LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

SAS Coopérative Qui vivra Bérat
La Ménardière, sise au cœur de la commune de Bérat – à une quarantaine de kilomètres au sud de Toulouse –, est un habitat partagé initié par les vétérans d’Utopia et un groupe de femmes et d’hommes qui ont mis en commun leurs moyens inégaux et un prêt consenti par le Crédit Coopératif qui les accomp...

Au loin s’en vont les nuages...
Nous, comme bien d’autres, qui depuis des décennies nous évertuons à faire du cinéma un endroit de discussion, voire de polémique et de désaccord généralement courtois, mais aussi un lieu de convivialité, de rencontres où la chamaillerie fait corps, où le conflit n’entraîne en rien le rejet de l’aut...

SÉANCES POUR LES MALENTENDANTS
   Projections de films français avec sous-titres spéciaux pour les malentendants Les séances estampillées du symbole (oreille barrée) dans les grilles horaires indiquent des projections de films français accessibles aux personnes sourdes et malentendantes, grâce à des sous-titres spéciaux appara...

APPEL A MUSIQUE !
APPEL A CHANSONS !   Appel aux groupes professionnels ou amateurs d’Avignon et alentours, pour égayer l’attente de nos spectateurs dans la salle Utopia RépubliqueMusiciens amatrices et amateurs, professionnelles et professionnels, seul en duo ou en groupe ! Vous ...

TRUE MOTHERS

Écrit et réalisé par Naomi KAWASE - Japon 2020 2h19 VOSTF - avec Hiromi Nagasaku, Arata Iura, Aju Makita, Miyoko Asada... D’après le roman Asa ga kuru (Le Matin arrive) de Mizuki Tsujimura.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

TRUE MOTHERSUne nouvelle fois Naomi Kawaze nous emmène avec une infinie délicatesse vers ces endroits ténus, subtils, du nous, du nous deux et de la connexion à la nature. Comment parvient-elle à nous porter avec autant de douceur, de rythme vagabond et poétique vers ces contrées féminines et profondes qui nous parlent de maternité, de liens, d’exclusion, d’amour, de rencontre, et du bonheur de vivre avec l’autre ?

Ce nouveau film débute par une naissance durant laquelle les cris de bébés sont illustrés par des images de la mer. On entend les nouveaux venus humains, mais c’est la nature qui prend le pas, et va s’immiscer dans les plans, comme un fil narratif fondamental et intrinsèque au cœur du travail de la cinéaste. True mothers est un récit urbain (fait assez rare chez Kawase), mais les plans d’arbres, d’oiseaux ou de fleurs sont de presque toutes les scènes. Si on ferme les yeux, on sent le frôlement du vent sur nos corps, l’odeur des fleurs des cerisiers ou la douceur du soleil qui réchauffe la peau. Pas de doute, on est bien chez Kawase. Là où les rayons dansent à travers les branches, où les personnages essaient de façon récurrente d’attraper la lumière avec leurs mains, comme dans un jeu d’enfant émerveillé. La symbolique de cette nature filmée, c’est ce qui caractérise le monde personnel de la cinéaste japonaise, dans sa façon de se raconter à travers elle.



Kawaze nous parle « des êtres qui n’ont pas le moyen de s’exprimer ». C’est la nature, comme témoin et acteur attentif, mais aussi les héroïnes de True mothers, magnifiquement interprétées par Hiromi Nagasaku (la mère adoptive) et Aju Makita (la mère biologique), et leurs trajectoires de vie.
Il y a donc Satoko qui vit au dernier étage d’un immeuble moderne (trait de richesse) avec son mari, Kiyokazu. Ils ne peuvent pas avoir d’enfant. Tous les mois, ils vont à Sapporo, engagés dans un processus de Fécondation In Vitro. Un jour, ils décident d’arrêter là. Un jour ils décident aussi qu’ils ne vont pas divorcer, et vivre leur histoire à deux et c’est bien comme ça. C’est que ce couple-là est terriblement complémentaire, complice, attentif, et viscéralement uni. Découvrant alors un reportage sur l’adoption où il est question d’une association, Baby Baton – « Ce n’est pas un lieu pour que les parents trouvent un enfant, mais un lieu où un enfant peut trouver ses parents » –, Satoko et Kiyokazu choisissent d’adopter.
Et il y a Hikari la mère de sang. Avec sa vie de collégienne, avec la distance et les incompréhensions familiales et sa rencontre amoureuse avec Takumi, avec qui elle veut rester pour toujours. Enceinte, elle est envoyée secrètement par sa famille sur une petite île au large d’Hiroshima, au foyer de Baby Baton justement, où Mme Asumi héberge les futures mères, pour que puissent se rencontrer « des parents incapables d’avoir des enfants et des parents incapables d’en élever. ». Dans ce foyer, c’est aussi une façon d’être mère qui se construit, c’est un parcours de femme, et un apprentissage de soi, où l’exclusion se transforme en accueil et chaleur.

La ronde narrative navigue entre les deux flashbacks et aujourd’hui : la famille vit heureuse, le petit Asato a 6 ans, et Hikari, en errance, reprend contact avec le couple qui a adopté son enfant. Naomi Kawase met beaucoup de grâce dans la rencontre entre ces deux mères, entre ces deux femmes qui incarnent deux facettes de la maternité. Elle signe un film pudique, proche des personnages et de leurs sentiments, et nous raconte le lien dans ce qu’il a de fort, unique et salvateur.