LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

ÉDITO : LE JEU DU CALAMAR
Ça vous aura probablement échappé, mais c’est un drôle de petit vent de panique qui a soufflé cet automne sur notre merveilleuse profession. L’espace de quelques jours, le temps s’est arrêté, les respirations se sont suspendues, l’Apocalypse menaçait, la mort des cinémas français, mille fois annoncé...

ENSEIGNANTES, ENSEIGNANTS ! Vous pouvez organiser des séances scolaires en matinée.
3,5€ par élève, gratuit pour les gentils accompagnateurs. Le pass sanitaire n’est pas exigé.   Sur cette gazette nous vous proposons :Pour les 3-5 ansLe LE NOËL DE PETIT LIÈVRE BRUN, EN ATTENDANT LA NEIGE Pour les 6-8 ansMAMAN PLEUT DES CORDESPRINCESSE DRAGON Pour les 8-10 ansLE PEUPLE LOUPLA CRO...

Montpellier. Strasbourg. Gonesse. Avignon. Quel point commun entre ces villes et tant d’autres ?
Le béton. Des projets inutiles. La soif des promoteurs et constructeurs, au nom de la croissance, pour notre confort et notre sécurité bien sûr… surtout ceux de leurs actionnaires !La Ceinture verte d’Avignon, véritable poumon pour les quartiers Sud, est menacée depuis 25 ans par un projet de r...

SAS Coopérative Qui vivra Bérat
La Ménardière, sise au cœur de la commune de Bérat – à une quarantaine de kilomètres au sud de Toulouse –, est un habitat partagé initié par les vétérans d’Utopia et un groupe de femmes et d’hommes qui ont mis en commun leurs moyens inégaux et un prêt consenti par le Crédit Coopératif qui les accomp...

CALAMITY, une enfance de Martha Jane Cannary

Rémi CHAYÉ - film d'animation France 2020 1h22 - Scénario de Sandra Tosello, Fabrice De Costil et Rémi Chayé. Grand prix – Cristal du long métrage, Festival international du film d’animation d’Annecy 2020. Pour les enfants à partir de 6 ans.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

CALAMITY, une enfance de Martha Jane CannaryC'est une merveille de film d'animation, une réussite totale, dans le fond comme dans la forme. On n'en attendait pas moins du génial Rémi Chayé, qui nous avait déjà donné en 2016 le splendide Tout en haut du monde. Il embrasse ici l'univers ô combien cinématographique du Far West et lui donne un formidable coup de jeune en imaginant l'histoire d'une demoiselle de tout juste onze ans qui va bousculer l'ordre des choses, aller jusqu'au bout de sa destinée à une époque et à un âge où elle aurait dû se contenter d'apprendre à repriser les chaussettes et à faire la tambouille, bref à s'effacer derrière les héros forcément masculins.



1863, États-Unis d’Amérique.
Martha Jane Cannary, son père Robert, sa petite sœur Lena et son petit frère Elijah font partie d’un convoi qui les emmène vers l'Ouest. C’est toute une ribambelle de chariots qui se suivent à la queue-leu-leu, chargés de quelques vivres et de beaucoup d'espoir. L’espoir que la traversée ne sera pas trop rude et surtout pas vaine. L’espoir de trouver au bout du périple de l’herbe plus verte, des jours plus heureux et va savoir… la fortune ? La famille de Martha est sans doute la moins riche, celle qui a les possessions les plus chiches. Ce qui leur vaut moult quolibets. D’autant que Robert est du genre un peu gauche et qu’on a vite fait de le faire passer pour un bon à rien, ou du moins un trainard. Il est sans doute plus frêle que d’autres hommes, il est certes un doux rêveur mais il est sacrément courageux. Quand bien même la petite famille a été rudement éprouvée par le décès de la mère, on ne leur fait guère de cadeaux. Les temps sont rudes, ils en sont réduits à la survie. Hors de question pour les plus forts d’attendre les plus faibles, au risque de compromettre leurs chances de s’en sortir. Quand Robert va se blesser, il s’en faudra de peu pour que la communauté, pourtant chrétienne, ne l’abandonne à son sort... Pour la solidarité, on repassera !

Martha Jane, qui se retrouve en quelque sorte la chef de famille, responsable des deux plus petits, fulmine de plus en plus. D’autant qu’Ethan, le fils d'Abraham le chef du convoi, veut imposer sa loi et ne cesse de la railler. Elle ne supporte pas ses grands airs. Elle aussi voudrait se rendre utile, sauver l’honneur de sa famille, ne pas se sentir un boulet. Elle rêve de conduire le chariot familial, de chevauchées fantastiques, d’attraper les taureaux au lasso. Pas très pratique avec des robes de filles. De fil en aiguille, va lui venir l’idée de porter culotte, comme on disait jadis, c’est à dire pantalon. Dans la petite communauté, c’est une véritable révolution qu’on est pas prêt de lui pardonner. Même sa grande amie Eve tourne les talons, la boude. C’est soudain comme si Martha Jane avait trahi tout le monde, comme si elle était devenue folle, chose peu imaginable de notre temps… D’autres se seraient empressées de montrer patte blanche, de revenir à la norme. Mais pas Martha Jane, car elle a la farouche certitude qu’elle fait ce qui est juste, légitime et logique. Heureusement sa situation va s’améliorer avec l’arrivée d’un lieutenant de cavalerie, un charmeur, belle voix, belle moustache, un adulte qui saura la voir telle qu’elle est… la soutiendra même face aux autres… Jusqu’à ce que… Vous saurez la suite en allant voir le film ! Vous y rencontrerez encore plein de beaux personnages, le Chien Pik, Madame Moustache, et ce grand coquin de Jonas…
Plus tard la petite Martha Jane deviendra la grande Calamity Jane ! Une véritable légende, à tel point qu’on a du mal à débrouiller désormais le faux du vrai et qu’il a fallu aux trois scénaristes puiser dans leur imagination pour lui inventer une enfance. La force de ce superbe dessin animé réside non seulement dans ses dessins splendides, dans son récit captivant, mais aussi dans le ton, qui donne enfin une belle partition aux filles, leur offre une véritable héroïne dans laquelle elles pourront se projeter. Mais que cela ne dissuade surtout pas les garçons de venir voir le film, ils vont adorer aussi, on en a fait l'expérience ! Comme dans Tout en haut du monde, Rémi Chayé utilise en virtuose la technique des aplats qui magnifient les grandes étendues majestueuses au cœur desquelles il situe ses histoires. Il nous invite ainsi à prendre le large, à oser poursuivre des rêves plus grands que nous-mêmes.