LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

SAS Coopérative Qui vivra Bérat
La Ménardière, sise au cœur de la commune de Bérat – à une quarantaine de kilomètres au sud de Toulouse –, est un habitat partagé initié par les vétérans d’Utopia et un groupe de femmes et d’hommes qui ont mis en commun leurs moyens inégaux et un prêt consenti par le Crédit Coopératif qui les accomp...

Au loin s’en vont les nuages...
Nous, comme bien d’autres, qui depuis des décennies nous évertuons à faire du cinéma un endroit de discussion, voire de polémique et de désaccord généralement courtois, mais aussi un lieu de convivialité, de rencontres où la chamaillerie fait corps, où le conflit n’entraîne en rien le rejet de l’aut...

SÉANCES POUR LES MALENTENDANTS
   Projections de films français avec sous-titres spéciaux pour les malentendants Les séances estampillées du symbole (oreille barrée) dans les grilles horaires indiquent des projections de films français accessibles aux personnes sourdes et malentendantes, grâce à des sous-titres spéciaux appara...

APPEL A MUSIQUE !
APPEL A CHANSONS !   Appel aux groupes professionnels ou amateurs d’Avignon et alentours, pour égayer l’attente de nos spectateurs dans la salle Utopia RépubliqueMusiciens amatrices et amateurs, professionnelles et professionnels, seul en duo ou en groupe ! Vous ...

IN THE MOOD FOR LOVE

Écrit et réalisé par WONG KAR WAI - Hong Kong 2000 1h38 VOSTF - avec Maggie Cheung Man-yuk, Tony Leung Chiu-wai, Rebecca Pan, Lai Chen, Siu Ping-iam... Festival de Cannes 2000 : Prix d’interprétation masculine, Prix de la Commission Supérieure Technique.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

IN THE MOOD FOR LOVEDepuis sa programmation en l’an 2000, In the mood for love a laissé dans notre mémoire cinéphile une marque précieuse, comme l’empreinte d’une émotion unique, la trace secrète de quelque chose qui nous habite en dépit du temps qui passe, avec discrétion, grâce et sensualité. Ce sera une scène, une image, un air de valse ou des volutes de fumée, un motif sur une robe, la lumière bleutée d’un néon… Car chaque plan offre le détail qui déclenche la magie, chaque scène contient à elle seule tout ce qui fait l’essence du film : le désir.
Les mots sonneront forcément un peu faux, un peu figés, un peu convenus pour vous décrire ici ce qu’est In the mood for love tant ce film est un objet sensitif, une œuvre tout en mouvement, en odeurs, en parfums, en frôlements…
C’est sans doute pour cela qu’il dépasse de loin le cliché esthétique du très soigné, du très beau : la photo est au service de l’histoire, elle n’est jamais figée car elle vibre avec les personnages, elle n’est jamais gratuite car chaque détail, chaque objet, chaque rayon de lumière trouve sa place, son sens dans le récit.
Alors, la distance un peu froide qui habite souvent les œuvres d’une telle virtuosité est abolie, on entre dans l’intrigue comme on tombe amoureux, les sens en émoi, le cœur vibrant et l’esprit qui voudrait tout retenir, de l’accessoire à l’essentiel, afin d’inscrire profondément l’instant présent dans la mémoire…



L’histoire est universelle, pourtant elle est tout entière imprégnée d’une ville et d’une époque, le Hong Kong des années 1960… Tout est ici discrétion, conventions morales, soumission aux normes. Et le trouble prend sa source justement dans la force de la retenue, dans cette attirance obsédante qui jamais n’osera franchir le pas, dans ce désir absolu jamais fané car jamais assouvi, dans l’irrépressible soif d’idéal. In the mood for love est un film sur la complexe, la douloureuse, la splendide naissance du lien amoureux.
Racontons simplement comment tout commence…

Chow Mo-wan (Tony Leung) et Su Li-zhen (Maggie Cheung) emménagent le même jour, dans le même immeuble. Leurs conjoints respectifs sont absents, de plus en plus souvent, souvent en même temps… Le soir, ils se retrouvent tous les deux seuls, ils se croisent discrètement dans les couloirs exigus, se frôlent dans les ruelles de la ville… Puis ils commencent à se voir, à partager leur abandon, leurs doutes, leur silence pour finalement réaliser que leurs époux respectifs ont une liaison.
Le choc va les envahir d’une même émotion, le désarroi va les rapprocher et ensemble, blessés, entre trouble et pudeur, ils vont tenter de comprendre… Alors la naissance de l’amour va venir les troubler.