part 2 : UN PETIT COIN DE PARADIS

Écrit et réalisé par Patrick WANG - USA 2018 2h02mn VOSTF - avec Tyne Daly, Elisabeth Henry, James Marsters, Nana Visitor, Brian Murray, Janeane Garofalo...

Du 20/05/20 au 28/05/20

A BREAD FACTORY, Part 2 : UN PETIT COIN DE PARADISAprès une première partie où Patrick Wang étonnait par son sens de la comédie, jusque-là inédit dans son cinéma, Un petit coin de paradis ne cesse de nous surprendre. Le réalisateur y joue avec les genres, réinvente la narration et prend le parti de la fantaisie. La ville entière devient une scène où chaque personnage cherche à jouer son rôle – sous l’œil inquisiteur des téléphones portables, solidement attachés à leurs indispensables « perches à selfies ». Le film ainsi se dérobe et s’échappe, transformant son récit en une expérience sensorielle. Sous toutes ses formes, le cinéma de Patrick Wang dresse le portrait sensible d’une Amérique aux mille visages et questionne sans relâche l’art délicat du vivre-ensemble.



Checkford a bien changé depuis l’arrivée des célèbres May Ray : les touristes affluent, l’immobilier flambe… À La Fabrique, Dorothea et Greta travaillent sur l’adaptation d’Hécube d’Euripide. Mais le vrai spectacle se situe peut-être à l’extérieur. Après avoir été au centre des préoccupations, La Fabrique est toujours en danger. La menace, cependant, se fait plus diffuse : face à toutes ces transformations dans la ville, les habitant-e-s y prêtent tout simplement moins attention…
« Je trouve excitant de travailler sur un vaste éventail de styles de comédie : de comportement, physique, visuelle, de situation, de langage. Les comédies se limitent souvent à une gamme restreinte d’outils et de conventions, à l’intérieur d’un seul film. Procéder autrement risque de déboucher rapidement sur le désordre et la confusion. Toutefois un mélange de styles peut être un moyen idéal de façonner le rythme d’un film, en y injectant l’aiguillon de l’imprévisible ». (Patrick Wang)

On ressort des quatre heures de A bread factory avec l’impression de faire partie d'une famille fragile, mais tellement unie, créative et démocratique. L’utopie s’invente encore au coin de la rue pour ceux qui ne lâchent jamais l’affaire et ça, c’est toujours bon à prendre.