LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

SAS Coopérative Qui vivra Bérat
La Ménardière, sise au cœur de la commune de Bérat – à une quarantaine de kilomètres au sud de Toulouse –, est un habitat partagé initié par les vétérans d’Utopia et un groupe de femmes et d’hommes qui ont mis en commun leurs moyens inégaux et un prêt consenti par le Crédit Coopératif qui les accomp...

Au loin s’en vont les nuages...
Nous, comme bien d’autres, qui depuis des décennies nous évertuons à faire du cinéma un endroit de discussion, voire de polémique et de désaccord généralement courtois, mais aussi un lieu de convivialité, de rencontres où la chamaillerie fait corps, où le conflit n’entraîne en rien le rejet de l’aut...

SÉANCES POUR LES MALENTENDANTS
   Projections de films français avec sous-titres spéciaux pour les malentendants Les séances estampillées du symbole (oreille barrée) dans les grilles horaires indiquent des projections de films français accessibles aux personnes sourdes et malentendantes, grâce à des sous-titres spéciaux appara...

APPEL A MUSIQUE !
APPEL A CHANSONS !   Appel aux groupes professionnels ou amateurs d’Avignon et alentours, pour égayer l’attente de nos spectateurs dans la salle Utopia RépubliqueMusiciens amatrices et amateurs, professionnelles et professionnels, seul en duo ou en groupe ! Vous ...

MINARI

Lee Isaac CHUNG - USA 2020 1h55 VOSTF - avec Steven Yeun, Ye-Ri Han, Alan S. Kim, Yuh-Jung Youn...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

MINARIPrécisons-le tout de go : Minari de Lee Isaac Chung est un film absolument américain, quand bien même sa langue majoritaire est le coréen. Preuve supplémentaire de l’incroyable melting-pot états-uniens. Le récit, semi-autobiographique, est délicieusement construit autour du double du réalisateur à l’âge de 7 ans… David est un gamin facétieux, dont le regard espiègle observe goulûment et tâche de décrypter le monde des adultes, qui bien sûr se résume essentiellement à celui de ses parents.



L’action se déroule en Arkansas, où la petite famille sud-coréenne déboule sur un coup de tête du paternel, bien décidé à tenter sa chance après avoir échoué à se faire une bonne vie en Californie. À l’arrivée dans leur nouvelle région, les parents reprennent le travail qu’ils avaient sur la côte ouest et qui consiste à trier les poussins à la chaîne : on garde les femelles (qui feront de bonnes poules pondeuses élevées en batterie), on broie les petits mâles – c’est à se demander quel est le sort le plus enviable. Ah ! Les secrets de la grande distribution ! Force est de reconnaître que la perspective de s’adonner au sexage de poussins chaque jour que Dieu fait ressemble plus à une condamnation à perpétuité qu’à l’accomplissement du « Rêve américain ». Ce n’est guère une vie dont on peut être fier devant sa progéniture et, malgré des heures de dur labeur, elle ne sort personne de la précarité.

Alors un beau jour, Jacob, le père de David, prend le taureau par les cornes et décide d’entraîner tout son monde dans un nouveau projet. Son idée  : devenir paysan  ! Les voilà propriétaires d’une terre réputée improductive. Les enfants se tiennent prudemment cois tandis que la mère, Monica, affiche son scepticisme, d’autant plus qu’elle ne digère pas qu’ils soient logés dans un mobilhome… Tout cela est tellement loin de la réussite escomptée, de ses ambitions pour sa famille. Les voilà dans un trou paumé où le voisin le plus proche s’avérera être un vieux timbré loufoque prêt à évangéliser la Terre entière et à porter sa croix pour sauver le monde du péché. Un personnage haut en couleurs, qu’on croirait tout droit sorti d’un film des Monty Python ou d’Alejandro Jodorowsky ! Progressivement le couple semble au bord de l’implosion. Les enfants, eux, sont déjà sans le savoir bien plus américains que leurs parents qui cherchent encore désespérément à « s’intégrer »… L’arrivée de leur grand-mère coréenne (excellentissime Yuh-Jung Youn), venue à la rescousse pour s’occuper d’eux, va créer comme un choc des cultures. En tous cas elle ne va pas arranger les affaires de notre petit David, qui va devoir partager sa chambre avec elle et qui ne se privera pas de faire remarquer qu’elle « pue » la Corée, ronfle, porte des caleçons de mec, ne sait pas faire les gâteaux, jure comme un charretier… Bref, Soonja est tout sauf une gentille mamie à la Walt Disney ! De là à dire qu’il la déteste, il n’y a qu’un pas…

Pourtant Soonja, avec ses drôles de façons, s’avérera porteuse d’émancipation, de dissidence. C’est une femme prête à tout entendre, qui dit sans hésiter ce qu’elle pense et qui se moque bien du regard des autres. Elle est sans filtre, atypique autant que malicieuse… et c’est comme si elle apportait dans sa besace un morceau de Corée… Elle aura tôt fait de trouver le bon coin pour semer des graines de «  minari  », ces herbes typiques de la cuisine traditionnelle, à la saveur soutenue, au feuillage de dentelle délicate… Tout comme l’est ce joli film à la beauté discrète, qui nous immerge dans l’intimité de cette attachante maisonnée. Rien n’est appuyé, tout reste digne, jusqu’à la façon d’évoquer le petit racisme ordinaire, sans en faire un drame. Et tout comme le minari qui parvient à pousser en terre si peu hospitalière, peut-être la petite famille finira-t-elle par réussir son enracinement après son déracinement…